I object au British Museum, une histoire de dissidence
EXPOSITION

I object au British Museum, une histoire de dissidence

Nadège Alezine le 05.09.18

Ian Hislop est connu comme étant l’homme le plus attaqué de Grande Bretagne. À la tête du journal satirique Private Eye et hôte de l’émission télévisée satirique de la BBC, Have I got news for you ?, le journaliste s’est enfermé pendant trois ans dans les caves du British Museum pour y déceler les preuves d’actes dissidents, tout au long au de l’histoire de l’humanité.

Armé de son célèbre sens de l’humour, Hislop a fouillé le catalogue du musée et ses quelque 9 millions d’objets, pour y trouver des perles comiques et satiriques imaginées par les « petites gens » contre les grands de ce monde et l’ordre établi. 

« C’est épatant de voir à quel point, à travers l’histoire, la dissidence a toujours existé, à travers le monde. » Explique Hislop. 

Que peut-on voir dans I object: Ian Hislop’s search for dissent ?

« On a des exemples d’humour britannique, avec des caricatures très in your face, mais aussi des objets contenant des messages cachés, sur des tapis ou hiéroglyphes car c’était si dangereux à l’époque d’aller contre l’ordre établi. »

Tous ces objets racontent une histoire de dissidence : « par exemple, on a retrouvé une brique de l’ère babylonienne, qui est un de mes objets favoris de cette exposition, où chaque brique devait être marquée du nom du roi. Et là, on a retrouvé une brique marquée d’un nom différent, qui n’était autre que celui du briquetier. » Un crime de lèse-majesté indeed, qui aurait valu à l’artisan la peine de mort mais comme la brique suspecte est restée cacher parmi les autres, ce n’est que des siècles plus tard, quand les archéologues l’ont retrouvé que la blague prit tout son effet. 

Parmi ces témoins de l’histoire, on trouve aussi des artefacts contemporains, comme le pussy hat, les bonnets roses portés par les féministes pour protester contre Donald Trump ou encore les parapluies jaunes de la révolution d’Hong Kong.

« Tous ces objets, pour moi, prouvent que même si vous pensez vivre dans une époque épouvantable, à travers l’histoire de l’humanité, il existe une lignée constante de gens qui sont prêts à prendre le risque de la dissidence et de dire : non, pas pour moi. Et, c’est ça que j’aime. » Conclut Ian Hislop, pour qui l’art de la satire n’a désormais plus aucun secret. 

Réservations ici.

 

 

Partager
Infos Pratiques
Date : du 06 septembre 2018 au 20 janvier 2019
Lieu
British Museum, Great Russel street, Londres WC1B 3DG
Infos
Prix: £12.

à voir également