Rencontre avec Fishbach une artiste à la conquête du Royaume Uni FR
CONCERT

Rencontre avec Fishbach une artiste à la conquête du Royaume Uni

Magali Butault le 24.05.18

Que retiens-tu de ton premier concert londonien en novembre dernier ?

C’était super ! La folie ! Il y avait quelques Anglais parmi le public. Je m’y sentais bien : je faisais même des blagues entre les morceaux… Chose que je n’ai pas l’habitude de faire ! J’étais de plus très contente de rejouer toute seule sans protections, sans barrières, sans musiciens. 

Qu’est-ce que cela t’apporte d’être à Londres ?

C’est enrichissant de travailler avec des étrangers, car on apprend différentes méthodes de travail, différentes façons de voir les choses… C’est très formateur ! C’est d’ailleurs pour cela qu’on exporte la musique.

Tes chansons sont en français… Serais-tu prête à les adapter en anglais ?

Je ferai de l’anglais si je le sens bien et aussi pour faire plaisir au public qui m’accueille. Cependant, je reste une chanteuse française. C’est important d’être fière de sa langue. Il faut juste que cela reste artistique.

Par exemple, j’ai pu traduire la chanson « un beau langage » en arabe, japonais et anglais. C’est drôle à faire au niveau des arrangements. Ce n’est pas une question de business, c’est une question de « kiff » : si je me sens obligée de traduire mes chansons, je ne le fais pas.

Tu as senti que ce public captait ton « beau langage » français ?

Malgré le fait qu’ils ne comprennent pas les paroles, ils arrivent à comprendre l’ambiance de ma musique. Ils ont saisi l’aspect romantique des choses, les paroles dures, les sonorités plus ou moins dansantes. On dit que « le langage n’est que 20% de notre communication » … J’approuve totalement !

Tu as sorti ton premier album « A ta merci » en 2017… Est-ce que l’on peut espérer que le deuxième sorte bientôt ?

J’ai tout fait dans l’urgence pour le premier album… J’aimerais donc sortir ce deuxième album mi- 2019 tout en veillant à prendre le temps de bien faire, sans pression.

Peut-on avoir un avant-goût de celui-ci ?

Il va être beaucoup plus « World », les morceaux seront peut-être moins « pop », moins « formatés »… Les chansons seront plus alambiquées, avec des phases, mais sans vouloir faire une musique élitiste. Je n’ai pas envie de faire un disque de musicien. C’est pour cela que je fais d’autres choses en moment.

Parlons de ce tout nouveau métier ! Tu tournes en ce moment dans l’adaptation pour Canal+ de la saga Vernon Subutex… Flora Fischbach est donc actrice ?

Je ne me considère pas comme une actrice, mais en tout cas, je joue ! Ça me fait du bien…

Quand tu n’as plus qu’une vie d’artiste, est-ce que tu peux encore écrire de « vraies » choses ?

Ce que je vis en ce moment, c’est mettre mes compétences au service d’un autre projet. Explorer mon romantisme, mes sentiments. Cela va vraiment m’aider pour ma musique, car j’apprends des choses de personnes différentes.

Quand tu fais une tournée, tu rentres chez toi et tu n’as pas du tout envie de faire de la musique. Alors que là, quand je rentre de tournage j’ai envie de composer car je suis en manque ! Cela me permet de ne pas avoir le syndrome de la page blanche.

Tu ne laisseras donc jamais la musique de côté…

Je participe à ce projet car le rôle est intéressant et que l’équipe est super. J’ai beaucoup de chance d’être tombée sur une réalisatrice open-minded, Cathy Verney. Mais la musique est ma priorité, bien que précaire par rapport au cinéma… J’aime tellement ce que je fais ! J’ai besoin de faire des choses créatives, sinon je m’ennuie. 

Vernon Subutex, saison 1 sur Canal + : Tournage jusqu’à fin juin. Diffusion à partir de février 2019 minimum. 

Partager
Infos Pratiques
Date : le 25 juin 2018
Lieu
The Lexington 96-98 Pentonville Road, Londres N1 9JB
Infos
A partie de 19h30. Prix: £12.10.

à voir également