Périclès, Prince de Tyr au Barbican FR
SPECTACLE

Périclès, Prince de Tyr au Barbican

Clémence Calderon le 05.04.18

Ici Londres : Quand avez-vous commencé le théâtre ?

Christophe Grégoire : Je suis un autodidacte. J’ai commencé la première fois le théâtre quand j’étais au collège, en apprenant l’allemand. Après j’ai touché le théâtre de façon thérapeutique, car j’ai fait une formation d’éducateur spécialisé. Comme j’aimais le théâtre, j’ai voulu mêler à la fois mon métier en tant qu’éducateur et le théâtre. Après j’ai réussi à intégrer une petite compagnie de théâtre en France et petit à petit j’ai travaillé, j’ai donné des cours et j’ai fait mon chemin petit à petit. N’ayant pas était dans une école, je n’avais pas beaucoup de contacts donc ce fût un chemin assez long.

IL : Quand avez-vous intégré la compagnie Cheek by Jowl ?

CG : C’était il y a une dizaine d’années. Declan Donnellan a fait une audition à Paris et souhaitait s’ouvrir à d’autres comédiens. Donc j’ai passé l’audition qui était pour le spectacle d’Andromaque. 

IL : Parlez-nous de l’histoire de Périclès…

CG : C’est une sorte d’Ulysse un peu de son époque. C’est un Prince de Tyr, du Moyen-Orient, qui cherche à se marier et qui, pour avoir la princesse qu’il convoite, doit résoudre une énigme posée par le père de celle-ci. Si Périclès ne trouve pas l’énigme, il mourra. Le problème est que l’énigme révèle rapport incestueux entre la fille et son père. Donc c’est un piège mortel. Périclès fini par fuir. Et à partir de ce moment, il va être poursuivi, va braver une tempête jouter avec des chevaliers pour gagner le cœur d’une autre femme… C’est un voyage plein de péripéties qui attend Périclès.

 

 

IL : Les pièces de théâtre classique comme Périclès, ont-elles toujours un écho de nos jours ?

CG : C’est le temps qui décide si les auteurs sont des grands auteurs ou non. A force de se pencher sur les textes écrits, on continue à trouver de la matière qui résonne avec l’époque dans laquelle on est. On arrive à trouver et retrouver des fondamentaux de ce que vit un être humain sur cette terre, que ce soit il y a 400 ans ou maintenant. Sur Périclès, il y a des confrontations à des mythes très fort comme l’inceste, à la culpabilité. C’est une histoire de souffrance et de rapport à la perte et à la mort, qui sont des évènements difficiles dans la vie. Le personnage de Périclès traverse un peu tous ces états, qui restent contemporains.

Concernant la mise en scène, on est que six acteurs pour cette pièce.  On passe d’un personnage à l’autre, et c’est montrer sur scène des personnes qui passent d’une personnalité à l’autre, qui ne sont pas figées dans une identité. Je pense que le métier d’acteur c’est ça, c’est de passer d’une identité à l’autre. Ca pose la question de l’identité. Les acteurs sont plus mouvants face à l’identité, et ça donne une vision de l’être humain plus souple et malléable. Il y a mille raisons de jouer encore Périclès aujourd’hui.

IL : Que représente la scène théâtrale londonienne pour vous ?

CG : On est très fier d’être ici, de présenter le travail qu’on a fait en France ici à Londres. C’est important d’être à la hauteur du travail de Declan Donnellan, lui qui a une grande réputation ici. Londres a vraiment une place particulière pour faire résonner ce travail-là. C’est une grande capitale européenne, mais ce qui nous importe c’est aussi de continuer à tourner. On va jouer un peu en France, à Naples, et dans d’autres pays. Les spectacles de Declan on été joués partout dans le monde et c’est aussi une grande joie de montrer ce travail notamment sur la scène théâtrale européenne.

Réservez vos places ici pour découvrir cette pièce de théâtre pleine de rebondissements.

Et aussi à l'Institut français...

Le metteur en scène Declan Donnellan sera présent à l'Institut français le 11 avril pour parler de la pièce de Périclès. L'occasion de rencontrer ou découvrir le metteur en scène de renommée internationale. Ici Londres vous fait gagner deux places pour cette rencontre. Mais vous pouvez toujours réservez votre place ici. 

Partager
Infos Pratiques
Date : du 06 avril 2018 au 21 avril 2018
Lieu
Guildhall School of Music & Drama Silk, Street Barbican ,London EC2Y 8D
Infos
Prix : 28£

à voir également