Hooverphonic : le grand retour
CONCERT

Hooverphonic : le grand retour

Clémence Calderon le 29.03.18

Formé en 1995, le groupe belge Hooverphonic revient sur la scène londonienne avec un nouveau concert et de nouvelles musiques. Connu dans le monde entier, le groupe fait son grand retour après vingt ans d'absence. 

Vous revenez à Londres pour la première fois depuis 1998, dans quel état d’esprit êtes vous pour ce grand retour sur la scène londonienne ?

Le problème était que notre liveshow avec les derniers albums était une production assez chère. On jouait avec 17 personnes sur scène et une équipe technique de neuf personnes donc pas toujours possible de jouer à l’étranger. C’est grâce à Marshall Artist, qui est venu nous voir en Belgique, qu’on revient à Londres , et c’est super! Pour nous c’est une aventure, parce que ça fait quand même longtemps qu’on a pas joué en Angleterre. C’est excitant. 

Que représente Londres à vos yeux ?

J’aime bien l’Angleterre. Je pars en vacances chaque année au Royaume-Uni. J’aime aussi Londres. Il y a quand même un certain style, j’aime l’ambiance, les bâtiments et la scène musicale est très intéressante. La scène londonienne est une scène importante. Il y a quand même beaucoup de monde à Londres. Londres est très différent de Paris par exemple, et c’est ça que j’aime bien. Londres est une petite ville qui est devenue trop grande (rires) et j'aime le mix entre la modernité et les quartiers plus historiques. Londres respecte son héritage. Ce dont on manque en Belgique parfois !

J’habite dans une ville où il y avait beaucoup de bâtiments « art déco » à l’époque et ils ont été détruits. Tout a été remplacé par des bâtiments moches (rires). C’est pour ça que j’aime Londres, avec ses maisons victoriennes qui se mélangent avec une architecture plus moderne comme le London Eye...

Dans la musique c’est un peu semblable à cela, ils sont en même temps très avant-gardistes et conservateurs, et j’aime ce contraste.

Chaque album a un style différent, le groupe a évolué au fil du temps. Comment définiriez-vous le style de Hooverphonic aujourd’hui ?

Pour moi, le fil rouge c’est les bandes originales. On a toujours fait des bandes originales de films qui n’existent pas. Comme avec Anger Never Dies, qui est semblable à un film de James Bond.

Il y a toujours beaucoup d’atmosphères différentes. Parfois c’est plus électronique, comme au début, et de temps en temps c’est très orchestral. Il y a toujours une atmosphère dans notre musique. On n’a pas beaucoup de chansons « happy », il y a beaucoup de mélancolie dans les musiques alors que je suis quelqu’un de « happy » quoi haha.

Quand j'avais 10-12 ans, j’ai commencé à jouer du piano, et j’avais un professeur de piano qui voyait que j’étais assez talentueux. Il m'a directement donné les « Gymnopédies » de Erik Satie et j’en suis tombé amoureux. J’aimais la musique classique mélancolique et c’est pour cette raison qu’on retrouve cette mélancolie dans certains albums. C’est « stronger than me ».

Vous avez travaillé avec de nombreux artistes au cours de ces 20 dernières années, avec qui travaillez-vous maintenant ?

Ça c’est encore un grand secret !  Le concert à Londres va être un peu nouveau, c'est une surprise pour notre public ! 

A quoi ressemble un concert d’Hooverphonic en 2018 ?

C’est un concert assez éclectique. Comme on joue depuis 20 ans, on joue des musiques plus anciennes et d’autres plus récentes. Mais toujours avec une atmosphère mélancolique. Notre musique est très visuelle, imaginative et imagée.

Le plus beau compliment que j’ai reçu c’est lorsque l'on a joué, il y a quatre ou cinq ans, dans une aréna de 14 000 personnes en Belgique, avec un très grand orchestre. Après le concert, une fille m’a approché dans la rue et m’a dit « Ce que je peux dire c’est que c’était le concert le plus intime que j’ai partagé avec 14 000 personnes. ». Alors même si on joue dans une grande salle, avec 14 000 personnes, ça reste un concert intime.

J’aime quand la musique nous touche émotionnellement et c’est ce qu’on essaie de faire avec notre musique, toucher les gens.

Travaillez-vous sur un prochain album ?

On travaille sur un prochain album, oui. Je ne sais pas quand exactement, mais normalement si tout va bien, il devrait sortir cette année.

 

Ne manquez pas Hooverphonic pour leur concert à Londres le 18 avril. Pour réservez votre billet, c'est par ici. 

 

Partager
Infos Pratiques
Date : le 18 avril 2018
Lieu
Islington Assembly Hall, Upper St, London N1 2UD
Infos
Métro: Highbury and Islington. Prix: £27,50

à voir également