L'artiste finlandaise Helene Schjerfbeck célébrée à la Royal Academy of Arts
EXPOSITION

L'artiste finlandaise Helene Schjerfbeck célébrée à la Royal Academy of Arts

Lina Homci le 17.07.19

La Royal Academy of Arts présente pour la première fois au Royaume-Uni une exposition exclusivement consacrée au travail de l’artiste finlandaise Helene Schjerfbeck (1862 - 1946), une artiste non-conformiste qui peignait son temps à sa manière.

L’exposition réunit près de 65 tableaux (portraits, paysages et nature morte) qui retracent l’évolution de son travail, passant d’un naturalisme inspiré des peintures de Salon de Paris à la fin des années 1880 à un style radicalement plus abstrait et autonome — symbole d’une rupture artistique pour la Finlandaise qui peint le début du 20ème siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale avec une approche et un regard plus moderne.

La Royal Academy of Arts a choisi de présenter son travail en cinq grandes parties :

La première partie expose ses premiers travaux durant ses années passées entre Paris, Pont-Aven et St Ives. C'est sa jeunesse qu'elle représente ; un autoportrait avec une amie Two Profiles, 1881 ainsi que des lieux et des paysages où elle passe une grande partie de son temps. Son tableau mythique The Convalescent, 1888 se démarque de son style mais reste la toile la plus populaire — cette même année, la peinture est exposée au Salon de Paris.

Breton Landscape, 1883

La deuxième partie marque son retour en Finlande, vers sa famille et ses proches avec des portraits de sa mère inspirés du peintre américain Whistler (Whistler’s Mother, 1871). La série de tableaux My Mother, 1909 révèle la relation complexe et muette installée entre les deux femmes. D’autres portraits de femmes dévoilent l’état d’esprit de l’artiste ; sa relation mère-fille, la maladie de sa mère et enfin le deuil avec Silence, 1907

My Mother, 1909

La troisième partie est une pièce exclusivement ornée de ses 17 Self portraits. A 22 ans, Helene Schjerfbeck dessine au fusain son premier autoportrait et progressivement le coup de pinceau est moins conventionnel, plus personnel et abstrait. L’artiste dépeint son propre processus de vieillissement manifestement physique et psychologique. À la fin de sa vie, la peintre réalise plus d’une vingtaine d’autoportraits de plus en plus lancinant et sombre aux regards hostiles et meurtris — visiblement inspiré des cadavres de la Seconde Guerre mondiale. 

A gauche : Self Portrait, 1884-1885 (22 ans) et à droite Self Portrait with Red Spot, 1944 (82 ans)

La quatrième partie resitue le visiteur entre 1909 et 1914. Helene concentre son art autour de portraits de famille, d’amis et de mannequins portant parfois des manteaux à la mode et des chapeaux Chanel. Inspiré par le retour de l’art à la Rococo du 18ème, la Finlandaise peint des archétypes The Sailor, The Skier (English Girl) ou Circus Girl en y intégrant son propre regard, ses touches et ses émotions. 

Girl from Eydtkuhne II, 1927

La cinquième et dernière partie de l’exposition est une série de Nature Morte. Ces toiles, réalisées en même temps que ses autoportraits, trahissent son propre sentiment de décomposition avec par ailleurs sa dernière peinture Three Pears on a Plate, 1945

Blackening Apples, 1944

L’artiste nordique est célébrée pour la première fois au Royaume-Uni presque 130 ans après son passage à Londres lors de l’exposition de 1890. Helene Schjerfbeck qui exprime son art à une période transitoire entre impressionnisme, cubisme et abstraction pure, se fraie son propre chemin et développe une forme d’art indépendant et contemporain encore aujourd’hui.

Réservations ici.

Partager
Infos Pratiques
Date : du 20 juillet 2019 au 27 octobre 2019
Lieu
Burlington House, Piccadilly, Mayfair, W1J 0BD
Infos
à partir de £12

à voir également