Rencontre avec le trio de comédie Irlandais Foil Arms and Hog
SPECTACLE

Rencontre avec le trio de comédie Irlandais Foil Arms and Hog

Estelle Nilsson-Julien le 01.03.19

La complicité règne entre Sean Finegan, Sean Flanagan et Conor McKenna, les trois membres du trio de comédie nommé Foil Arms and Hog. Il y a neuf ans ils postent leur tout premier sketch YouTube et depuis ils ne font que cumuler likes et vues. C’est dans leur atelier de Dublin que ces “it-boys” de la comédie irlandaise imaginent toutes leurs vidéos et préparent leurs spectacles. Ils se sont confiés à nous en amont de leur venue à Londres le 4 avril.

Comment votre aventure ensemble a-t-elle débutée ?

On s’est rencontrés au club théâtre de notre université, en travaillant sur des pièces sérieuses, tout en essayant de garder une certaine tournure comique. Puis, on s’est mis à faire le tour des clubs de comédie de l'Irlande, en commençant avec des sketchs de 7 minutes, puis de 10, avant d’en arriver petit à petit à tenir des shows d’une heure. 

Est-ce que vous qualifieriez votre sens de l'humour de particulièrement irlandais ?

Non pas spécialement (rire) ! Cela étant, on a des accents marqués, ainsi qu’une certaine irrévérence et une manière de se défouler qui sont sans doute irlandaises. Mais ce sont des caractéristiques et blagues distinctement humaines avant d’être irlandaises. On n’essaye pas forcément de faire rayonner l’humour irlandais, ça arrive naturellement !

Est-ce que vous écrivez des scénarios pour vos vidéos ?

Les scénarios sont au cœur de nos vidéos ! Habituellement la journée commence par un d’entre nous qui débarque au bureau avec une idée et les deux autres répondent “ah mais c’est nul !”. Après on se pose, on réfléchit et on construit un plan autour de cette idée initiale (rire).

Vous semblez être une équipe très soudée, comment c’est de travailler entre amis ?

Les gens ne nous croient pas mais on ne s’est honnêtement jamais disputés. On a déjà eu des copines qui n’en revenaient pas qu’on s’entende aussi bien ! C’est une relation de frères plutôt que d’amitié, on passe tellement de temps ensemble. 

Est-ce que vous faîtes des shows en solo parfois ?

Quand on a débuté on faisait parfois des projets solos, mais on a vite constaté qu’il n’y avait vraiment pas le même buzz. On ne recevait qu’un tiers de la réaction du public et il n’y avait pas du tout la même interaction. C’était donc très facile d’arrêter le solo et de s’engager pleinement à travailler en groupe. 

Donc vous souhaitez réunir votre public en faisant attention d’offenser personne ?

On n’a pas envie de diviser notre public, ce qui serait le cas si on prônait des messages politiques. On n’a pas envie d’enrager ni même de distraire les gens d'un moment qui est purement censé être de la détente et de la rigolade. En tant que comédiens on trouve aussi qu’on a aucune légitimité pour faire la morale !

Est-ce qu’il y a des sujets sur lesquels vous ne pouvez pas rire ?

On n’a pas une liste de sujets tabous, on s’inspire de tout ce qu’on trouve drôle. Après il y a des sujets qui ne sont tout simplement pas drôle, sur lesquels on ne peut pas se moquer en tant qu’humain. En tant que comédien ça demande beaucoup plus de travail de perfectionner cet art de se moquer des deux côtés, car c’est facile de s’attaquer à un côté.

Est-ce que votre vidéo nommée “Brexit Divorce” est anti-Brexit ?

C’est marrant parce qu’on ne considérait pas du tout que c’était une vidéo anti-Brexit : il y a des gens pro-Brexit qui ont trouvé la vidéo fantastique et qui l’ont vue comme un hommage à leur campagne ! On a tenté de transmettre un point de vue équilibré, mais très souvent les gens interprètent l’humour à leur manière. L’Irlande bénéficie d’un point de vue externe, ne faisant pas partie du Royaume-Uni, donc c’est plus facile de se moquer avec ce recul !

Donc prendre parti politiquement dans vos vidéos ne vous intéresse pas ?

Généralement, on ne se prononce pas politiquement, mais on peut s’exprimer de manière sociale, prenant plaisir à commenter et observer certaines situations. Par exemple, on rigole en disant qu’il faut absolument baptiser son enfant pour obtenir une place dans les écoles ici. On ne se moque pas du principe du baptême mais de la situation : les personnes non religieuses font baptiser leurs enfants avec une telle hystérie !

Qui sont vos inspirations comiques ?

Boris Johnson (rire) ! On aime les Marx Brothers, Billy Connoly et les comiques comme Jim Carrey ou Lee Evans qui ont de super expressions faciales, ce sont des experts de la grimace !

Est-ce que le stand up français vous parle ?

La tradition française des spectacles de clowns nous inspire particulièrement. On a participé à un atelier de clown avec le Doctor Brown, qui lui a étudié dans l’école de clowns de Philippe Gaulier. Les clowns “humains” nous fascinent plus que les clowns “clichés” au nez rouge, car ils ont vraiment une connexion avec le spectateur. 

Les rumeurs courent, et suggèrent que vous préparez actuellement un film ?

On s’est dit que nos vidéos étaient trop courtes et qu’on avait donc envie de faire un film ! On ne peut pas en dire beaucoup plus car on n’a pas encore commencé à filmer. Pour l'instant on part en tournée et on écrit un nouveau spectacle pour jouer au mois d'août au festival d’Edimbourg.

Est-ce que vous vous servez du même matériel sur scène que pour vos vidéos ?

Non pas vraiment ! On n’utilise pas le même ton ou le même sens d’humour, à vrai dire le spectacle en live doit être beaucoup plus drôle ! Si une personne regarde une vidéo de chez soi et ne rigole seulement trois fois en une minute c’est bien. Si en live elle ne rigole seulement trois fois cependant, ce n’est vraiment pas super. Quand les gens viennent voir le spectacle il y a davantage d'interaction, des personnages plus attachants et une histoire beaucoup plus tracée.

Réservations ici.

Pour lire notre article sur la vidéo Brexit Divorce

Partager
Infos Pratiques
Date : le 04 avril 2019
Lieu
Eventim Apollo, 45 Queen Caroline Street, W6 9QH
Infos
Horaire : 20h Prix : à partir de £24

à voir également