Charlie Winston se livre sur son nouvel album Square 1
CONCERT

Charlie Winston se livre sur son nouvel album Square 1

Estelle Nilsson-Julien le 03.12.18

Charlie Winston est un chanteur anglais né aux Cornouailles, qui a grandi dans le Suffolk. Avec son allure de gentleman, c’est pourtant auprès des francophones qu'il connaît le plus de succès, notamment avec son fameux single Like a Hobo, paru en 2009. 9 ans plus tard il est de retour avec son tout dernier album Square 1. Charlie Winston se livre à Ici Londres dans le cadre de la sortie de Square 1 et de son concert le 4 février 2019 au Omeara, à Londres. Rencontre.

Quand est-ce que vous avez su que vous voulez faire de la musique?

Je ne pense pas avoir décidé de devenir musicien à un moment en particulier. Cela s’est fait de manière plutôt naturelle, vu que j’ai grandi dans une famille de musiciens. Après, je n’étais pas certain de faire de la musique : j’étais juste certain que je travaillerai dans le domaine artistique, que je serai un entertainer!

En quoi Square 1 se démarque-t-il de vos albums précédents?

J’ai encore franchi un nouveau palier de maturité. D'un point de vue personnel, je n’ai plus ce besoin constant de me prouver. Après, c’est vrai que je dis ça à chaque album! (rires). C’est un album encore plus personnel, qui parle vraiment du présent, de ma vie d’aujourd’hui. Mes textes sont davantage des introspections et j’emploie des mantras dans mon style d’écriture. Alors qu’avant, mes chansons étaient plutôt écrites comme des histoires.

Est-ce que vous avez produit Square 1 vous même?

Non, mais j’ai produit plusieurs de mes albums auparavant, dont le dernier Curio City. Pour celui-ci j’ai travaillé avec Autoroute, un duo de production composé de deux gars. J’ai adoré travailler avec eux : ils m’ont beaucoup guidé et aidé dans la préparation de ma musique, avant l’entrée en studio. Une fois en studio, ils m’ont laissé de l’espace, tout en travaillant en collaboration. Cela a créé un environnement où j’avais beaucoup de liberté dans ma manière de travailler. C’est aussi pour ça que je me sens plus mûr : je n’ai plus ce besoin de tout contrôler en permanence.

Est-ce qu’il y a une chanson de Square 1 qui vous tient particulièrement à coeur?

Chaque chanson a son symbolisme pour une raison différente. La toute première chanson, Spiral fait référence à une période de ma vie (fin 2016) qui n’était pas très gaie. J’ai constaté qu’on peut se laisser emporter par une espèce de spirale sillonnant vers le bas, lorsque les choses vont mal. Ou bien, on peut décider de se hisser vers le haut et la remonter, afin de surmonter nos problèmes. Après, il y a aussi Here I Am, une réelle introspection où je me focalise sur mes erreurs et mes défauts pour enfin conclure, qu’ils font tous partie de moi. La réussite et le succès n’existent pas sans les erreurs et les échecs!

Vous connaissez un succès beaucoup plus marqué en France qu’en Angleterre. En tant qu’anglais est-ce une source de frustration pour vous?

J’ai énormément de gratitude envers le public français et plus généralement envers tous ceux qui apprécient ma musique. Tout de même, c’est vrai que je me retrouve parfois frustré, étant casé avec un certain public. J’adorerai pouvoir partir en tournée partout dans le monde entier, ce qui n’est pas possible tant que mon public ne s’élargit pas plus. C’est aussi une des raisons pour lesquelles on choisit de devenir musicien, parce que le voyage nous attire. Après, je voyage quand même en Europe et au Canada. Mais, j’aimerai pouvoir aller plus loin…

Avez-vous réussi à comprendre pourquoi vous avez un tel succès parmi les francophones? Est-ce que la culture française vous interpellez avant?

C’est frustrant parce que je n’arrive pas à savoir pourquoi je connais ce succès là, en France. J’ai passé des années à essayer de mettre le doigt dessus mais je n’y arrive tout simplement pas. La culture française ne m'intéressait pas auparavant, mais quand j’ai commencé à avoir des fans français, j’ai un peu suivi ce mouvement.

Quelles sont vos inspirations françaises? Avez-vous déjà collaboré avec des artistes français?

J’ai toujours beaucoup admiré Jacques Brel et Serge Gainsbourg. Sinon j’ai déjà collaboré avec des artistes français et c’est quelque chose que je souhaite continuer. Cela dépend vraiment de l’artiste et de la personne mais en général je reste ouvert à toute collaboration. Je suis fan du groupe français Feu ! Chatterton.

Vous avez déjà vécu à Londres, où vivez vous maintenant?

J’ai vécu à Londres, puis je suis aussi parti à Paris et maintenant je vis à Nice avec ma famille, ma femme et mes deux enfants. C’est bien le Sud (rires)!

Vous jouez souvent à des festivals de musique?

Je n’ai pas la meilleure des mémoires (rires) mais le plus grand festival que j’ai joué en France c’est Les Vieilles-Charrues, c’était vraiment formidable. Après j’ai aussi fait beaucoup de grands festivals au Royaume-Uni comme Glastonbury et Reading.

Et quels sont vos futurs projets? 

J’ai dix dates de tournée en France et puis je viens aussi à Londres, au Omeara à London Bridge. Je n’ai jamais joué là-bas mais j’ai vraiment hâte, on m’a souvent dit que c’est une super salle de concert. 

Réservations ici.

Crédit photo : Charlotte Gamus

Partager
Infos Pratiques
Date : le 04 février 2019
Lieu
6 O'Meara St, Londres SE1 1TE
Infos
Horaire : à partir de 19h Prix : £17.

à voir également