Rosalie Varda, Les Demoiselles en héritage FR
CINÉMA

Rosalie Varda, Les Demoiselles en héritage

Nadège Alezine le 02.11.18

Costumière, actrice, productrice : travailler au cinéma était-ce inévitable pour vous, étant issue de la dynastie Varda/Demy ?

Non pas du tout, j’avais envie d’être espionne ! Tous les films américains m’avaient sacrément influencée ! Plus sérieusement après le baccalauréat, je me suis orientée vers des études d’art et de haute couture. J’ai toujours aimé les tissus, les couleurs, les déguisements. Agnès m’emmenait dans les musées et Jacques au cinéma… On voyait tout genre de films sauf ceux de science-fiction.

L’univers de Demy a-t-il influencé votre vocation de costumière ?

J’ai adoré être costumière sur les films de Jacques. Il aimait les costumes, donc le travail de préparation se passait avec lui et le décorateur pour trouver les bonnes harmonies et “réinventer” une réalité. Il avait aussi obtenu des productions que je puisse faire fabriquer les vêtements et donc cela nous permettait une plus grande liberté que d’aller dans les boutiques…

Parlez-nous du travail de conservation des films d’Agnès Varda et de Jacques Demy. Pourquoi est-ce important ?

Nous avons continué le travail de restauration commencé par Agnès dans les années 1990, car à partir de 2010 les salles de cinéma se sont équipées en projecteur numérique – il a donc fallu passer nos négatifs argentiques sur des supports numériques. Avec mon frère Mathieu Demy, nous avons donc restauré et numérisé tous les films de Jacques que Ciné Tamaris avait au catalogue. Ce travail de numérisation est primordial si on veut que les films continuent à être vus. Les films permettent de découvrir l’histoire du cinéma et sa diversité.

Avez-vous des souvenirs de tournage des Demoiselles ?

Plein, car j’y ai passé trois semaines pendant les vacances d’été. L’ambiance était joyeuse avec les danseurs et une équipe qui chantait toute la journée…

Les Demoiselles de Rochefort est le seul film où Françoise Dorléac et Catherine Deneuve jouent ensemble. Elles étaient sœurs dans la vie et à l’écran. Pensez-vous que cela ait ajouté de la magie au film ?

Jacques a écrit cette histoire pour elles deux. Oui bien sûr cette complicité à l’écran est aussi celle qu’elles avaient dans la vie. Entre les répétitions et le tournage, elles ont vécu côte à côte plus de 6 mois.

Y a-t-il un moment que vous préférez dans le film ? Une chanson, un air en particulier ?

J’aime tout le film… et j’ai toujours le même plaisir à le revoir – c’est pour moi un film sur le bonheur de vivre. On grandit avec les films de Jacques et on les voit différement suivant l’âge qu’on a.

Si vous deviez convaincre quelqu’un qui n’aurait jamais vu un film de Demy de voir Les Demoiselles de Rochefort, que lui diriez-vous ?

Le voir, c’est l’adopter ! C’est aussi avoir envie de voir d’autres films de Jacques Demy.

Réservations ici. 

Partager
Infos Pratiques
Date : le 28 novembre 2018
Lieu
Institut français du Royaume-Uni 17 Queensberry Place, Londres SW7 2DT
Infos
Ticket: £9-11.

à voir également