Les blessures fréquentes des sportifs de l’été : prévention, détection et traitement
SANTÉ Sponsorisé

Les blessures fréquentes des sportifs de l’été : prévention, détection et traitement

Mr Carlos Cobiella, Consultant et Chirurgien du sport au Princess Grace Hospital, Londres le 24.06.19

Les sports estivaux offrent de nombreux avantages pour notre santé et bien-être, mais ils peuvent aussi causer blessures et douleurs inattendus, et compromettre l’été si la prise en charge n’est pas adaptée. Mr Carlos Cobiella, Consultant pour les épaules et coudes et Chirurgien du sport au Princess Grace Hospital partage quelques conseils et astuces d’expert sur la manière de prévenir, détecter et traiter les lésions sportives estivales.

 

Prévention

Fatigue et mauvais échauffement sont les principales causes des blessures. Le manque de préparation physique pour le sport pratiqué et l’augmentation soudaine de l’activité exercent une pression inhabituelle sur les muscles et les articulations. Cela peut entraîner de petites blessures qui s’accumulent. Au-delà d’un certain seuil, une inflammation apparaît et avec elle, le ressenti de la douleur. Pour l’éviter, il est essentiel de s’échauffer avant chaque activité physique.

Commencez au plus vite à préparer vos prouesses sportives. Le programme idéal doit renforcer les parties du corps mobilisées et améliorer l’endurance globale. Cela n’implique pas nécessairement d’aller à la salle de sport tous les jours ni de porter des poids les plus lourds possible. La compréhension de la structure et du fonctionnement de l’épaule est la clé de la réusite. L’ensemble des muscles le plus important de l’épaule est appelé « coiffe des rotateurs » et a pour fonction de maintenir l’équilibre et la stabilité de la rotule pendant les mouvements.

Pour que l’articulation fonctionne correctement, il lui faut une base de muscles solides sur laquelle s’appuyer, des lombaires jusqu’à la base du cou, connue sous le nom de « chaîne cinétique ». Faire travailler ces muscles permettra une assise solide pour l’omoplate, permettant ainsi un positionnement approprié de l’épaule pour un déploiement souple et efficace. Par conséquent, le programme doit comprendre des exercices de renforcement en douceur, ciblant les muscles abdominaux, les stabilisateurs d’omoplates et la coiffe des rotateurs. Si vous n’avez jamais fait cela, adressez vous à un entraîneur personnel et demandez lui conseil sur le type d’exercices qui convient à votre niveau et au sport que vous visez.

Après l’échauffement, vous pouvez commencer à faire de l’exercice. Trouvez un enchaînement  qui vous convienne et prévoyez suffisamment de temps pour vous préparer.

 

Détection

Beaucoup d’entre nous, fans de sports estivaux, passons avec enthousiasme à des séances de natation d'une heure et à des matches deux fois par jour. Avec une heure d’échauffement en plus, ce niveau d’effort créera sans aucun doute une gêne aux épaules. Nous avons souvent tendance à hésiter à demander de l’aide médicale mais cela peut entraîner une douleur persistante et, au fil du temps, une aggravation. En pratiquant le tennis notamment, il est courant de ressentir une douleur sur le côté de l’épaule et même à la base du cou. Elle est souvent aggravée lors des mouvements. Et dans certains cas, elle est même suffisamment importante pour perturber le sommeil. Ce sont les symptômes de bursite aiguë, et ils doivent être pris au sérieux.

Dans cette situation, de petites choses simples peuvent aider : le repos et de la glace dans une serviette posée sur l’épaule, 20 minutes posée, 10 minutes sans. Cela évitera à l’inflammation de s’aggraver. Si la douleur persiste au-delà de 24 heures, il est prudent de consulter un médecin. Le plus souvent, cependant, une gêne existera encore, généralement lors d’un mouvement de rotation au niveau de l’épaule, par exemple en enfilant une veste. Une solicitation excessive provoque inflammation et douleur, à cause des articulations et tendons inflammés. C’est ce que l’on appelle “l’impaction” ». Réduire son activité physique aidera à la guérison mais sans dépistage correct, la douleur pourrait ruiner vos vancances.

 

Traitement

L’impaction de l’épaule génère une sensation de “grippage” occasionellement. Cela n’est pas suffisamment préoccupant pour consulter en urgence mais gênant tout de même. Auquel cas, il est conseillé de faire appel à un physiothérapeute. Un physiothérapeute sportif ayant de l’expérience dans le traitement des problèmes d’épaule sera le plus à même de vous aider. Bien que votre physiothérapeute puisse vous conseiller et vous manipuler pour soulager douleur et inflammation, vous êtes le seul à pouvoir remettre vos muslces et tendons en état, en vous y astreignant de façon active et répétée. Un programme d’exercices prescrit par votre physiothérapeute et effectué quotidiennement pendant six à huit semaines devrait permettre de résoudre la plupart de ces problèmes. Vous pourriez être tenté d’essayer d’accélérer le processus en augmentant la fréquence ou le nombre de répétitions des exercices. Cela finirait par vous faire souffrir encore plus. Écoutez votre corps et s’il vous fait mal, ne forcez pas.

Si la douleur n’a pas disparu totalement au bout de deux à trois mois, cela peut indiquer un problème structurel plus grave. A ce stade, il est indiqué de consulter un spécialiste de l’épaule pour un contrôle plus approfondi. L’examen clinique et l’imagerie, que ce soit par IRM ou échographie, aideront à déterminer si les tendons sont endommagés. En fonction des résultats (et de vos préférences), vous pouvez choisir de poursuivre le traitement de physiothérapie. Une injection de stéroïdes aidera à rendre l’épaule moins douloureuse et à mieux vous engager dans les exercices; environ 70% des problèmes de coiffe des rotateurs répondront positivement à ce type de traitement. Bien sur, il existe également des options chirurgicales pour les cas appropriés.

Donc, lorsque vous imiterez vos idoles sportives cet été, que ce soit dans la piscine ou sur un terrain, assurez-vous de préparer votre corps pour prévenir les blessures et éviter les douleurs.

 

Pour plus d’informations : ici

Partager

à voir également