Un couple de Français de Londres a ouvert une boulangerie flottante
EXPAT LIFE

Un couple de Français de Londres a ouvert une boulangerie flottante

Nadège Alezine le 26.06.20

Au pétrin, c’est Jérémy qui s’affaire. Sous-chef dans un grand restaurant de Covent Garden, le jeune homme s’est retrouvé comme beaucoup en « furlough ». De 16 heures par jour passées en cuisine à concocter de bons petits plats pour une clientèle exigeante, le jeune chef français se retrouve coincé sur son bateau à se confiner, comme tout le monde.

« J’aime bien prendre un pain au chocolat le matin et vu que j’avais du temps, je me suis mis à en fabriquer. » explique Jérémy qui n’est guère du genre à se tourner les pouces.

Des croissants contre le confinement

Bientôt, il se met à confectionner croissants, brioches et s’attaque même à faire son propre pain avec un levain maison. L’odeur de bon pain chaud et des viennoiseries alertent bientôt les habitants des bateaux amarrés aux alentours de « la Bohème », et le couple de français commence par offrir leur petite production.

Mais les croissants de Jérémy sont tellement bons que les voisins demandent à payer leur consommation quotidienne de viennoiseries : The Floating boulangerie largue alors les amarres et devient une petite entreprise flottante.

C’est Lindsay qui a eu l’idée de transformer ce nouveau passe-temps en petite entreprise gourmande : « j’ai travaillé pendant des années dans le monde du luxe et notamment dans le marketing. Très vite, je me suis dit que vue le succès que remportaient les viennoiseries de Jérémy, on pouvait en faire un business. J’ai alors décidé de faire la promotion de nos produits sur la page Facebook du Cercle des Français. »

Et là, les commandes commencent à affluer de toutes parts : la communauté française en plein confinement à Londres se met à réserver pains au chocolat, croissants et pains spéciaux fabriqués dans la cuisine flottante de Jérémy.

« Lindsay a posté ce message sur le Cercle des Français sans m’en parler. Je n’étais pas d’accord au départ pour faire trop de promotion car je voulais que mes recettes soient parfaites, avant de les commercialiser. » explique le chef français chez qui on sent l’âme d’un perfectionniste.

« On commande 48 heures à l’avance. »

En plein confinement, le couple de Français s’est retroussé les manches et a fait fonctionner son petit business à plein tube. Avec un système de commandes prépayées imaginé par Lindsay, The floating Boulangerie fait face à la demande toujours grandissante due à un bouche-à-oreille dans la communauté française qui a su faire des émules.

« On a réussi à trouver un livreur à moto qui avait perdu son travail à cause du Covid. Jonathan, notre livreur, on l’a rencontré un peu par hasard pendant le confinement et cela nous a permis de livrer nos produits un peu partout à Londres. » explique Lindsay, qui a elle-même dû jongler avec un job de nanny à mi-temps et la gestion de la boulangerie.

Et après le confinement ?

Avec un carnet de commandes qui marche à présent sur liste d’attente, The Floating Boulangerie a de beaux jours devant elle. Un succès qui donne des idées de reconversion aux deux Français :

« Je travaille depuis 7 ans dans le même restaurant et je dois dire que j’adore ce que je fais. Mais avec le lancement de la boulangerie, je suis mon propre patron…Alors, ça donne à réfléchir pour la suite. » avoue Jérémy, qui se lève à 3h du matin pour préparer ses viennoiseries et pains tous les matins.

Même réflexion de la part de sa femme, Lindsay qui rêvait déjà d’une vie moins stressante loin du marketing et de la mode.

« On a vraiment décidé de changer de vie en habitant sur un bateau. Avec le « lockdown », on a passé 24heures sur 24 ensembles et on a vraiment apprécié. J’aurais du mal à ne plus voir mon mari autant, une fois le retour à la normale. On réfléchit vraiment à continuer la boulangerie, même une fois le confinement terminé… »

Amarrée tout près de King’s Cross sur le Regent Canal au moment où l’on a rencontré Lindsay et Jérémy, The floating boulangerie va bientôt larguer les amarres pour un nouvel emplacement, probablement dans l’est de Londres, à Hackney.

Un voyage tranquille au fil de l’eau pour « la Bohème » qui surfe sur la vague du succès de ses viennoiseries, pains et baguettes qui pourraient rendre leur futur encore plus prometteur.

 

 

 

 

Partager

à voir également