Échec de NHS Test and Trace, l’application anglaise à outil de traçage numérique
LONDON LIFE

Échec de NHS Test and Trace, l’application anglaise à outil de traçage numérique

Clémentine Vachez le 19.06.20

C’était début mai et le secrétaire d’État britannique à la santé, Matt Hancock, annonçait le lancement d'une application de recherche du NHS permettant aux smartphones de suivre les utilisateurs et de leur dire s'ils ont interagi avec quelqu'un qui a le Covid-19, via le Bluetooth d’un téléphone.

Une application qui ne reconnaissait que 4% des téléphones Apple

Après avoir consacré trois mois de recherches et des millions de livres sterling au lancement de cette application de traçage dont les experts avaient averti à plusieurs reprises qu'elle ne fonctionnerait pas, le projet vient de finalement être abandonné dans sa forme actuelle, c’est-à-dire centralisé. Il s’avère que l'application ne reconnaissait que 4 % des téléphones Apple et 75 % des modèles Android. Les ministres avaient insisté sur l'utilisation d'une version centralisée, dans laquelle les données anonymes des personnes ayant déclaré se sentir malades étaient conservées dans une base de données du NHS. Mais cette version n'a pas été soutenue par Apple et Google. Dans le modèle "décentralisé", privilégié par Apple et Google, aucune donnée n'était conservée dans une base de données officielle unique.

Le ministre de la santé tente de faire porter le chapeau à Apple

Le ministre de la santé et de la protection sociale Matthew Hancock a refusé de dire combien d'argent avait été dépensé pour cet effort, bien que les documents officiels montrent que trois contrats d'une valeur de 4,8 millions de livres sterling ont été attribués au développeur VMWare Pivotal Labs. Jeudi 18 juin, Matthew Hancock a déclaré que l'alternative n'était pas prête non plus car elle ne permettait pas de mesurer la distance avec précision. Matt Hancock a tenté de faire porter le chapeau à Apple, en disant : «  En l'état actuel des choses, notre application ne fonctionnera pas parce qu'Apple ne changera pas son système, mais elle [l'application du NHS] peut mesurer la distance et son application ne peut pas mesurer la distance suffisamment bien pour une norme dont nous sommes satisfaits ». Apple n'a pas commenté immédiatement mais dans une déclaration jeudi soir, Google a dit : « Nous nous félicitons de l'annonce faite aujourd'hui par le gouvernement britannique. » 

Selon les experts, une application serait utile pour suivre la propagation d'une personne infectée dans les transports publics ou dans toute autre situation où elle entre en contact avec des personnes qu'elle ne connaît pas. Mais le problème de la mesure de la distance signifie qu'on ne peut pas s'y fier pour décider qui doit s’isoler. Aucune nouvelle date de lancement n'ayant été officiellement confirmée, nombreux sont ceux qui se demandent si un temps précieux n'a pas été gaspillé.

Partager

à voir également