Timide réouverture des magasins dans un Londres quasi désert
LONDON LIFE

Timide réouverture des magasins dans un Londres quasi désert

Nadège Alezine le 16.06.20

Ce sont les bannières au bleu du NHS qui accueillent les chalands qui se sont donné rendez-vous autour d’Oxford street. « Thank you #ourheroes » disent les banderoles géantes qui flottent depuis quelques semaines au-dessus des rues désertées autrefois noires de monde.

C’est le Premier ministre, Boris Johnson qui avait annoncé la réouverture des magasins non essentiels au 15 juin. Après trois mois de fermeture, causée par la pandémie de Covid 19, on est retourné dans le centre de Londres pour assister à la réouverture des artères commerciales principales de la capitale britannique : Oxford street et Regent street.

Faire la queue avant d’entrer dans un magasin, distribution de gel hydroalcoolique et distanciation sociale, ce sont les nouvelles règles qui régissent à présent nos heures de shopping. Un nouveau normal qui fait suite au port obligatoire du masque dans les transports en commun.

On fait la queue

À peine arrivé sur Oxford street, on aperçoit des queues de chalands se former devant certains magasins de sport : Sports Direct et Nike sont les plus populaires. C’est le même engouement que l’on retrouve devant l’Apple store de Regent street et de Covent Garden. Mais de nombreux magasins ont gardé leurs rideaux tirés, pour certains, il semblerait, que ce soit définitif.

Les autres magasins qui ont ouvert pour l’occasion restent désespérément vides, avec quelques clients dans leurs rayons. Selfridge’s et Liberty, les deux grands magasins du centre de Londres, ont quant à eux rouvert leurs portes. Selfridge’s a même voulu que cette réouverture soit festive : un DJ a été invité à passer de la musique dans le magasin et des hôtes et hôtesses en jaune et noir, les couleurs du magasin expliquent les nouvelles règles aux clients.

« On est hypercontent d’être de retour ! Trois mois à rester sur mon canapé, c’était long ! » explique Nicola, vendeuse dans le rayon lingerie et vêtement d’intérieur qui a doublé de volume à l’heure de l’aire post-covid.

C’est un certain soulagement que l’on lit sur le visage de cette armée de vendeurs et commerçants qui officient sur ces artères commerciales de Londres. Trois mois passés en « furlough », le système de rétention d’emploi mis en place par le gouvernement, font à présent place à un certain retour à la normale, mais avec de nouvelles règles.

Magasins vides malgré les soldes

En cette période des soldes, on se serait attendu à une ruée vers les magasins à l’heure de leur réouverture, mais c’est un Londres, encore engourdi par des semaines de confinement que l’on retrouve.

Le commerce en ligne est probablement le seul pan de l’économie à sortir l’épingle de son jeu et explique pourquoi les rues du centre de Londres, autrefois surpeuplée de chalands, sont à présent tristement quasi vides.

Plus de touristes…

Avec la mise en place de la quarantaine le 8 juin dernier, Londres s’est aussi vidée de ses touristes. Avec 37.6 millions de touristes par an, Londres était devenue une destination touristique prisée, aujourd’hui, on ne sait toujours pas quand cette manne financière et économique sera relancée.

Crédit photos: Nadège Alezine

Avec une récession économique qui s’annonce pire que celle de 2008 et 2.8 millions de chômeurs, l’économie du pays prend de plein fouet les conséquences de ma crise sanitaire, qui l’avait obligé à fermer le pays pendant trois mois. En rouvrant les magasins non essentiels, le gouvernement essaye de sauver les meubles et de faire reprendre le commerce mais ce premier jour de réouverture prouve que les consommateurs ne sont encore prêts à reprendre leurs anciennes habitudes de consommation.

Partager

à voir également