Confinement : ces Français de Londres qui livrent du vin
EXPAT LIFE

Confinement : ces Français de Londres qui livrent du vin

Clémentine Vachez le 30.04.20

À l’heure du Covid-19, les achats de vin en ligne profitent de cette période de confinement. Les clients permettent de retrouver le sourire en se procurant du vin en ligne chez leurs cavistes habituels et les boutiques font perdurer leur activité de vente de vin via une plateforme digitale. 

On a fait la rencontre virtuelle de Margaux Fassi, responsable communication et événementiel chez One to Wine en stage depuis quelques mois et Phillipe Polleux, directeur de PeoplesWine, qui ont utilisé cette période de confinement pour créer une plateforme de vente de vins en ligne. One to Wine, c’est une start-up française spécialisée dans le vin, fondée en 2016 par Maxime Maiano, un jeune Toulousain titulaire d’un Master of Science in Wine and Spirits Managment. PeoplesWine, est une plateforme digitale de vente de vins bio crée par Philippe Polleux, qui quant à lui, après avoir été directeur de plusieurs boutiques de vins à Londres, à créer PeoplesWine il y a quelques semaines pour prendre son indépendance et mettre à bien toutes ses expériences dans l’industrie du vin.

Profiter du confinement pour être créatifs 

Les réactions à l’annonce du lockdown du Royaume-Uni ont été vécues différemment. Adaptation d’activités en ligne, diversification de l’offre, quand les Français de Londres utilisent le temps du confinement pour créer. Margaux Fassi se confie sur les réactions de One to Wine à l’annonce de la fermeture de la ville et leur adaptation à la situation :

« Ça a été assez compliqué pour nous, car 80 % de notre activité est basée sur l’événementiel, on avait pas mal de gros évènements en vue, qui ont commencé à annuler petit à petit. On voulait réagir à ce qui était en train de se passer le plus rapidement possible et on a donc transformé notre site vitrine en e-shop. En créant l’e-shop sur notre site internet en incluant un service de livraison à domicile, on a voulu vite rebondir sur la situation et être les premiers sur le marché. On a alors eu l’idée de créer des starter-packs pour se différencier en proposant dans un premier temps le starter-pack Quarantine, où nous répondions à deux problématiques : vendre des packs de 6 bouteilles et les commercialiser de manière attrayante. Tous nos vins sont stockés dans un dépôt. On les livre par caisse de six et non pas unité. On avait conscience au début que les personnes qui ne connaissaient pas nos vins étaient plus réticentes à l’idée d’acheter six bouteilles d’un coup. C’est comme ça qu’on a eu l’idée de créer nos starters pack. »

Après le carton de leur premier Starter-Pack Quarantine, l’équipe de One to Wine a élargi sa gamme : ils proposent désormais un White Lovers Starter-Pack et un Red Lovers Starter-Pack. Les semaines de confinement sont chez certains, un moment utile pour entreprendre.

Après avoir longtemps travaillé dans des boutiques de vins, Philippe Polleux a eu envie de prendre son indépendance et créer sa propre identité. Il s’explique : « lI y a un mois, j’ai décidé de lancer mon propre shop de vins bio en ligne. Je trouve que le vin bio, c’est meilleur au goût, c’est plus sain pour l’environnement, pour les producteurs et c’est également plus intéressant que les vins conventionnels. Ma philosophie, c’est de travailler avec les producteurs artisanaux. J’ai fait des études d’œnologie, j’ai toujours travaillé dans l’industrie du vin, j’ai beaucoup d’expériences donc j’ai voulu lancer ma boutique de vins en ligne. »

Livrer du vin pour partager avec les clients 

Faire découvrir les vins aux clients : telle était la philosophie de l’équipe de One to Wine. Margaux Fassi raconte : « En créant ces starter-pack, on voulait faire découvrir et partager nos vins, on ne voulait pas seulement être un vendeur. Quand les gens commandent leur starter-pack, on voulait leur offrir plusieurs avantages : en plus de la dégustation de vin en ligne, nous offrons également la livraison à domicile dans la zone M25 ainsi que des recettes sur notre blog. Dans l’idée de créer des starters pack, nous voulions mixer nos vins qui pourraient plaire aux clients. Également, pour reprendre nos workshops dégustation habituellement organisés pour des événements, nous sommes en train de préparer, en plus des starter-pack, des boxes « Cheese and Wine », qui seraient composées de trois fromages et vins différents. Boxes qui seraient suivies d’analyses d’accords entre le vin et le fromage. » 

Pour Philippe Polleux, qui a ouvert il y a quelques semaines sa boutique en ligne de vins bio, « veut créer une relation forte avec les clients, les conseiller et échanger avec eux. Je n’ai pas encore beaucoup de stocks à l’heure actuelle, mais la boutique va prendre de l’ampleur. La livraison des vins est gratuite dans l’est de Londres, car je la fais à vélo et pour le reste de l’Angleterre, elle est gratuite à partir de £100, sinon £10 de frais de livraison. »

Un post-confinement plein de projets 

L’année dernière, lorsque la rédaction d’Ici Londres avait rencontré l’équipe de One to Wine à l’occasion de la soirée d’anniversaire des 3 ans de la boutique, la start-up avait pour ambition d’ouvrir un bar à vin. Margaux Fassi s’explique sur l’évolution du projet en plein confinement : « Bien sûr que ce projet d’ouverture de bar à vin à Londres est encore d’actualité. C’est un projet auquel on pense encore, on est constamment en recherche d'un local. Mais avec la situation actuelle, on remet un peu tout en question. »

Malgré l’ouverture d’un bar à vin mise en stand-by au vu de la situation actuelle, ce n’est pas pris les projets qui leur manquent. Initialement prévu pour le mois de mai, toute l’équipe de One to Wine est sur le point de lancer un événement courant été. L’information à retenir : un événement macaron et champagne sur un voilier à Londres.

Au programme, dégustation avec stand de macarons pour présenter leurs différents champagnes. Ouvrir un bar à vin après le confinement, c’est aussi le projet de Philippe Polleux, qui souhaite importer du vin de France pour supporter le travail des artisans. Il s’explique : « J’ai pour ambition d’ouvrir un bar à vin naturel dans l’est de Londres de préférence, sûrement en 2021 et pouvoir discuter et échanger avec les clients. Car pour moi, le vin c’est un média pour que les gens se retrouvent. Le plus important dans la vie, c’est l’idée de se retrouver et de communiquer.»

Retrouvez plus d'informations sur One to Wine ici.

Retrouvez pus d'informations sur PeoplesWine ici.

Partager

à voir également