Mon confinement loin de Londres avec Élodie
EXPAT LIFE

Mon confinement loin de Londres avec Élodie

Nadège Alezine le 29.04.20 - modifié le 06.05.20

Depuis son arrivée à dans la capitale, la jeune femme de 35 ans (CQFD : qui nous a demandé de ne pas donner son nom de famille dans cet article) écrit un blog sur la ville où elle donne des conseils sur l’expatriation mais aussi sur les bons plans pour profiter de la ville. Blog lifestyle féminin, Les Petites joies de la vie londonienne accompagnent aussi ses lectrices pendant le confinement avec un journal de confinement mais aussi des cours de yoga en ligne.

Quelle est votre routine quotidienne ?

Je travaille de la maison, donc relativement similaire à ma routine londonienne, "d'avant", avec le métro et beaucoup de marche en moins, mais plus de yoga et sport. J'ai ajusté pas mal de choses au fur et à mesure que le confinement s'est installé.

Par exemple, dans la "vie d'avant", je me réveillais vers 6h. Je suis une adepte des routines matinales et du sport le matin avant d'aller au bureau mais je trouve que cette situation est déjà suffisamment compliquée pour s'imposer trop de rigidité, et honnêtement, je n'ai pas la détermination et l'énergie que j'ai d'habitude, donc je me lève rarement avant 7h30/8h la semaine.

J'ai repris mes routines la semaine qui consistent à démarrer chaque journée par un peu de méditation suivie de 30 minutes de yoga, footing ou un cours de Swedish Fit en ligne et un petit dej "healthy". Mais je ne me mets pas la pression. Chaque jour est différent. La seule constante, c'est le sport ou yoga sans lesquels je ne peux pas bien démarrer la journée, confinement ou pas.

Vous êtes plutôt pyjama et pantoufles pendant le confinement ? Ou vous continuez à vous habiller ?

Un mix des 2. Encore une fois, ça dépend des journées, du travail et du moral. Si j'ai une journée avec beaucoup de réunions ou si je dois être productive je me mets en condition avec tenue que j'aime bien et un peu de maquillage, mais il m'arrive aussi de finir avec un ensemble "petit pull sympa en haut" et "leggings de yoga en bas" surtout si je sais que je vais en refaire le midi ou le soir.

Au global, c'est sérieux mais clairement plus relax que d'habitude. Ce qui est assez agréable.

Avec qui êtes-vous confinée ?

Avec mes parents, en France.

Continuez-vous à travailler depuis chez vous ? 

Oui, je travaille tous les jours depuis le début. Je ne suis pas une grande fan du travail de la maison de base, et l'énergie de travailler en équipe au bureau me manque mais comme pour tout depuis 1 mois 1/2, on s'adapte!

Comment vous êtes vous retrouvée à vous confiner en France plutôt qu’à Londres?

J'avais un évènement familial de longue date prévu en France le week-end du 14 Mars. J'ai un peu hésité à y aller car j'avais peur de potentiellement infecter mes parents et ma famille, alors la semaine d'avant j'ai ralenti toutes les activités. Dans ma valise "hand luggage" prévue pour 4 jours en France, j'ai ajouté 2/3 hauts et mon ordi du boulot "au cas où". Tout était encore flou et le décalage France / UK assez fort à ce moment-là.

Le confinement a été annoncé la veille du retour prévu à Londres, alors il m'a paru plus raisonnable et logique de rester chez mes parents. À Londres, je vis en coloc dans une maison que j'aime bien, mais quitte à être enfermés, il m'a paru logique de l'être chez mes parents,  où il y a plus d'espace et un grand jardin. C'était aussi une façon de laisser de la place à mes colocs qui ne peuvent pas rentrer chez eux (Néo Zélandais et une infirmière par exemple). Cette expérience met aussi en avant certaines limitations de la vie londonienne.

Pendant 10 jours, j'ai eu un peu la sensation qu'on m'avait arraché de Londres et ma vie londonienne, mais avec le recul, je me sens assez sereine de le passer en France et en famille. Je rêve juste de faire un saut chez moi, remplir une valise d'affaires et revenir en France. Mais rien n'est jamais parfait!

Ce qui vous manque le plus en confinement ?

Londres! Même si je sais que ce n'est plus le Londres qu'on connaît, dans ma tête j'ai eu beaucoup de mal à couper le cordon (même si ce n'est que temporaire) et j'ai toujours du mal à comprendre que même là-bas tout est vide et en suspend. Mes affaires, puisque je suis rentrée avec quasi rien.De marcher partout tout le temps, quelque chose que je fais beaucoup à Londres. D'autant plus qu'en France le confinement est très strict et on ne peut pas aller au-delà d'1 km de chez nous. À Londres je vis à Wandsworth près de la Tamise et rêve de partir marcher du côté de Putney et Barnes ou de l'autre côté, longer la Tamise jusqu'à Battersea Park! Et mes cours de yoga. Je suis prof de yoga les week-ends avec Swedish Fit et devoir les arrêter a été assez dur. Mais on a retrouvé une sorte de routine via des cours en ligne - Les dimanches et mercredi si ça vous dit ! Pas tout à fait pareil mais super de pouvoir garder le lien et continuer.

Avez-vous pris de mauvaises habitudes, en confinement ?

Au début, un peu, comme tout le monde j'ai fait du pain et des banana cakes et me suis un peu prise pour une chef (Chose que je ne suis pas du tout!). Je me suis aussi jetée sur les brioches et tous les fromages dans les rayons des grands supermarchés français. Mais j'ai vite décidé de retrouver mon rythme londonien plus "healthy" la semaine. Pas parce qu'il faut, (encore une fois, chacun son rythme) mais parce que perso, c'est ce qui me convient.

Sinon je fais plus de grasses matinées qu'avant mais je ne vois rien de tout ça comme des "mauvaises habitudes" en ce moment.

Avez-vous des connaissances atteintes par le virus ?

Quelques membres de ma famille et amis. Mais tout s'est bien fini dans mon cercle proche. J'ai des connaissances et amis pour qui ce n'est malheureusement pas le cas. C'est important de se rappeler que si on connaît aussi peu de drame autour de nous, c'est grâce à ce confinement et à cet effort collectif.

Quels sont les conseils que vous pouvez donner à ceux qui vivent mal leur confinement ?

Ne pas croire à ce qu'on voit sur Instagram et se méfier de l'hyper-productivité générale qui circule sur les réseaux sociaux. Se laisser des jours de break et se laisser de droit d'avoir des coups de blues ou des journées flemme. Faire du yoga, mais surtout accompagnés d'exercices de respirations (La respiration alternée par exemple qui est très calmante).

Méditer mais si ce n'est pas votre truc, se plonger dans un bon bouquin ou une recette de cuisine est aussi efficace. Le but est de s'ancrer dans l'instant présent

Eviter justement de penser à l'après ou de se projeter trop loin dans le temps, car personne ne sait rien, sinon nous n'en serions pas là où nous sommes.

Pratiquer la psychologie positive via des exercices faciles lors desquels on liste ses "petites joies" à la fin de la journée.

Je recommande aussi d'écouter le podcast d'Elizabeth Day "How to Fail" avec Mo Gawdat - (Le spécial coronavirus car il y en a un plus ancien), qui est plein de sagesse et bon sens. Et assez rassurant aussi.

J’ai aussi dressé une liste de livres que j'ai lue ces dernières années et qui sont hyper bien à lire pour accepter les situations de changement sur le blog.

Ce qu’il vous plaît le plus en étant confinée ?

Les longs appels et discussions avec mes amis. Le plaisir de retrouver une vraie communication.

Prendre le temps de voir la nature changer pendant le printemps (Le passer à la campagne aide, forcément!)

Redécouvrir mes parents et vivre ça ensemble

Pouvoir faire du Swedish Fit le matin! (Ils n'ont des cours sur Londres que le soir normalement).

Pouvoir faire des cours de sport ou yoga avec des profs que j'adore mais qui sont normalement trop loin ou pas aux bons horaires.

L'idée d'être amenée à une sorte d'introspection personnelle et humaine et d'être forcée de sortir de nos zones de confort pour se réinventer et accepter une telle situation

Être dans un contexte qui peut remettre en question l'ordre social et les notions de "succès" et "normalité". Ou en tout cas vraiment les confronter car on en parle beaucoup mais de façon souvent superficielle.

Que pensez-vous de la manière dont le gouvernement britannique traite la crise ici ? Et en France ?

Vu de la France où de nombreuses restrictions étaient déjà en place, j'ai eu du mal à voir Londres s'éteindre seule sans guidance du gouvernement au début, et beaucoup d'incompréhension vis à vis de la lenteur des actions au UK qui semblaient ne pas vouloir voir ou accepter ce qui se passait. Ce sont particulièrement les petits business locaux qui m'ont marqué (Cafés, boutiques, salles de sport, de yoga etc...). Ils font tellement partie de nos vies et quotidiens londoniens et forment l'identité de nos quartiers. C'était dur de les voir soit fermer soit tenir le coup mais sans client et sans visibilité sur leur suite.

Maintenant, je me demande s'il faudrait que les mesures soient aussi strictes qu'en France mais je peux comprendre que les conséquences d'un confinement peuvent être tout aussi dramatiques que le virus, autant d'un point de vue économique qu’humain.

Quant à la France, ça me rappelle encore une fois à quel point c'est un pays formidable avec des valeurs sociales fortes. Évidemment on peut toujours mettre l'accent sur les couacs du système ou les erreurs du passé (Et il y en a!) mais c'est intéressant de comparer les deux pays et mettre en perspective les deux approches d'une même situation.

Quelle est la première chose que vous avez envie de faire une fois le confinement terminé ?

Je rêve d'un café en terrasse avec mes amis! Mais je me contenterai de pouvoir aller faire un long footing au lac le plus près de chez nous (qui est interdit d'accès pour l'instant) ou dans un beau spot de nature quand les restrictions sont levées!

Et sauter dans un avion pour Londres! Mais a priori, pas tout de suite...

 

 

 

Partager

à voir également