Les méthodes pour gérer le stress et l’anxiété pendant le confinement expliquées par la sophrologue Dominique Antiglio
TENDANCE

Les méthodes pour gérer le stress et l’anxiété pendant le confinement expliquées par la sophrologue Dominique Antiglio

Clémentine Vachez le 28.04.20

Comment gérer le stress, l’anxiété et autres conséquences pendant le confinement ? Explications avec Dominique Antiglio, sophrologue depuis 19 ans et fondatrice de Be Sophro depuis 8 ans. 

Auteur, sophrologue et passionnée du pouvoir de transformation de la sophrologie, Dominique Antiglio se confie sur la force de la sophrologie pendant le confinement : « Je trouve que c’est un bon moment pour communiquer sur la sophrologie, car les gens veulent trouver des méthodes pour s’aider eux-mêmes. C’est pendant cette période qu’ils trouvent plus le temps pour régler leur problème d’anxiété et faire le point. »

« Le confinement, personne ne le vit de la même façon » 

Dominique Antiglio, sophrologue renommée depuis 19 ans, témoigne sur la manière dont elle vit cette période : « Je vis ce confinement comme une forme de lâcher prise. Quand je vois une nouvelle situation arrivée, je me demande comment je vais mettre en place mon quotidien pour répondre à mes besoins. Mais le confinement, personne ne le vit de la même façon. Les gens économiquement plus fort peuvent prendre leur mal en patience, se servir de cette situation pour être plus créatif, voire ressortir un peu plus philosophe. Ce serait comme une opportunité de prendre soin de soi et de revoir nos priorités. En revanche, les gens qui connaissent ou ont connu un décès familial ou une perte de travail, n’ont pas le temps de se poser des questions métaphysiques, ils sont actuellement dans un état de gros stress, un stress « réel » ».

« On a le droit d’avoir des moments de désarroi, nous ne sommes pas des machines »

Le confinement selon les experts en sophrologie, est vécu comme un vrai challenge. C’est une situation inhabituelle, appréhendée par tous. Confrontés à soi-même, Dominique Antiglio affirme qu’il est normal d’avoir des pensées négatives dans cette situation : « Nous vivons actuellement dans une période dans laquelle on parle beaucoup de la mort et des choses difficiles. C’est une période qui nous confronte énormément. Le monde extérieur s’arrête, il reste plus que l’intérieur donc ce qui nous habite va forcément émerger. Il faut faire face à notre ombre et éprouver beaucoup de gentillesse envers soi. On a le droit d’avoir des moments de désarroi, nous ne sommes pas des machines. Si notre journée n’est pas réussie, c’est ok. Nous sommes dans une période où on est totalement restreint dans tout ce qu’on fait d’habitude donc c’est un vrai challenge et un vrai apprentissage pour certains de vivre autrement. C’est donc tout à fait normal d’avoir des pensées négatives. On est constamment plongé dans le même sujet au niveau des news quotidiennes, des décisions du gouvernement, du nombre de morts .... Il faut réussir à prendre de la distance avec ça. Car cette réalité quotidienne peut devenir vraiment sombre et générer beaucoup d’anxiété. La source des angoisses vient des difficultés potentielles du présent et du futur. Moi-même, je limite beaucoup ma consommation aux médias, je m’attarde plus sur le bilan lourd des morts. Ce n’est pas égoïste, je suis totalement emphatique avec les gens qui souffrent, mais on ne peut pas regarder ça toute la journée, on est obligé de se protéger psychologiquement. »

La sophrologie pendant le confinement, c’est prendre de la distance sur son quotidien et réévaluer ses peurs, ses anxiétés. 

La sophrologue Dominique Antiglio témoigne des bienfaits de la sophrologie en cette période de confinement : « La sophrologie c’est 10 ou 12 minutes qu’on peut s’accorder et faire en sorte de se connaître soi, de relaxer, respirer, sortir de son mental et revenir à l’instant présent, aux ressources de confiance, d’optimisme, de gratitude qu’on peut avoir en soi. Changer son regard sur le quotidien, on ne peut pas le faire qu'avec son mental. Avec la sophrologie, on fait une pause, on est guidés, on se rend compte qu’il y a la possibilité d’être et de vivre autre chose. Finalement ce confinement, c’est une occasion de se redéfinir soi, redéfinir ce qui nous anime réellement face au monde extérieur. » 

En plus de proposer des consultations en ligne avec BeSophro, Dominique Antiglio organise des lives gratuits de self-develoment sur Instagram. Plusieurs fois par semaine, avec une thématique différente, Dominique Antiglio organise des lives Instagram de 30 minutes sur la santé mentale. C’est un moment pour se recentrer, pour prendre de la distance sur son quotidien et réévaluer ses peurs, ses anxiétés et les transformer. Des techniques pour un meilleur sommeil à la productivité en télétravail en passant par la respiration pour calmer l’esprit, la sophrologue témoigne des retombées positives de ces rendez-vous thématiques 2.0 : « J’ai eu de super feed-back de mes clients qui suivent mes lives régulièrement. Ça a également fait beaucoup de vague dans la presse britannique. »

"Prendre du temps pour soi » 

Se poser les bonnes questions dès le début de journée, être organisé et prendre des moments pour soi, voici quelques tips conseillés par la sophrologue Dominique Antiglio pour mieux vivre son confinement : « Je conseillerai de faire un petit planning pour la semaine afin de structurer son quotidien, pas seulement avec son travail, mais avec également les petites choses de la vie qui nous font plaisir. Et y inclure notamment des temps de repos, des exercices de respiration. Il est important de se dire : comment j’ai envie de vivre ma journée aujourd’hui ? Quelles vont être mes intentions ? C’est très important d’être à l’écoute de soi et de prendre un moment chaque jour avec soi-même. Pour cela, il faut bien choisir ses distractions, choisir ce qu’on regarde sur son téléphone et minuter ce temps. Enfin, je conseillerai, de faire une petite sortie quotidienne pour voir la lumière du jour, car si on ne bouge pas son corps, on a moins d’énergie, on devient plus déprimé et ça impacte notre psysiologie. C’est un cercle vicieux. Également, ne pas être en connexion sociale nous affecte beaucoup. Énormément de gens souffrent de ne pas voir ceux qu’ils aiment, ni même d’aller au travail ... Cette connexion avec les autres est essentielle, elle fait partie de nos besoins vitaux. La solitude est un gros facteur de stress. Téléphoner avec ses amis, sa famille est essentiel : on a besoin de se nourrir de cette énergie, de cette connexion. »

Retrouvez les cours de gestion du stress en ligne de Dominique Antiglio ici.

Rendez-vous sur le compte Instagram de Dominique Antiglio pour des lives en anglais tous les mardis à 20h et tous les jeudis à 20h15 à partir du mois de mai. 

Mardi 5 Mai :  De-Stress Your Immune System 

Jeudi 7 Mai : From Crisis to Confidence 

Mardi 12 Mai : Boost Your Energy 

Jeudi 14 Mai :  Finding Peace in Turmoil 

DImanche 17 Mai : Sophrology for Hope (session bonus)

Crédits photos : Daniella Staub

Partager

à voir également