Mon confinement à Londres avec Marine Schepens
EXPAT LIFE

Mon confinement à Londres avec Marine Schepens

Nadège Alezine le 30.03.20

Marine Schepens a 38 ans et originaire de l'est de la France. Installée à Londres depuis 13 ans, elle travaille pour une marque de luxe britannique et vit dans l’est de la ville à Stoke Newington.

Une routine bien huilée

« Levée à 7h30, je fais un peu d'exercice (yoga / jogging / promenade). Je me connecte pour le travail à 9h. J'évite d'utiliser un écran avant. Je fais des petits breaks clopes dans mon jardin assez fréquemment pour souffler un peu. Déjeuner vers 13h - je reprends le travail vers 14h et je finis vers  17h30/18h avec un petit verre de vin! »

Confinée dans une maison avec sa colocataire Appy, les deux jeunes femmes cuisinent chacune leur tour et prennent leur repas ensemble. Un bureau improvisé a été installé dans leur salon, écrans d’ordinateurs, tasses de thé et concentration maximale, entre deux conférences par téléphones sont à présent leur nouveau quotidien.

Loki, le chat de la maison veille au grain pendant que la vie s’organise autour de lui. Marine gère les affaires courantes à distance :

« J'ai la chance de pouvoir continue mon activité et de travailler depuis la maison comme le reste de me collègues. » Explique-t-elle.

Rentrer en France ?

C’est une question qui s’est posée à pas mal de Français expatriés : se confiner à Londres ou envisager un retour dans leur pays natal ? Pour Marine, la réponse était évidente :

« Non, je n'ai pas pensé à rentrer en France. Ma vie est à Londres. Je n'en ressens pas le besoin. Il faudra me reposer la question dans 3 mois si on est toujours en confinement. La campagne profonde sera certainement plus attrayante à ce moment-là ! »

Quand on lui demande ce qui lui manque le plus en ces temps de confinement, Marine fait preuve de sang-froid :

« La liberté de mouvement est ce qui me manque le plus. Mais il faut que l'on soit responsable et que l'on comprenne que le confinement nous protège ainsi que le reste de la population. Cela va au-delà de nos besoins individuels. »

Heureusement, au moment de l’entretien, Marine ne recense qu’un ami atteint par le Covid 19 :

« Un ami a attrapé le coronavirus. Il vit en Allemagne, mais il se remet et sa famille se porte bien. »

Adepte du Yoga et végétarienne, Marine continue à être active malgré les restrictions et elle partage ses conseils pour bien réussir son confinement forcé :

« Mes conseils sont les suivants : soyez actifs que ce soit aller faire du jogging ou danser dans votre cuisine. Le sport est un très bon moyen d'éliminer l’énergie nerveuse et on a tous besoin d'endorphine en ce moment ! Appelez votre famille et amis, chaque jour prenez des nouvelles. Ce n'est parce que nous sommes en confinement que l'on ne peut pas être en contact. Structurez votre journée, il est très important d'avoir une routine. Soyez patient avec vous-même. Nous avons tous besoin de temps pour s'habituer à cette nouvelle réalité (temporaire). Profitez des petits plaisirs de la vie, le soleil sur votre visage, un bon livre, un bain. C'est le moment d'être présent. Et enfin si vous avez les moyens vous pouvez faire un don au NET (National Emergency Trust) ou autre cause de votre choix, ça fait toujours du bien ! »

Résolument optimiste, Marine réussit à trouver du positif dans cette expérience inédite :

« Cela m'oblige à prendre le temps de faire les choses bien et me pousser à être plus créative avec mon cooking style ! »

Pour finir, on lui a demandé son avis sur la manière dont le gouvernement britannique a géré la crise due au Covid 19 depuis le début de l’épidémie.

« Je pense que le gouvernement Anglais a été trop laxiste. On aurait dû être en isolation plus tôt. Je pense que la France a eu une réponse similaire au reste de l'Europe. Il y a juste cette histoire d'attestation pour pouvoir sortir de chez soi qui me chiffonne. Tout le monde n'a pas forcément accès à une imprimante et ça met encore plus à l'écart une partie de la population déjà isolée. »

 

Partager

à voir également