L’Excel Centre devient un hôpital d’urgences pour traiter les patients du Covid 19
LONDON LIFE

L’Excel Centre devient un hôpital d’urgences pour traiter les patients du Covid 19

Nadège Alezine le 24.03.20

Le Secrétaire d’état à la santé, Matt Hancock a tenu une conférence de presse afin de faire le point sur les mesures prises par le gouvernement britannique face à l’épidémie de Covid 19.

Aujourd’hui, le Royaume-Uni compte 6650 cas (967 nouveaux) et 335 morts et 1221 cas rien qu’à Londres.

Face au désastre annoncé auquel doit faire face quotidiennement le NHS, ses soignants et employés, le gouvernement a fait appel à 11788 ex-employés des services du NHS (2660 docteurs, 2000 personnels cliniques et 6147 infirmiers) afin qu’ils reprennent du service rapidement et viennent grossir les rangs de soignants débordés par l’afflux de malades atteints par le virus.

Un hôpital d’urgences

Le Excel Centre situé à Stratford va devenir sous peu le NHS Nightingale, un hôpital avec deux gardes de 2000 lits chacune afin d’accueillir des patients atteints par le Covid 19. Les employés du NHS aidés par l’armée vont gérer ce nouvel espace tandis qu’un appel est aussi lancé à des volontaires, pour venir grossir les rangs. Le gouvernement en effet a besoin de 250 000 volontaires qui pourraient venir prêter main forte au NHS tout au long de cette crise sanitaire, sans précédent.

3.5 millions de tests commandés

Matt Hancock annonce aussi que le gouvernent a passé commande de 3.5 millions de tests anticorps. Ces tests permettent de savoir si la personne testée a eu le Covid 19 et si elle a pu développer une immunité contre le virus. De plus, 7.5 millions de pièces d’équipements de protections comprenant des masques et combinaisons ont été aussi commandé par le gouvernement pour protéger les travailleurs du NHS.

Des mesures qui arrivent un peu tard quand on sait que nombre de soignants du NHS continuent d’aller travailler tous les jours sans protection et ne sont pas testés pour savoir s’ils sont porteurs du virus ou pas.

Le Secrétaire d’état à la santé a aussi critiqué la baisse de nombre de rames de métro décidée par TFL qui fait grimper le nombre de passager dans une seule rame et ne permet pas la distance de sécurité de 2 mètres.

Partager

à voir également