Covid 19: Londres et Le Royaume-Uni entrent en confinement
LONDON LIFE

Covid 19: Londres et Le Royaume-Uni entrent en confinement

Nadège Alezine le 24.03.20

Le Premier ministre l’a annoncé dans son allocution télévisée quotidienne : « Vous devez rester chez vous ! ». Avec une augmentation massive des décès dus au Coronavirus dans le pays (355 morts), Boris Johnson décide de mettre le pays sous cloche pendant au moins trois semaines. Il est à rappeler que la ville de Londres avec à ce jour 1221 cas recensés de Covid 19 reste l’épicentre de l’épidémie dans le pays. 
« Aucun Premier ministre ne veut prendre ce genre de décision. » Justifie Johnson, l’air grave et le ton ferme, il assène les nouvelles mesure prises pour lutter contre la propagation du virus. 
Tous les déplacements sont soumis à condition : on ne doit sortir que pour faire ses courses et faire de l’exercice ou aller travailler. Tous les rassemblements du genre baptême, mariage sont annulés, à l’exception des funérailles et tous les lieux de cultes sont fermés jusqu’à nouvel ordre.
Tous les magasins non-essentiels sont désormais fermés ainsi que les salles de gym, les aires de jeu. Les parcs restent ouverts pour le moment à condition que les nouvelles consignes de distance sociale soient respectées par le plus grand nombre. 
Tous rassemblement de plus de deux personnes sont interdits et seront dispersés par la police qui pourra aussi verbaliser. 
Il faut sauver le NHS
Le Premier ministre rappelle que 7500 retraités du NHS vont reprendre du service afin de faire face à la situation dramatique qui se déroule dans les hôpitaux en ce moment : pas assez de respirateurs pour tous les malades, des soignants au front sans protection. 
Une pénurie de matériel et de soignants qui est le résultat de la politique d’austérité instaurée les gouvernements conservateurs successifs depuis la crise boursière de 2008, sans compter par les conséquences du Brexit sur les employés européens du NHS.
« Nous sortions de cette crise encore plus fort. » Conclut Boris Johnson. Ce qui est certain, c’est que la crise s’aggrave dans le pays et que la théorie de la « contamination de masse » des débuts n’était qu’une sorte de déni face à la gravité de la situation. 

Partager

à voir également