Ces entreprises londoniennes qui s'engagent contre le gaspillage
EXPAT LIFE

Ces entreprises londoniennes qui s'engagent contre le gaspillage

Nadège Alezine et Carla Biancarelli le 28.02.20

La fast fashion n’est plus à la mode

Vinted est une application de revente des vêtements, chaussures et accessoires d’occasion. Véritable “Le Bon Coin de la mode”, ce vide dressing virtuel surfe avec brio sur le marché de l’économie parallèle. La plateforme turquoise est le moyen idéal de désencombrer ses placards en remplissant son porte-monnaie. Déjà adoptée par plus de 10 millions d’utilisateurs français, la version UK, elle, est encore méconnue des fashionistas. Alors, n’attendez pas une minute de plus, téléchargez ce temple de la seconde main, rentrez dans la danse de la mode durable et éthique et gagnez, en prime, quelques billets.

 

Les restos du Cœur sauce anglaise

Cette association caritative britannique gère les surplus alimentaires des grandes surfaces comme Tesco et Waitrose qui leur livrent directement ce qui ne peut plus être vendu dans leurs rayons. FareShare fait le tri dans ses entrepôts pour que 4.6 millions de repas par an soient assurés pour nourrir les plus démunis. Ce sont des centaines de banques alimentaires qui comptent sur les livraisons quotidiennes de FareShare, une association qui n’est pas prête de fermer ses portes tant les inégalités entre plus riches et plus pauvres se creusent.

Faites vos dons sur fareshare.org.uk

 

Un traiteur français anti-gaspi

Depuis ses débuts en 2017, Sophie André a économisé plus de 9 tonnes de nourriture artisanale britannique et servi plus de 29 000 personnes dans la région de Londres. Lancée en 2016 par la Française Sophie André, Elysia est une entreprise londonienne qui lutte contre le gaspillage alimentaire. Le concept est simple : proposer des formules “petit-déjeuner” ou “traiteur” à partir de produits issus de la surproduction. Fruits et légumes “moches”, meules de fromage avec des “imperfections” laissées lors des tests d’affinage, aliments récupérés après des annulations de commandes… Entre 75 et 80% du menu proposé est fabriqué avec des produits “sauvés”.

 

Partager

à voir également