Retour sur trois ans de controverse à l'heure du Brexit
BREXIT

Retour sur trois ans de controverse à l'heure du Brexit

Léa Le Breton le 27.01.20

23 juin 2016 : les Britanniques veulent sortir de l’Europe

51,9 % des Britanniques votent en faveur du “leave”, lors d’un référendum organisé le 23 juin 2016 par David Cameron, alors Premier ministre conservateur, faisant campagne pour le maintien dans l’Union européenne. Au lendemain du vote, il annonce sa démission et laisse sa place à Theresa May, alors ministre de l’Intérieur.

29 mars 2017 : l’article 50 du traité de l’Union européenne est activé

Donald Tusk, président du Conseil européen, accuse réception de la lettre envoyée par Theresa May. Dans celle-ci, la Première ministre britannique indique activer l’article 50 du traité sur l’Union européenne permettant à un pays de se retirer de l’UE. Les négociations peuvent commencer.

25 novembre 2018 : les Vingt-Sept valident l’accord

Lors d’un sommet européen organisé pour l’occasion, les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne ont signé l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE. Les conditions du divorce sont énumérées dans un texte de 585 pages : l’intégrité du marché intérieur, le respect des engagements financiers, le maintien des droits des expatriés et l’absence de frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord.

29 mars 2019 : un Brexit sans cesse reporté

La date du Brexit était initialement fixée au 29 mars, à minuit. Faute d’accord, celui-ci a été rejeté par le Parlement et reporté trois fois au 12 avril, puis au 31 octobre et enfin au 31 janvier 2020.

24 mai 2019 : Theresa May jette l’éponge

Après de maintes négociations et reports du Brexit à plusieurs reprises, sans qu’un accord ne soit trouvé et accepté par la Chambre des communes, Theresa May annonce sa démission, fixée au 7 juin, face à son incapacité à mettre en œuvre le Brexit.

24 juillet 2019 : Boris Johnson prend ses fonctions au 10 Downing Street

Élu la veille à la tête du parti Conservateur, Boris Johnson reprend les rênes du gouvernement. L’ancien maire de Londres s’engage à un Brexit d’ici le 31 octobre, “coûte que coûte”.

12 décembre 2019 : Une victoire historique pour les Conservateurs

Les sondages donnaient l’avantage aux Conservateurs de Boris Johnson, en laissant ouverte la possibilité d’un Parlement sans majorité, avec de fortes intentions de vote pour le parti travailliste. C’est finalement Boris Johnson qui remporte les élections anticipées avec une large majorité. Les Conservateurs parviennent à obtenir 365 sièges sur 650 au Parlement britannique.

9 janvier 2020 : Clap de fin ! Le Brexit définitivement adopté

330 voix pour, 231 voix contre. Le nouvel accord négocié entre le Gouvernement britannique et l’Union européenne, le 17 octobre, est définitivement adopté. La sortie du Royaume-Uni de l’UE est fixée au 31 janvier. La loi doit tout de même passer entre les mains de la Chambre des lords, puis de la Reine. Ce qui devrait être une formalité. S’en suivra une période de transition, au moins jusqu’à fin 2020, prolongeable jusqu’à deux ans. Cependant, Boris Johnson a fait savoir qu’il était opposé à toute extension de la période de transition au-delà de 2020.

 

Partager

à voir également