Le centre audiovisuel Simone de Beauvoir à l’honneur à l’Institut français
TENDANCE

Le centre audiovisuel Simone de Beauvoir à l’honneur à l’Institut français

Nadège Alezine le 07.01.20

C’est à travers la carrière de Delphine Seyrig au cinéma et de son engagement auprès de la cause féministe que l’Institut français collabore avec Nicole Fernandez Ferrer, déléguée générale du centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

L’Institut français rend hommage au combat des femmes pour l’égalité des droits en mettant en lumière la carrière et le militantisme de Delphine Seyrig (1932-1990). Icône du cinéma d’auteur français, elle a joué avec Resnais, Truffaut, Demy mais a aussi été à l’origine de la création du centre audiovisuel Simone de Beauvoir en 1982. À travers des projections de ses films, comme comédienne mais aussi comme réalisatrice, l’Institut donne un nouvel éclairage sur la carrière de Seyrig. Nicole Fernandez Ferrer, du centre Simone de Beauvoir, interviendra au cours de Q&A pour dévoiler les combats féministes documentés par Seyrig autour de Sois belle et tais-toi ! (1976) et Delphine Seyrig and video activism.

Une histoire du féminisme français

Le centre audiovisuel Simone de Beauvoir a pour but d’archiver et de conserver les documents relatifs au combat des femmes sur leurs droits. Restauration et numérisation des archives en partenariat avec la bibliothèque de France mais aussi diffusion de films et documentaires traitant du combat féministe en France sont les principales missions de ce bastion du féminisme français.

Crée en 1982 par trois féministes professionnelles de l’image, Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder, le centre milite caméra au poing pour faire entendre la voix des femmes, au cours de ce qu’on peut appeler la seconde vague du mouvement féministe, marquée par l’accession au droit à l’avortement porté par Simone Veil.

« La caméra est devenue une arme pacifiste utilisée par les femmes pour documenter le combat sur le droit à l’avortement avant sa régularisation de 1974. » explique Nicole Fernandez Ferrer, déléguée générale du centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

En 1981, après l’élection de François Mitterrand comme président de la république, ces trois militantes féministes créent le centre Simone de Beauvoir, un lieu où l’on pouvait montrer les films relatant la lutte des femmes mais aussi les archiver. Elles ont documenté tout ce qui touchait aux questions relatives aux droits des femmes à travers des films mais en elles doivent fermer le centre qui rouvre ses portes en 2004. Les missions du centre évoluent tout en gardant l’esprit du début, cher à Delphine Seyrig, décédée depuis.

Le centre travaille avec des artistes en demande d’archives sur le combat féministe, notamment avec Travelling féministe, un réseau de mise en commun des ressources du centre Simone de Beauvoir mais participe aussi à des expositions et conférence à travers le monde pour mettre en lumière le combat des femmes.

Cette série d’évènements et de projections à l’Institut français participe de la mission du centre en replaçant la lutte des femmes dans un contexte historique, preuve qu’il y avait déjà un féminisme avant le #MeToo.

Hommage à Delphine Seyrig jusqu’au 04/02 à l’Institut français, 17 Queensberry Place, SW7 2DT Métro : South Kensington. Réservations ici.

Partager

à voir également