MadamePee : les urinoirs pensés par une femme, pour les femmes
TENDANCE

MadamePee : les urinoirs pensés par une femme, pour les femmes

Clara Bodnar le 07.11.19 - modifié le 11.11.19

MadamePee, c’est le nom de l’urinoir qui révolutionne les toilettes publiques en facilitant la vie des femmes. Fini les squats et le papier autour de la cuvette ! L’inventeuse de ce dispositif est une Française et elle nous parle de son projet, de ses débuts à son succès en France et à l’étranger. 

La révolution de la petite commission 

C’est lors d’un festival en 2015, que Nathalie des Isnards, la fondatrice de MadamePee, a été frappée par la différence de temps d’attente aux WC chez les hommes et chez les femmes : "Je me souviens être allée aux toilettes en même temps que mon compagnon qui lui, est sorti en deux minutes tandis ce que je faisais encore la queue une demie heure plus tard. J’ai entendu le concert auquel je voulais assister commencer au loin et j’ai été indignée par le manque de d’efficacité des installations prévues pour les filles." 

Suite à cet évènement, l’idée de toilettes pratiques et adaptées aux femme a commencé à germer dans l’esprit de Nathalie qui s’est mis en tête d’imaginer une infrastructure permettant de réduire le temps passé dans les WC publics tout en répondant à des exigences non négligeables d’hygiène et d’intimité. 

L’ergonomie au service de l’efficacité 

C’est en 2018 que le premier prototype MadamePee voit le jour, avec l’aide d’un panel d’utilisatrices, de psychologues et d’ergonomes. "Il était très important pour nous de recueillir un maximum d’avis afin d’être sûrs de répondre exigences que nous nous étions fixés." 

Le maître-mot du projet MadamePee est l’équité d’offre proposée aux hommes et aux femmes en ce qui concerne le temps consacré à aller aux WC lors de manifestations publiques. Les filles le savent, passer aux toilettes lors d'un festival ou autre manifestation peut être l'évènement le plus challengeant de toute une journée. Entre les accrobaties pour ne pas toucher la cuvette et le sol plus que douteux des cabines en plastique, cette expérience pour le moins triviale peut vite virer au cauchemar. Afin de permettre aux femmes de perdre le moins de temps possible dans cette activité peu passionnante, tout est pensé en fonction de leur utilisation et de leurs besoins, différents de ceux des hommes. Et cela commence par un gain de place considérable : là où se tiendraient 10 cabines classiques, on peut mettre 18 dispositifs MadamePee. "En optimisant l’espace ainsi, nous avons pu constater que le temps d’attente était divisé par trois en comparaison avec des WC publics classiques, avec un temps d’utilisation qui varie entre 30 et 45 secondes." Explique Nathalie. 

 

"Nos mots d'ordre : rapidité, hygiène et intimité" - Nathalie des Isnards

 

Le dispositif présente un avantage non négligeable pour des WC publics : le fait que l'utilisatrice n'ait rien à toucher à l'intérieur, y compris la cuvette !

Les urinoirs MadamePee cochent également toutes les cases d’un point de vue écologique et économique. En effet, le dispositif fonctionne sans eau, grâce à une évacuation continue dont le système varie en fonction du lieu où se trouve l’infrastructure. Cela présente divers avantages, dont l’absence d’odeurs, mais également la baisse des coûts de traitement. Le potentiel de valorisation est également augmenté de par la possibilité de séparer au maximum l’urine du reste afin d’en faire un fertilisant naturel. 

Une ambition qui dépasse les frontières française 

Ayant rencontré un franc succès en France, dans les festivals, mais également lors de manifestations prestigieuses ou familiales, telles que Le Grand Prix Qatar, Paris Plage ou lors d’événements sportifs, MadamePee entreprend désormais de s’exporter à l’étranger. Déjà présent dans des évènements au Royaume-Uni, le dispositif conquis également la Belgique et le Portugal et s’aventure même au-delà des frontière Européennes. 

Nathalie explique : "L’objectif final serait que MadamePee devienne un standard en termes de WC publics. De nos jours, il semble évident de se tourner vers des dispositifs sans eau, plus écologiques, plus économiques et dont le fonctionnement favorise l’équité entre les hommes et les femmes." 

En savoir plus sur MadamePee.

Partager

à voir également