Rencontre avec Olivier Meyrou, réalisateur de Célébration, le film sur la dernière collection d’Yves St Laurent
TENDANCE

Rencontre avec Olivier Meyrou, réalisateur de Célébration, le film sur la dernière collection d’Yves St Laurent

Nadège Alezine le 25.10.19

Depuis la disparition du couturier français, beaucoup de cinéastes ont tenté de percer le mystère Yves St Laurent. Olivier Meyrou a choisi le film documentaire et non la fiction pour raconter sa vision du grand couturier mais aussi celle d’un aigle à deux têtes qui gérait la maison de couture : Pierre Bergé et St Laurent, lui-même. Longtemps interdit par Pierre Bergé et presque oublié pendant plus d’une dizaine d’années, le projet sort enfin dans les salles. Film abstrait, en totale empathie avec son sujet, Célébration est un document rare sur les coulisses d’une des maisons de couture les plus convoitées.

Le documentaire sort le 30 octobre dans les cinémas Picture House et est diffusé sur Mubi pendant un mois.

Vous avez filmé YSL de manière très abstraite. Pourquoi ?

Parce que c’était un fantôme : il était là et il n’était pas là. C’était cet homme fatigué qui travaillait tous les jours. Il était déjà rentré dans l’histoire et le grand drame quand on est déjà entré dans l’histoire à 35 ans, c’est que reste-t-il de plus à faire pendant les 40 ans qui suivent ?

Comment s’est passé le tournage ?

Ce n’était pas confortable de filmer Yves St Laurent, ça a pris beaucoup de temps. Pierre Bergé c’était plus facile…(rire)

Pour filmer St Laurent dans son studio, on s’est caché sous les tables et on a attendu qu’il apparaisse. On a attendu trois jours, puis c’est Moujic, son chien qui est entré, suivi de St Laurent. Et il est entré avec cette démarche très particulière et il nous a fait un signe son bras et s’est assis à son bureau : c’est le premier plan du film.

Combien de temps avez-vous tourné ?

On a tourné de 1998 à 2001 mais sur 2 ans et demi de tournage, j’ai dû parler à St Laurent trois fois, deux minutes…

J’ai pris le parti de ne pas l’interviewer car ne n’était pas son mode de communication…C’est comme un grand fauve au fond, il fallait juste l’observer ce qui est plus signifiant. On l’a laissé tranquille en fait…

On a tourné 18 heures d’image en deux ans, il suffisait d’observer en fait car tout était réglé comme du papier à musique.

Pouvez-vous nous parler des relations avec Pierre Bergé, qui a interdit la sortie du film ?

Pendant le tournage, il a été super et puis cela a été un cauchemar. Tout au début, c’est Pierre Bergé qui me demande de faire le film sur Yves St Laurent. C’était une offre que je ne pouvais pas refuser. Et pendant trois ans il ne m’a rien dit : on pouvait filmer ce qu’on voulait. Il n’y a qu’à la fin du tournage que c’est devenu un peu plus difficile. Car j’ai compris que Pierre Bergé ne savait pas au fond ce que c’était qu’un documentaire…

Qu’est ce qui le dérangeait dans Célébration ?

Il n’avait pas compris qu’une fois que j’avais mes images, j’allais en salle de montage, seul. C’était tout de même un control freak et en même temps c’est ce qui le rendait très attachant. Il voulait des images du dernier chapitre de St Laurent mais ces images étaient radioactives à l’époque. Ils n’avaient pas de problème avec le tragique de leur histoire : ils aimaient l’idée que leur vie soit un opéra qui ne se termine pas très bien. Le tragique ça ne leur faisait pas peur. Mais tout arrivait trop tôt en fait... C’est ce que j’ai essayé de deviner car je n’ai jamais reparlé à Pierre Bergé.

Comment avez-vous fait pour lui faire changer d’avis à propos de la sortie du film ?

Pierre Bergé a demandé à voir le film deux ans avant de mourir en 2016, on lui a loué un cinéma, il est venu avec quelqu’un qui l’aidait à marcher, car il était déjà très malade. St Laurent était mort depuis 8 ans, Loulou de la Falaise était décédée depuis 5 ans, la plupart des gens de son entourage étaient déjà partis. Et là, je crois qu’il a aimé le film. Un de mes regrets c’est de n’être pas allé voir Pierre Bergé ce jour-là. Car j’étais très en colère depuis 15 ans car il ne voulait pas que je sorte le film. Et puis, il a finalement donné son accord pour qu’on puisse sortir Célébration.

YVES SAINT LAURENT: THE LAST COLLECTIONS is at selected cinemas and available to stream on MUBI from 30th October

 

Partager

à voir également