Avoir 20 ans à Londres avec Justin Gay Semenkoff
EXPAT LIFE

Avoir 20 ans à Londres avec Justin Gay Semenkoff

Clara Bodnar le 30.09.19

À seulement 19 ans, Justin a déjà un beau bagage d'expatrié derrière lui. Des Caraïbes au Royaume-Uni en passant par la France, il nous raconte son périple.

Deux ans après sa naissance, Justin quitte la France pour les Caraïbes.  Grâce à l'emploi de son père, le jeune homme a vécu ainsi pendant 12 ans à la Grenade, en Guyane, dans les Îles Vierges britanniques puis en Jamaïque. Inconsciemment, et étant donné l'environnement cosmopolite dans lequel il a grandi, Justin s'est construit autour des valeurs de partage, de tolérance et d’acceptation en s'imprégnant des cultures auxquelles il a été exposé dès son plus jeune âge.

Un retour difficile 

C'est en 2014, alors âgé de 14 ans, que Justin et sa famille sont revenus s'installer en France. Il raconte : « La transition a été difficile. Cela a pris du temps, mais je me suis finalement adapté à la vie en France. Je me suis installé et je me suis fait de nouveaux amis. J'ai pu renouer avec mes racines françaises. Au fond de moi, j'étais heureux de l'avoir fait, même si, au début, j'avais très envie de retourner en Jamaïque. »

Ayant passé toute son enfance dans un système scolaire anglophone, la plus grande difficulté à laquelle le jeune homme s'est retrouvé confronté a été celle de la langue. « Bien que Français, je n'avais jamais appris à lire et écrire correctement en français. Je ne le parlais qu'à la maison, avec mes parents. »  

 

Après avoir vécu dans différents pays, Justin affirme avoir su développer une grande ouverture d'esprit. Il admet cependant avoir lentement perdu le sentiment d'être « à la maison » : « Avec ce que j'ai vécu, je ne peux pas faire autrement que de me sentir plus que français. »

Un nouveau départ au Royaume-Uni

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Justin a décidé, une fois son bac en poche, d'aller étudier à l'étranger, et plus particulièrement à Londres dont il apprécie la diversité culturelle : « Ici, les étudiants de première année bénéficient de logements universitaires. On y rencontre des étudiants venant de partout dans le monde. C'est vraiment un environnement multiculturel. »

Le jeune homme étudie l'ingénierie mécanique à Université College London (UCL), une université qui lui permet de poursuivre son ambition d'embrasser une carrière à l'international : « Je ne veux pas m'installer définitivement. UCL est une université de premier plan qui peut ouvrir des portes sur des carrières dans le monde entier. C'est pour cette raison que j'ai choisi d'y entrer. »

À UCL, Justin a également eu l'opportunité d'intégrer l'équipe de natation -un sport qu'il pratique depuis des années de manière assidue- dont il sera le capitaine pour la saison à venir.

Le Brexit dans tout ça ?  

Lorsqu'on l'interroge sur son ressenti à l'approche du Brexit, Justin fait part de ses inquiétudes : « Du fait de mon expérience à l'étranger, j'ai appris à être tolérant et compréhensif. Accueillir les gens à bras ouverts quelles que soient leurs origines ou leur culture, c'est quelque chose qui m'a été transmis. Par conséquent, je ne peux trouver que triste qu'un tel événement puisse se produire. Je pense que c'est le produit d'un manque d'unité et de compréhension. En tant qu'étudiant, je ne pense pas trop souffrir des effets du Brexit. Cependant, je crains que ce que j'aime le plus à Londres, et au Royaume-Uni de manière générale, soit affecté négativement. »

Et la suite ?

À l'avenir, Justin aimerait participer au programme d'études à l'étranger mis en place par UCL afin de passer un an dans une autre université : « Cela me permettrait de continuer mon apprentissage à travers la découverte d'un nouveau mode d’enseignement et aussi de découvrir de nouvelles façons de penser. »

Par-dessus tout, il ambitionne d'obtenir son diplôme avec des notes suffisamment élevées pour intégrer un master en ingénierie aérospatiale. Une nouvelle frontière qu’il lui reste à explorer.

Partager

à voir également