Entretien avec Catherine de Poplavsky de l’association des Historiens de France
BREXIT

Entretien avec Catherine de Poplavsky de l’association des Historiens de France

Nadège Alezine le 06.09.19

Catherine de Poplavsky, Directrice scientifique de l’Association des Historiens de France organise une série de huit conférences intitulées Les mercredis de l’histoire de l’Europe, qui vont se dérouler entre le 16 octobre et le 29 avril au Lycée Charles de Gaulle et au Lycée International de Londres. C’est l’occasion d’en apprendre plus sur la relation du Royaume Uni avec le continent européen, alors que le pays redéfinit ses relations avec l’Union européenne avec le Brexit.

Pouvez-vous nous expliquer votre parcours en quelques mots ?

J’ai eu l’idée de fonder l’Association des Historiens il y a 23 ans, à une époque où ce que nous proposions n’existait pas ou très peu.

J’avais cessé de travailler pendant 5 ans, à la naissance de mon deuxième enfant, et personne ne m’attendait lorsque j’ai voulu reprendre.  Après des études un peu longues, droit, russe, Sciences Po., soviétologie, histoire, j’avais travaillé pour différentes structures, dans le monde politique, dans le journalisme, dans la diffusion culturelle. Avec l’Association des Historiens, j’ai enfin fait ce qui me passionnait : de l’histoire et de la transmission du savoir.

Quelle est le but de l’association des Historiens de France ? 

L’Association des Historiens s'efforce de diffuser et de promouvoir le savoir universitaire en histoire, en le rendant accessible à un large public, pour éclairer la compréhension du présent.  Il est impossible d’avoir l’intelligence du présent et de mener une réflexion pertinente sur l’avenir sans un minimum d’éclairage historique.

Au fil du temps l’Association s’est concentrée sur l’histoire des peuples et des civilisations de l’Europe, parce que nous connaissons très mal, voire pas du tout, l’histoire de ceux avec lesquels nous partageons le même destin, autrement dit le continent européen ou tentons de construire l’Union européenne. C’est pourquoi l’Association des Historiens organise à Paris des cycles annuels de conférences sur l’histoire de l’Europe, ainsi qu'une grande manifestation à la Sorbonne chaque année en janvier : « Les Journées de l’histoire de l’Europe », qui accueille près de 1000 auditeurs pendant deux jours. C’est aussi l’association des Historiens qui décerne tous les ans le Prix du livre d’histoire de l’Europe.  Nous proposons exclusivement de grandes synthèses chronologiques et nous faisons toujours appel aux plus grands historiens français ou francophones.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistent ces conférences sur l’histoire de l’Europe ? Qui sont les intervenants choisis pour les animer ?

Les mercredis de l’histoire de l’Europe que nous démarrons à Londres le 16 octobre vont proposer une version courte des cycles que nous organisons chaque année à Paris.

Huit spécialistes de l’histoire britannique et européenne, issus de l’université française, vont se succéder pour mener l’inventaire sur le temps long (20 siècles) de l’ensemble des relations que les îles britanniques ont entretenues avec le continent européen, politiques, économiques, culturelles et artistiques.

Et s’interroger à chaque fois sur la manière dont les Britanniques ont pensé et envisagé leur rôle et leur place en Europe et vis-à-vis de l’Europe.

En proposant ce voyage en huit étapes d’une heure trente, à travers vingt siècles d’histoire européenne, notre ambition est d’aider à mieux faire comprendre ce qui se joue aujourd’hui avec le BREXIT, pour les Britanniques mais aussi pour l’Europe !

Pourquoi avoir choisi Londres, pour l’organisation de ces conférences ?

L’implantation à Londres d’une antenne de l’Association des Historiens répond à trois raisons au moins : il y a à Londres la plus grande communauté française d’expatriés !

Il y a le BREXIT ! Enfin l’Association envisageait depuis longtemps de dupliquer ailleurs en Europe ses cycles de conférences pour promouvoir l’histoire de l’Europe, la langue française, la recherche et l’édition françaises en histoire.

À qui s’adressent avant tout ces conférences ?

Ce cycle de conférences s’adresse à un large public, français, francophone et francophile. Nos amis Britanniques sont les très bien venus, ne serait-ce que pour avoir une vision différente de leur histoire… Même si elles ont la qualité scientifique d’un colloque, le format de nos conférences permet aux non spécialistes de les suivre. Disons qu’à partir des grandes classes du lycée, et jusqu’à un âge très avancé, chacun et chacune s’il est intéressé par la compréhension de notre époque ou s’il aime l’histoire peut venir écouter ces éminents historiens français qui, BREXIT or not BREXIT vont traverser la Manche.

Nous sommes très heureux symboliquement, que ce cycle soit accueilli par les deux lycées français de Londres. Et que la librairie La page ait bien voulu tenir une table du libraire à l’issue des conférences.

C’est la première édition de ces conférences à Londres en 2019/2020. Pensez-vous continuer l’aventure l’an prochain avec un nouveau thème ?

Nous espérons bien ! Une histoire comparée des pratiques et des usages alimentaires en Europe de l’Antiquité à nos jours et bien d’autres sujets sont prêts à traverser la Manche…

Calendrier des mercredis de l’histoire de l’Europe

Mercredi 16 octobre à 18h15 au Lycée Charles de Gaulle : Les îles britanniques et l’Europe, de la conquête romaine à Hastings, par Léo Carruthers, professeur émérite à la faculté des Lettres de Sorbonne université.

Mercredi 13 novembre à 18h15 au Lycée International de Londres : le royaume sur les deux rives de la Manche (1066-1453), par Jean-Philippe Genet, professeur émérite à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Mercredi 4 décembre à 18h15 au Lycée Charles de Gaulle : l’Angleterre des Tudors et l’Europe (1483-1603), par Charles Giry-Deloison, professeur à l’université d’Artois.

Mercredi 15 janvier à 18h15 au Lycée international de Londres : l’Angleterre des révolutions et l’Europe (1603-1688), par le recteur Poussou, professeur émérite à la faculté des Lettres de Sorbonne université.

Mardi 11 février à 18h15 au Lycée Charles de Gaulle : l’affirmation d’une puissance en Europe (1688-1748), par Lucien Bély, professeur à la faculté des lettres de Sorbonne Université.

Mercredi 4 mars à 18h15 au lycée international de Londres : l’arbitre de l’Europe (1748-1815), par Edmond Dziembowski, professeur émérite à l’université de Franche-Comté.

Mercredi 1er avril à 18h15 au lycée Charles de Gaulle : la première puissance mondiale et l’Europe (1815-1914), par Philippe Chassaigne, professeur à l’université Bordeaux Montaigne.

Mercredi 29 avril à 18h15 au Lycée International de Londres : l’Angleterre et l’Europe, de la Grande Guerre au Brexit, par François-Charles Mougel, professeur honoraire à Sciences Po Bordeaux.

Réservations ici.  

Partager

à voir également