Avoir 20 ans à Londres avec Laura Monnier
EXPAT LIFE

Avoir 20 ans à Londres avec Laura Monnier

Lina Homci le 28.08.19

Laura Monnier a soufflé ses 20 bougies en mai dernier ; c’est le premier anniversaire qu’elle fête ici, mais certainement pas le dernier. La jeune Française a élu domicile à Londres en septembre 2018 et depuis la rentrée, elle occupe un poste permanent à la boulangerie Aux Merveilleux de South Kensington. Laura nous raconte comment à 19 ans seulement, elle s’est assuré un emploi et un avenir dans la capitale britannique.

Un rêve de jeunesse

“Mon amour pour Londres a commencé avec Peter Pan et Mary Poppins” se souvient-elle. Alors fillette et aussi rêveuse que Wendy – dont on reconnaît à s’y méprendre certains traits physiques – elle anticipait déjà son avenir : “Ma mère savait qu’un jour je partirais vivre à Londres”. Mais derrière ses airs calmes et innocents se cache une énergivore qui n’a pas peur d’entreprendre. À 14 ans déjà, Laura n’avait pas besoin de cadre scolaire pour découvrir et apprendre une langue : “Je me suis trouvée une correspondante londonienne et je suis allée seule chez elle pendant 15 jours. Sa famille ne parlait pas un mot de français – j’ai adoré !”.

Un besoin d’ailleurs

Plus spontanée qu’académique, cette boule d’énergie se confie sur cette première année salvatrice. Après une première année en licence d’anglais validée de justesse, Laura prend conscience que la fac n’est finalement peut-être pas faite pour elle. Avant de s’engouffrer dans les rouages de plusieurs années d’études longues, la jeune aspirante choisit de prendre l’air avec une année de césure ; “J’avais besoin de temps pour mieux déterminer ce que je voulais réellement faire.”

Un premier cap

Laura postule à un programme proposé par le CEI (Centre d’Échanges Internationaux) appelé Pelican qui aide, accompagne et soutient les jeunes Bretons, Normands et Ligériens de 18 à 30 ans dans leur parcours professionnel en leur proposant un emploi à Londres. Suivre l’aventure de l’autre côté de la Manche dans la vente ou la restauration séduisait Laura. Elle qui a toujours été fascinée par la capitale voyait enfin son rêve se réaliser.

Un emploi en moins de deux

Après une inscription et un entretien par skype, le programme invite les sélectionnés à suivre une formation d’une semaine durant laquelle confluent cours d’anglais et témoignages d’anciens “Pelicans”. “Deux filles sont venues raconter leur expérience au sein de leur nouvel établissement d’accueil à Londres qui était Aux Merveilleux. Elles disaient chercher une fille pour intégrer l’équipe et j’ai tout de suite été intéressée”. Valises à peine posées sur le sol britannique – alors que ses camarades sortent profiter de la ville – la Ligérienne enchaîne rendez-vous CEI et entretiens Aux Merveilleux ; coup de foudre à South Kensington, Laura est embauchée en CDI.

Polyvalente et hédoniste

De nature très pêchue, Laura se plaît au milieu du rythme effréné de la boulangerie. Assignée à bâtons rompus aux différents postes que propose la boulangerie et salon de thé, elle nous dit “aimer pouvoir toucher à tout”. C’est avec un sourire jusqu’aux oreilles qu’on retrouve ce petit bout de femme derrière le comptoir au contact direct avec les clients ou en production “labo” où elle aime perfectionner la recette du merveilleux qui n’a pour elle plus de secrets. Le seul hic pour Laura, c’est le manque d’immersion culturelle : “Je me retrouve à South Kensington, un quartier français, mes collègues sont français pour la plupart et même mon copain est français”, rit-elle. Trop peu dépaysée à son goût, Laura flirte tout de même avec le charme de la grande ville en profitant des night-clubs de Londres qu’elle dit maintenant connaître sur le bout des doigts.

La suite de l’aventure ?

À la fleur de l’âge, Laura profite de son expérience à Londres au jour le jour. Mais elle a pour projet de faire un BTS Management commercial opérationnel en alternance toujours avec Aux Merveilleux. L’an prochain, ses semaines seront rythmées par des allers-retours entre la France et l’Angleterre et entre les deux son cœur balance, toujours.

 

Partager

à voir également