Fifi la Mer, la chanteuse française fleur du bitume londonien
TENDANCE

Fifi la Mer, la chanteuse française fleur du bitume londonien

Clara Bodnar le 12.08.19

Née à Londres d'un père écossais et d'une mère française, Stéphanie Mair, alias Fifi la Mer, n'était initialement pas déstinée à une carrière musicale. Désormais basée à Londres, la chanteuse nous raconte son parcours pour le moins atypique, de ses débuts sur les bateaux parisiens au succès de son groupe Oh La La!. 

 

De la patinoire à la seine

 

Depuis son enfance, Stephanie Mair baigne dans le milieu artistique. Très jeune et encouragée par ses parents, elle embrasse une carrière de patineuse qui lui vaut à l'époque une certaine notoriété. A 15 ans, lassée par le rythme la compétition et ne voyant plus d'avenir pour elle dans ce sport, Stéphanie raccroche les patins.

C'est durant les quelques années d'errance qui ont suivi et suite à une période d'exil en Australie que sa vocation musicale la rattrape. "J'ai toujours voulu chanter." se souvient Fifi. A son retour à Paris, la jeune femme se fait embaucher sur des bateaux de touristes, avec l'idée en tête qu'apprendre à parler dans un micro l'aiderait à vaincre sa timidité pour être capable de chanter par la suite. " Je me disais que si j'arrivais capter l'attention des gens en leur parlant de choses qui ne les intéressaient pas, alors je pourrais chanter devant un public."

 

Une artiste autodidacte

 

Lorsqu'on l'interroge sur la raison pour laquelle elle n'a pas désiré suivre de cours, la chanteuse évoque sa volonté de se différencier des jeunes filles qui sortaient formatées des écoles de musique à cette époque : "Je ne voulais pas tomber dans le moule et perdre ce que j'ai et que les autres n'ont pas." Forte de sa première expérience, Fifi se fait par la suite engager sur les bateaux en tant que chanteuse et fait ses preuves "sur le tas". Ne trouvant pas d'accordéoniste pour l'accompagner, elle apprend elle-même l'accordéon et commence à se produire sur diverses scènes parisiennes. Mais rapidement, la vie d'artiste à Paris devenant difficile et ne convenant plus à la jeune femme, elle prend la décision de retourner s'installer dans la ville qui l'a vue naître.

Au fil des représentations et des rencontres, Fifi s'associe à des musiciens pour former le groupe Oh La La! et le duo Fifi La Mer. Ensemble, ils reprennent et arrangent des chansons emblématiques de la culture francophone, anglophones, et deviennent même le groupe Viva Italia le temps de quelques chansons italiennes.

 

 

La rencontre du public anglais

 

A l'entendre raconter sa carrière et ses anecdotes de concerts, Fifi semble tout droit sortie d'un film des années 50. Mais si la chanteuse ne voit pas d'inconvénient à être associée au cliché de la chanteuse de musette tant fantasmée par les admirateurs de la culture française, elle met cependant un point d'honneur à faire valoir son authenticité. "Lors de mes concerts, je ne me demande pas ce que le public attend de moi. Je cherche à créer une atmosphère dans laquelle mes musiciens et moi nous amusons." Lorsque nous évoquons ensemble les chansons d'Edith Piaf, particulièrement appréciées par le public anglais lors des concerts, Fifi fait part du dilemme qui s'est présenté à elle quant à la manière de s'approprier des monuments de la chanson française sans les dénaturer, ni les copier. "La dernière chose que je veux faire c'est de la parodie ou de l'imitation." La chanteuse confie qu'après s'être longtemps demandé comment faire honneur à des chansons parfois très attendues, elle a finalement trouvé un équilibre qui lui convient : "Au lieu de jouer ce que j'avais envie de faire, j'ai joué ce que j'aurais voulu écouter si j'allais quelque part."

Aujourd'hui, Fifi la Mer et ses musiciens se produisent à Londres et dans quelques villes anglaises et livrent un répertoire mêlant jazz, musette parisienne et chanson française, le tout agrémenté d'un certain  "je ne sais quoi" qui rend les anglais friands.

 

Retrouvez l'actualité de Fifi la Mer et Oh La La! ici Concerts les 19, 20, 21, 22, 23, 24 août à la Brasserie Zedel. 

Partager

à voir également