Stéphane et Catherine mettent Le Chat Blanc en bouteille
EXPAT LIFE

Stéphane et Catherine mettent Le Chat Blanc en bouteille

Lina Homci le 17.06.19

Venu vivre à Londres il y a 12 ans après une mutation professionnelle, le couple français fait, en 2015, l’acquisition d’un petit vignoble dans le Vaucluse et a récemment mis en bouteille son vin appelé « Première cuvée ». Rencontre 

Début d’une deuxième vie

La ville de Londres les attire pour son dynamisme et le rayonnement culturel et économique, mais après plus d’une décennie dans la capitale britannique, le couple souhaite un retour aux sources et au calme. Animé par une réelle passion pour le vin, le père de famille cultive l’idée d’un jour exploiter un petit vignoble en Provence.  

Côté vie et côté vigne 

« Ce qu’on voulait, c’était la carte postale ; un mas (une ferme) et les vignes tout autour » raconte Catherine Chatal, sa femme. À terme le projet pour la petite famille, c’est d’y vivre : « il ne s’agit pas d’un projet d’investissement, c’est vraiment un projet de passion : alors on s’est mis en quête de notre petit bout de paradis ». Après quelques années de recherches, le couple trouve son bonheur au pied du Mont Ventoux dans la vallée du Rhône, région très prisée pour son vin. Le mas date du 18ème siècle et, comme dans leur rêve, il est entouré de vignes : « il y avait une partie à arracher et à replanter, et une autre sur laquelle on pouvait capitaliser ». Avec l’avis très positif d’un oenologue réputé dans la région, l’apprenti vigneron s’entoure de professionnels et bonifie une terre qui lui promet une bonne cuvée. 

Appelé "Domaine du Chat Blanc" en hommage à leur chat qui les "mène par le bout du nez"

Une démarche 100% bio

Stephane voulait démarrer de rien, « avoir nos terres, planter notre propre vignoble et créer notre signature » explique-t-il. Faire du vin, c’est faisable, mais faire du « bon vin », comme le précise le père de famille, n’est pas une mince affaire : « les vielles vignes vont donner un jus très concentré et c’est important pour faire du bon vin rouge ». Leur vignoble, composé de Grenache et de Syrah d’une surface de 5 hectares est cultivé biologiquement depuis 30 ans. En gardant le même esprit de respect de l'environnement, le couple nous précise leur démarche : « pour notre vin 100% biologique, on laisse exprimer le terroir qui prend le soleil naturellement et nous goûtons régulièrement le raisin et attendons la pleine maturité avant de faire les vendanges manuelles, très tôt le matin pour éviter l’oxydation ».

Première cuvée 

« Notre première cuvée n’a pas à rougir des grandes appellations qui l’entourent » ironise Stéphane qui se permet le jeu de mot.

Ce qu’il voulait, c’était un bon vin à déguster en famille et entre amis : pari réussi, puisqu’ils mettent en bouteille le jus concentré et sucré de leurs vieilles vignes : « on a eu des retours vraiment positifs lors de nos dégustations. Les Anglais, particulièrement - qui souvent préfèrent le vin blanc - nous disent qu’ils prennent plaisir à le boire ». Selon l’avis de l’oenologue, le vin plaît - aux connaisseurs et aux non-initiés - pour sa simplicité, son goût fruité, simple et rond. Stéphane et Catherine nous confient leur sentiment là-dessus : « c’est un vin dont on est très fiers et qui correspond à nos attentes »

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Leur bouteille "Première Cuvée" à gauche et leur mascotte à droite

Beauté intèrieure comme extèrieure 

Un vin de qualité doit l’être à l’intérieur comme à l’extérieur. Le design est pensé par Catherine : « je voulais une étiquette épurée et un logo drôle, dans l’air du temps et qui reste dans l’esprit des gens ». La bouteille est minutieusement travaillée : « c’est le fruit et le reflet de notre travail, l’esthétique est importante » nous explique le couple.

La suite ? 

Aujourd’hui, le bouteille « Première Cuvée » se vend sur leur site internet. Sur une production de près de 4000 bouteilles, les jeunes vignerons ont déjà vendu les deux tiers, mais la prochaine étape, c’est d’exploiter Londres et se faire une place sur le marché britannique : « l’objectif c’est de trouver des importateurs et distributeurs britanniques ». Le vin rouge, qui se bonifie avec le temps, est à l’image de leur petit business florissant. 

 Suivez les sur instagram

Partager

à voir également