Didier Sandre de la Comédie française nous parle de la pièce Les Damnés au Barbican Theatre
TENDANCE

Didier Sandre de la Comédie française nous parle de la pièce Les Damnés au Barbican Theatre

Chloë Chanteloube le 06.06.19

Les Damnés a d'abord été jouée au festival d'Avignon en 2016, avant de rejoindre la célèbre scène de la Salle Richelieu jusqu'en 2017. L'été dernier, la troupe de théâtre a même traversé l'Atlantique pour jouer la pièce à New York. Ce mois-ci, c'est au public londonien que la Comédie française a décidé de présenter sa production. Rencontre avec Didier Sandre, qui interprète le Baron Joachim Von Essenbeck.

La pièce

Les Damnés est un film réalisé en 1969 par Luchino Visconti, qui nous plonge dans l'Allemagne nazie de 1933. On y suit les péripéties d'une famille d'industriels qui profitent de la montée du nazisme pour s'enrichir. Didier Sandre nous renseigne sur cette adaptation par Ivo Von Hove :“Cette pièce n'est pas du tout la théâtralisation du film, mais plutôt celle du scénario. Le scénario est plein de théâtre et de références théâtrales. Il y a des références à la famille des Atrides et notamment au personnage d'Agamemnon, mais aussi à des personnages de Shakespeare tels que Gertrude, Oreste ou même Hamlet. La transcription de ce scénario au théâtre n'est finalement pas si incongrue que ça, puisqu’il contient déjà beaucoup de théâtralité."

Après la France, la production s'ouvre à l'international

La pièce a connu un bel accueil auprès du public français et s'est ensuite exportée aux Etats-Unis l'été dernier, avant de traverser la Manche cet été. Ce succès s'explique notamment grâce au thème principal de la pièce, comme nous l'explique Didier Sandre : “C'est un sujet malheureusement international, on y trouve un écho à notre société d’aujourd’hui : comment se fabrique le terrorisme, le populisme, l’adhésion des puissants à des idéologies extrémistes. La raison pour laquelle Ivo a voulu monter la pièce, c’est pour parler d’aujourd’hui, de notre temps troublé par le terrorisme, les attentats, la violence, la barbarie."

Le message politique des Damnés a donc une certaine actualité par rapport au climat politique d'aujourd'hui, auquel tout public pourra se sentir concerné. Cependant, jouer devant un public européen reste une expérience bien différente d'une représentation face à une audience américaine :"Les publics ont des résonances différentes. On joue le même spectacle, mais le fait de le déplacer peut parfois changer sa signification : dans la pièce, il y a par exemple une scène de fusillade qui n'a pas le même écho pour une audience américaine (pays où le port des armes est autorisé) et un public français. Et elle aura aussi un sens différent en Angleterre, car l’histoire du continent européen est différente de celle des îles britanniques, donc on est très impatient de découvrir la réaction du public anglais face à cette pièce", nous avoue le comédien. L'Angleterre représente donc une belle expérience pour la Comédie française.

"Nous sommes tous très fiers de jouer au pays de Shakespeare. En tant qu’acteurs, on a Shakespeare dans la tête et dans le cœur.”

L'acteur se confie également sur son expérience avec le metteur en scène Ivo Von Hove : "C'est une collaboration flamboyante. Cette rencontre a été très décisive pour la Comédie française, il y a aura un avant et un après." Mais ce que Didier Sandre apprécie surtout, c'est la manière dont Ivo Von Hove a travaillé pour rendre cette mise en scène originale : "Pour traiter ce sujet brûlant, il a procédé à une réinvention de la représentation théâtrale, notamment en utilisant le cinéma : il y a des extraits vidéos, des caméras qui filment les comédiens sur scène, et les acteurs ont un micro pour être plus proches du public. Ivo n’est pas systématique dans son travail, il se met au service de l’œuvre et choisit les moyens techniques et scéniques qui sauront la faire parler."

Cette collaboration entre Ivo Van Hove et la Comédie française ne va pas donc s'arrêter là : " Nous jouons une autre mise en scène d’Ivan Von Hove. La pièce s'appelle Oreste/Electre, et elle aborde les mêmes thèmes que les Damnés, comme la naissance de la barbarie et du terrorisme. C'est pour cela qu'on garde les mêmes acteurs et que chacun reprend la même fonction. Je joue par exemple le personnage du père, l'image du patriarche, dans les deux pièces. C'est passionnant de travailler en écho."

Didier Sandre semble donc ravi de cette nouvelle expérience londonienne qui attend la Comédie française, et nous avoue même qu'il "rêve un jour de jouer le Roi Lear." En attendant, vous pouvez retrouver le comédien dans Les Damnés, aux côtés de Guillaume Gallienne et Denys Podalydès notamment, au Barbican Theatre. La pièce est en français mais sera surtitrée en anglais pour nos amis non francophones.

Réservations ici

A noter : La pièce Oreste/Electre sera retransmise en direct à l'Institut français depuis la Comédie française. Didier Sandre sera également présent pour une masterclass le 23 juin à 15h à l'Institut français, accompagné de Denis Podalydès et Pierre Louis-Calixte.

Infos ici

 

masterclass didier sandre

 

Crédit photo : © Stéphane Lavoué // coll. Comédie-Française

Partager

à voir également