Onyx and the Red Lips : le groupe français qui célèbre la musique des années 50 Coup de coeur
TENDANCE

Onyx and the Red Lips : le groupe français qui célèbre la musique des années 50

Chloë Chanteloube le 29.05.19

Le trio formé sur les bancs du Cours Florent s'invite à Londres pour plusieurs représentations, à l'occasion de la sortie de leur premier album, Cinematic, sorti le 19 avril dernier. Les trois chanteuses, accompagnées par une contrebasse, une batterie et une guitare, nous font remonter le temps, avec des créations inspirées des groupes américains des années 40 et 50. Des sonorités rétro, donc, mais sur des textes aux sujets très actuels. Ici Londres a rencontré Floriane Andersen, alias Onyx, la fondatrice du groupe, chanteuse, compositrice et parolière pour Onyx and the Red Lips

floriane andersen onyx

Un parcours éclectique

Originaire de Marseille, la chanteuse et compositrice Floriane Andersen, alias Onyx, se confie sur son parcours plutôt original. Après être passée par le conservatoire d'art dramatique d'Annecy puis par une école de cinéma à Marseille, la jeune femme, qui se destine d'abord à une carrière de comédienne, saute le pas et part pour Paris, où elle rejoint le Cours Florent, en choisissant l'option "comédie musicale". Elle y fait la rencontre d'Aurélie Vigent et Jennifer Vila-Perkins, alias Cherry et Candy des Red Lips. La comédienne et maintenant chanteuse doit donc gérer une double-carrière :"Je mène de front les deux métiers. L'un aide beaucoup l'autre, ils se complètent." A la sortie de l'école, elle débute une carrière de chanteuse en solo et compose ses propres chansons, mais elle se rend compte qu'elle a besoin de choristes. C'est en 2013 qu'elle décide de faire appel à ses deux amies rencontrées au Cours Florent : "ça marchait tellement bien que plus j'écrivais et je composais les chansons, plus j'avais envie de donner aux choristes de la place en tant qu'harmonie vocale. Mais il n'y avait plus trop de sens à ce que je sois sur le devant de la scène et qu'elles soient derrière en tant que backing vocal ; je leur ai donc proposé de venir sur le devant de la scène avec moi, et de transformer ça en trio vocal." C'est ainsi que le trio féminin Onyx and the Red Lips est né. Mais d'ailleurs, d'où vient le nom du groupe ?

"L'onyx est une pierre semi-précieuse qui représente la force et l'équilibre. Elle a un côté sombre et profond. Pour moi, elle représente la beauté des parts d'ombre de la personnalité", nous explique Floriane, en nous montrant la bague ornée d'une belle pierre noire qu'elle porte au doigt. Quant aux Red Lips, c'est une référence au rouge à lèvres de couleur vive très en vogue dans les 50s et que les choristes arborent à chaque représentation : "il y a un côté très féminin, la bouche est le symbole de la féminité. Mais c'est également le symbole de la voix, des harmonies vocales."

Le trio se veut donc rétro, et commence par interpréter des chansons populaires de l'époque, en y ajoutant son grain de sel. "Au début, on faisait beaucoup de reprises, mais notre but était vraiment de transitionner vers des compos personnelles, même si on sait très bien que lorsque les gens viennent nous voir, ils ont envie d'entendre des titres un peu rétro comme ceux des Andrews Sisters ou des Chordettes. On doit faire un compromis. On essaye de trouver un équilibre entre modernité dans notre son et nos influences rétros."

Après 6 ans de concerts un peu partout en France, Onyx and the Red Lips décide de traverser la Manche.

Pourquoi l'Angleterre ?

Floriane nous avoue que c'est d'abord sa carrière de comédienne qui l'a amenée ici, lorsqu'elle a rejoint une troupe qui jouait des pièces de Shakespeare. Et puis, l'idée de partager son style de musique avec nos amis anglo-saxons a commencé à germer.

"Ma culture musicale est très anglo-saxonne. J'ai toujours eu un amour pour l'Angleterre et les US. Et en chantant en anglais, on peut s'ouvrir à l'international.", nous confie Onyx. "On a commencé à démarcher l'Angleterre en fin d'année dernière, et la réponse par rapport à la France a été dithyrambique. On s'est demandées pourquoi on avait attendu si longtemps avant de franchir le pas en Angleterre ! C'est un style de musique qui s'écoute beaucoup ici, il y a un public pour ça. On a vraiment vu la différence."

Dès leur premier concert dans le cadre du So Far Sounds à Londres, la réponse du public a été très positive : "en France, on nous parle beaucoup de notre son, de notre univers musical. Et là, c'était la première fois qu'on avait des retours sur les paroles, le message qu'on essaye de faire passer", se souvient Onyx. Jouer devant un public anglophone a donc ses avantages. Mais Onyx ne compte pas délaisser le public français pour autant. "C'est une musique qui peut s'écouter sans vraiment comprendre les paroles, je pense que le message est un peu universel, dans le sens où on comprend de par les émotions et le rythme de quoi la chanson parle." Le groupe conserve donc ses racines en France, tout en se produisant à l'étranger. "On a décidé de dédoubler la formation : une qui reste en France et qui continue la tournée, et une en Angleterre. Ça nous permet d'être basées sur les deux pays, et d'être vraiment présentes pour les deux publics. C'est un groupe à géométrie variable !" nous explique la fondatrice du groupe. Certaines représentations peuvent donc être données par des musiciens et choristes différents, sans pour autant dénaturer le projet.

"Mon cœur balance entre les deux, parce que j'aime les deux pays et j'aimerais pratiquer mon art dans les deux pays mais je vais là où les projets me portent."

Sources d'inspiration

Onyx nous parle de sa fascination pour les années 50 : "Il y avait une notion d'élégance qu'on ne trouve plus de nos jours, et j'étais nostalgique de cette époque, ce côté grandiose où la féminité était mise en avant, c'était une époque très belle. Après la guerre, les gens étaient heureux et avaient envie de célébrer, et ça se ressent dans le style de musique avec ce côté "up-tempo" qui donne envie aux gens de danser. J'ai toujours été attirée par ça." Les Andrews Sisters et les Chordettes ont donc été des sources d'inspiration pour la compositrice. Mais Floriane n'est pas seulement nostalgique de l'époque du rockabilly. "J'ai aussi été très influencées par les années 60 et 70 avec les productions de la Motown, comme Diana Ross, Stevie Wonder, et même les Jackson 5 ; ce que j'aime notamment dans la musique de Michael Jackson, c'est qu'il est parti d'un style déjà très installé dans l'univers musical, et il l'a rendu très personnel, pour en faire quelque chose d'unique. Avec ce groupe c'est pareil, j'ai vraiment envie de partir de quelque chose qu'on aime tous, et de l'emmener ailleurs, de lui donner un petit twist un peu plus moderne et personnel." Le résultat est donc un mélange de tonalités inspirées des 50s, mais les paroles traitent de sujets contemporains, comme le féminisme :" La chanson Rise, que j'ai pourtant écrite bien avant le mouvement Me Too, est plus que d'actualité. Elle parle des abus de toutes sortes sur la condition féminine. C'est un appel à élever la voix, à parler, et à arrêter de passer sous silence des choses qui ne devraient pas l'être."  

Onyx

Prochaines étapes

Leur album Cinematic, sorti en France en avril dernier, est maintenant disponible en Angleterre. Aux vues des réponses positives du public anglo-saxon, Onyx avoue qu'elle aimerait "peut-être créer une troisième formation aux Etats-Unis." Mais pour le moment, la chanteuse partage son temps entre sa carrière de comédienne et sa tournée avec les Red Lips jusqu'en septembre 2019, entre la France et l'Angleterre.

Retrouvez Onyx and the Red Lips les 5 et 23 juin à Londres, et plongez dans leur univers rétro revisité. Le groupe interprète des titres d'hier et d'aujourd'hui ainsi que des compositions personnelles, mais toujours sur un swing communicatif.

D'autres dates sont prévues au mois de juillet et septembre à Londres.

Infos et réservations ici

 

Crédit photo : mc-photographies.com

Partager

à voir également