On regarde quoi sur Netflix ce week-end de Bank Holiday ?
TENDANCE

On regarde quoi sur Netflix ce week-end de Bank Holiday ?

la rédaction le 22.05.19

Le choix de Nadège : Visages Villages

Comment décrire Visages Villages en quelques mots ? Ce film c’est déjà une rencontre, entre deux artistes, Varda et JR. Ils y racontent leur rencontre et comment ils ont décidé de prendre la route, ensemble à travers la campagne française pour rencontrer d’autres visages. 

De villages en villages, des corons du nord aux mas provençaux, le duo part sur la route et prend des photos des gens qu’ils rencontrent, puis apposent leurs visages en grand, sur des murs décrépis, une grange d’agriculteur, une usine, un château d’eau, des containers sur les docks du Havre… 

Le documentaire devient alors road movie, puis aussi une réflexion plus profonde sur la mort et l’âge, la maladie des yeux dont est atteinte Agnès Varda, elle qui porte un regard sur le monde, bien à elle, en 60 ans de carrière : un comble ! 

Visages Villages est drôle : les dialogues entre Varda et JR, sur le fait qu’il refuse d’enlever ses lunettes de soleil, est un fil rouge que l’on suit avec ferveur tout le long du film mais il est aussi touchant, avec l’épisode sur Jean-Luc Godard, l’ami de longue date, qui rappelle à Varda la disparition de son double, son Jacquot de Nantes, le cinéaste Jacques Demy. 

Alors, c’est quoi Visages Villages ? C’est un drôle d’objet cinématographique. Un objet précieux qui montre que la place d’un artiste n’est pas forcément d’être enfermé dans son atelier ou son studio, mais dehors, à la rencontre de l’autre. Un objet émouvant, bref, un bel objet de cinéma, comme seule Agnès Varda, la glaneuse d'images, en avait le secret.

Le choix de Marion : Docteur Foster

Série britannique en 2 saisons, Docteur Foster nous fait rencontrer Gemma Foster, GP qui mène une existence tranquille avec son mari et son fils. Sa vie bien rangée vole en éclats lorsqu’elle découvre que son mari la trompe. Partagée entre l’idée de sauver son couple et de se venger, le spectateur va de rebondissements en rebondissements.

On aime : 

La performance de Suranne Jones (Gemma Foster), dramatique à souhait dans le portrait de la femme trompée qui ne compte pas se laisser faire. Elle a d’ailleurs reçu le BAFTA TV Award de la meilleure actrice, entre autres récompenses pour la série.

Une série courte, très accessible et qui allie parfaitement le drame et le thriller psychologique. C’est intimiste et débordant de tensions du début à la fin de chaque épisode.

Le choix du sujet central, qui peut sembler banal (les conséquences de l’adultère et des mensonges dans le couple) mais qui est une vraie réussite au scénario.

Le choix de Lina : Homecoming, a film by Beyoncé

Beyoncé, la première femme noire à faire la une du festival à Coachella. Vivez ou revivez, un an après, le show historique que Queen B nous a orchestré dans un film, Homecoming, maintenant devenu culte. 

Dans cet opus, Beyoncé nous prend par la main pour nous faire découvrir de plus près la scène, les backstages, les entraînements, les peines, les joies et les instants d’intimité en famille. Le show est spectaculaire ! Sur scène, ce sont une centaine de danseurs et un orchestre, triés sur le volet, avec des invités spéciaux comme Jay Z, sa sœur Solange et le retour tant attendu des Destiny’s child qui font une entrée fracassante.

Beyoncé, à peine remise de la naissance de ses jumeaux, s’est entraînée d’arrache-pied pour retrouver son corps de déesse et préparer le show de sa carrière. Le Beychella - le festival 2018 baptisé ainsi par ses fans - célèbre le féminisme et la culture noire. Il était tant que quelqu’un le fasse.. Homecoming, c’est 2 heures de show à couper le souffle. “Who runs the World ? Girls !

Le choix de Yollanda: The Umbrella Academy

The Umbrella Academy est la nouvelle série évènement de Netflix basé sur les bandes dessinées du même nom. Le synopsis raconte l’histoire d’une famille de super héros dont les sept enfants ont été adoptés et élevés à la dure par un riche homme d’affaires dont le but de sauver le monde de l’apocalypse.

Des années plus tard, les enfants âgés d’une trentaine d’années sont à nouveau réunis à la suite de la mort de leur père. Les flash-backs, nous permettent de découvrir la complexité des relations de cette famille dysfonctionnelle dont les membres tentent tant bien que mal de se reconstruire et de trouver leur place dans cette fratrie.

On aime : les jeux des acteurs qui sont tous bons.

On n’aime pas : le fait d’attendre plusieurs mois pour avoir la saison 2 !

Le choix de Chloé : la casa de papel

Première série espagnole récompensée aux International Emmy Awards, la Casa de Papel d’Alex Pina a fait son arrivée sur Netflix fin 2017. On y suit l’infiltration de la Fabrique de monnaie de Madrid par un groupe de 8 malfaiteurs, recrutés et entraînés par un mystérieux individu, surnommé “el Profesor”. Malgré quelques longueurs (15 épisodes pour un braquage de 11 jours), le scénario est plutôt original, même si les références cinématographiques sont nombreuses. La force de cette série réside surtout dans sa belle palette de personnages : chacun a une personnalité approfondie et un passé qui sera dévoilé progressivement à travers les épisodes. Et les rôles féminins ne manquent pas à l’appel : Tokyo (Úrsula Corberó) et Nairobi (Alba Flores) sont deux braqueuses au mental d’acier et au caractère bien trempé, tandis que Raquel (Itziar Ituño) lutte pour s’imposer en tant qu’inspectrice chargée de l’affaire dans un milieu policier essentiellement masculin. Série à voir ! (Ne serait-ce que pour apprendre à jurer correctement en espagnol.) La saison 3 débarque le 19/07.

A voir sur Netflix.

Partager

à voir également