Mehdi Annassi donne des couleurs à North Kensington Coup de coeur
TENDANCE

Mehdi Annassi donne des couleurs à North Kensington

Lina Homci le 20.06.19

Le festival Shubbak : une fenêtre sur la culture arabo-contemporaine revient à Londres cet été pour sa 5ème édition. Ici Londres est allé à la rencontre de l’un des artistes du festival. Mehdi Annassi raconte en exclusivité son projet de fresque murale à North Kensington

Le festival 

Shubbak est le plus grand festival biennal de Londres en hommage à la culture arabo contemporaine. Ce festival est devenu un événement artistique clé dans le calendrier britannique et pour le monde arabe. Cet été, le festival accueille plus de 150 artistes arabes, venus du monde entier, sur la grande scène londonienne. Au programme : performances artistiques, théâtrales ou musicales, chants, projections cinématographiques, conférences littéraires et ateliers d’arts visuels. Ce festival est un vrai symbole de la diaspora. Il fait le miroir d’une génération d'arabes aux mentalités en éveil et en perpétuelle évolution.

Mehdi Annassi est un street artiste basé à Casablanca. Sur Londres pour quelques jours seulement et avec un emploi du temps chargé de rendez-vous, Mehdi prend le temps, la veille de son départ, de s’entretenir avec nous. 

Une première 

Habitué de festivals, Mehdi constate avec joie l’intérêt que Shubbak porte aux artistes. « Ils ne tiennent pas seulement compte du travail final mais plutôt du processus. Ils nous mettent dans de meilleurs conditions de travail pour une meilleure finalité ; collectifs, rencontres… » Shubbak en arabe classique signifie fenêtre : « ils ouvrent la fenêtre et ils nous laissent dire ce qu’on veut »

Pour Mehdi, c’est sa première fresque murale hors du Maroc. S’ouvrir à l’international ; c’est un grand pas pour sa carrière, surtout compte tenu de sa courte ancienneté dans le domaine. Initialement dans l’art digital, il se lance dans la peinture d’extérieur en 2016. L’objectif c’était de dépasser sa peur et s’exprimer publiquement. Shubbak est dans la continuité de ses projets.

Le Petit Larache

Appelé Le Petit Larache depuis les années 60, la Golborne Road à North Kensington est au coeur de l’identité marocaine de Londres. Après s’être entretenu avec des résidents et des collectifs, l’artiste marocain plonge dans l’histoire de cette rue en abordant avec les premiers concernés le phénomène de la gentrification. Pour ou contre, aucun parti pri pour la réalisation de l’oeuvre : « Je ne vais pas peindre quelque chose qui me parle mais qui ne signifie rien pour les habitants, ce n’est pas le but ». Dans la rue ou à des ateliers à bâton rompus, Mehdi est allé à la rencontre des résidents pour discuter du phénomène d’embourgeoisement qui touche Le Petit Larache. « On a eu l’avis d’habitants qu’ils soient Marocains, Anglais, anciens ou nouveaux résidents. »

Chacun son point de vue

Tout le monde devrait y trouver son compte, le mural se veut être le reflet du sentiment des résidents de North Kensington, quel qu’il soit. La fresque, en format cases de BD, pourra se « lire » de gauche à droite comme de droite à gauche ; un clin d’oeil au sens de lecture de l’arabe. Un concept original à double détente : « Peu importe comment on choisit de lire la fresque, on suit l’histoire du point de vue du protagoniste ou de l’antagoniste. Chacun se voit en l’un ou en l’autre ». A la question du message politique caché, il répond avec un sourire et nous dit :

« Les fresques c’est d’abord esthétique et si il y a un message politique, il est selon moi à prendre au second voire au troisième degré. Chacun est libre de son interprétation »

L’artiste marocain signe avec ironie ses murales sous le pseudo Machima ; de l’arabe « Machi » « ce n’est pas » et M.A., les initiales de son nom. Il nous confie qu’une oeuvre, une fois sur le mur, qu’elle soit vandale ou légale, appartient à tout le monde et à personne en même temps. « J’aime utiliser l’espace et l’embellir. J’espère qu’avec le festival, certains seront inspirés à faire de même. » La réalisation de la fresque murale prendra entre 6 et 7 jours. Le lieu nous est encore secret mais Mehdi a déjà commencé les croquis… Shubbak ouvre sa fenêtre le 28 juin pour la refermer le 14 juillet 2019. Soyez au rendez-vous !

Fresque terminée

On est allé voir le mural le jour de la signature après une longue semaine de dur labeur ; Mehdi et 8 autres participants sont venus à bout de leur ébauche le dernier week-end de juin. Allez y jeter un oeil et faire votre propre interprétation... ! La fresque est située à quelques pas de la station Ladbroke Grove à North Kensignton. 

Toutes ses réalisations ici

Crédit photo (portrait) : Walid Benbrahim

Partager

à voir également