Brice Gelot, du street art contre la criminalité
EXPAT LIFE

Brice Gelot, du street art contre la criminalité

Lina Homci le 15.04.19

Brice Gelot est un artiste contemporain français qui a plusieurs cordes à son arc. Un passionné autodidacte qui ne se contente pas d’une seule forme d’art. De la photographie à la peinture, en passant par quelques graffitis et sculptures, il aime explorer les différents média artistiques pour transmettre son message.

Il y a quatre ans, il quitte l’Australie et part vivre à Londres retrouver un mode de vie plus européen. Brice Gelot s’est confié à Ici Londres sur son parcours et son art.

Londres, ville des opportunités

France, Australie et Royaume-Uni, Brice Gelot a la bougeotte. Ses voyages accroissent son ouverture d’esprit et le regard qu’il pose sur le monde. « Lorsque je vivais en France, j’ai commencé mon art dans le domaine de la photographie. Au fil des années et des voyages, je me suis progressivement éloigné de la photographie pour consacrer ma vie à créer des œuvres d'art à travers le monde pour exprimer ma passion et créer mon propre mouvement. » Ses œuvres sont exposées et en vente dans trois galeries : Los Angeles (Saatchi), Paris (Artsper) et Londres (Maggio). En 2015, il s’installe à Londres : « mon studio d’art est basé au nord de Londres, à Haringey Warehouse District. Londres a un écho important dans le monde de l’art. Cette ville ouvre beaucoup de portes et d’opportunités. Elle permet de faire des rencontres et des collaborations avec d’autres artistes locaux. »

Combattre le crime avec l’art

Memento mori, cette locution latine devient sa source d’inspiration, « elle désigne un style artistique où toute création naît avec l'objectif de rappeler à l'humain sa mortalité ». Brice pâtit d'une criminalité en hausse, l'art lui permet de s'exprimer : « Le nombre de crimes commis à l'aide d’un couteau à Londres a atteint son niveau record avec 15 000 crimes en 2018. En moyenne, c’est 40 crimes par jour ». Toutes ses peintures reflètent son inquiétude face à une telle violence et plus encore, elle éveille les esprits : « Ce que je souhaite à travers mon art, c’est rendre compte de notre propre mortalité, nos erreurs et nos échecs. Il y a également un message d’humilité, un rappel du passage inévitable de la vie à la mort. La vie est courte et précieuse, il faut profiter de chaque instant ».

STOP KNIFE CRIME

 stop knife crime

Une peinture à l’acrylique intitulé « STOP KNIFE CRIME » est en exposition permanente au 19-20 Great Sutton St, Clerkenwell. « Elle a pour but de rendre hommage à toutes les victimes de meurtre à l’arme blanche, et de faire réagir la population face à la situation actuelle à Londres. »

Make art, stop war, c’est son slogan et son message. “J’ai eu l’inspiration de ce slogan avec la chanson War is over (if you want it) de John Lennon & Yoko Ono”. Même si son travail « explore le côté sombre de la vie », Brice Gelot, derrière son masque noir, souhaite envoyer un message pacifique et optimiste : « La vie est courte et c'est à nous de faire en sorte qu’elle soit belle ».

 

Son site ici

Crédit photos : Brice Gelot 

Partager

à voir également