Rencontre avec Victor Hall, animateur sur Soho Radio Coup de coeur
LONDON LIFE

Rencontre avec Victor Hall, animateur sur Soho Radio

Mathilde Riboulleau le 12.03.19

Londres, le matin, le quartier de Soho se réveille. Lorsque nous entrons dans le studio de Soho Radio, Victor Hall est en train d’écouter l’émission en direct de James Endeacott, qui a notamment produit The Libertines ou The Strokes.

À la rencontre de la radio 

Victor Hall est franco-anglais. Il est né à Londres, sa mère est française et son père anglais. Jusqu’à ses douze ans, Victor est allé dans une école française à Londres. Alors qu’il allait s’inscrire par la suite au Lycée Charles de Gaulle : « il n’y avait pas de terrain de foot, du coup je n’y suis pas allé » dit- il en rigolant. Il change alors de lycée pour ensuite rejoindre une fac de littérature où il étudie le français et l’espagnol dans le Sussex. C’est là que son amour pour la radio éclot : « j’ai découvert les studios radio, c’était un loisir à côté, je suis devenue obsédé par cela très vite! ». 

C’est avec ses amis qu’il commence à toucher aux studios radio : « on passait de la musique, on ne savait même pas qui écouter à la fac. C’était pas une vraie radio mais on a beaucoup appris, on se débrouillait seuls ». Victor animait pour le plaisir deux émissions par semaine à la fac, le mardi et le samedi où il passait de la musique underground et des petits groupes de Brighton. Retourné récemment à Brighton, Victor a été surpris de voir la différence : « cela a totalement changé, maintenant c’est comme la BBC » dit- il en s'amusant. C’est à partir de la fac que la radio est devenue une vraie passion et un projet qui s’est concrétisé au fil des années… 

Un rêve devenu réalité

Après la fac, Victor travaille dans la traduction : « c’était absolument pas mon truc. Je parlais beaucoup trop de travail et pas assez de musique, j’avais le blues de la radio » dit- il en souriant. Mais à côté de cela, il continue à faire de la radio toutes les semaines après ses journées de travail : « c’est une pure passion, je n’ai jamais été payé pour faire de la radio! ». Alors qu’il devient de plus en plus accro, il passe un diplôme de radio à Londres avec une école. Il s’y rend tous les soirs après son travail : « c’était de la production radio, c’était dur et le travail était intense mais j’ai pris confiance et j’ai appris beaucoup au niveau technique! ». 

Son premier projet sérieux en radio débute avec un professeur de son école qui l’invite à un festival de musique. Il lui propose d’interviewer les groupes et de le diffuser en direct du festival sur Soho Radio. Sa réponse : « je fais mes valises, je prends mon micro, c’est parti! ». Victor raconte qu’on lui avait donné 4 ou 5 heures de travail par jour, mais il explique qu’il est tellement passionné qu’il passe finalement 15 heures par jour à faire des interviews et des rencontres en courant partout. C’est là qu’il commence à côtoyer les petites radios londoniennes à droite et à gauche comme Hoxton Radio, où il anime des émissions jusqu’à toucher du doigt l’excellence de la BBC…

 

Une journée à la BBC 

Cequi fait la personnalité de Victor: le culot, la passion et la joie. C’est grâce à cela qu’il a pu accéder à la BBC. Un beau jour, alors qu’il marche dans la rue à Soho, il aperçoit le célèbre chroniqueur de la BBC Radio 1, Zane Lowe, maintenant patron d’Apple et Radio Beats. Pour lui, c’est son idole. Victor se demande s’il doit s’approcher. Finalement, il fonce. Il lui explique qu’il admire son travail, qu’il est fasciné par la rapidité et la rigueur de son émission : « dès qu’il est au micro, il est très cadré, très généreux et prends aussi son temps ». Il aime aussi le fait qu’il mette beaucoup en lumière la nouvelle musique, les nouveaux artistes. Et là, consécration pour Victor, Zane Lowe lui répond, mais lui propose également de passer une journée dans le studio. 

Victor explique qu’il croit que c’est une blague. Finalement il passe la journée avec le producteur et toutes ses équipes : « J’ai passé l’après-midi à côté de lui, dans le meilleur studio du monde. Cet endroit est dingue ! ». Ce qu'il préfère est l’énergie qui se propage  : « lorsqu’il commence son émission, tout le monde doit mettre son casque, tout le monde est dans la même bulle, personne ne doit parler, tout le monde est à l’écoute. C’est un conseil que j’ai pris de lui, je fais cela dans mon émission du coup! ». 

Déja un pied dans la culture française 

Alors qu’il est passionné de radio, il n'en vit pas pour autant. Il travaille en fait dans l’évènementiel. Il profite de cette double nationalité pour mettre en avant son amour pour la culture française et anglaise : « Le fait d'avoir une mère française et un père anglais, tu es plongé dans les deux cultures, je passais toutes mes vacances en Auvergne et à Paris ». Il travaille dans la programmation de concert, conférences, lectures, d’expositions notamment à Hampstead. Il a particulièrement organisé des soirées dans des cinémas français où il inventait des soirées appelées "Truffaut Tuesdays". Tous les mardis, il organisait des soirées musicales françaises, où il passait des films français, servait du fromage, du vin. Il ajoute : « Et le soir, Radio radio radio! » 

La joie de vivre à l’antenne

Quand on lui demande ce qui lui plait dans la radio ? « J’aime quand la lumière est rouge, que le micro est branche, tu as peur mais tu es excité. Il y l’adrénaline totale et tu y vas, tu partages des choses, tu partages ta musique. Si tu es confiant, positif, motivé, ca passe, c’est fun, chaleureux, c’est un moment de pur bonheur! » Depuis cette journée à la BBC, Victor Hall n’a fait que confirmer sa passion pour la radio. 

Alors qu’il postule dans plusieurs radios à Londres, pas de réponses. Un jour, toujours avec culot, il passe devant Soho Radio et par chance, arrive à un moment ou le patron de la radio est embêté car il lui manque un animateur pour un créneau de deux heures. Victor avait sa clef USB dans sa poche : « j’avais toutes mes musiques françaises dessus, il faut toujours être prêt! ». Il toque à la vitre, et propose au patron de faire le show : « il m’a regardé surpris au début, en me disant, tu es en train de me dire que tu veux faire le show ? ». Victor raconte être parti en courant s’installer dans le studio : « je n’ai pas eu le temps de réfléchir, ou de ressentir a peur tellement c’est allé vite. J’ai commencé avec de la bonne musique française : Paradis, Polo & Pan, Flavien Berger, des tubes de Ed Banger records… ». Victor n’a pas eu le temps de réaliser. Deux heures plus tard, il pousse la porte du studio et le patron lui dit : « You’ve got the show! ». L’aventure Joie de Vic commence à ce moment précis!

Joie de Vic, une émission colorée 

Cela fait maintenant un an que Victor Hall présente son émission sur Soho Radio. Pourquoi Joie de Vic ? Car Victor voulait mettre en avant la musique française aux UK et qu’il voulait faire partager de la musique positive, dansante, rythmée, dream pop, colorée et mettre en avant les behind the scene des artistes. Durant deux heures, il interview en anglais, car son premier public est londonien, un artiste français dans chacune de ses émissions. Il passe environ quarante musique par émission. Victor offre toujours un panier garni de nourriture française typique pour gâter ses invités. 

Dans son émission, Victor passe autant les classiques de la chanson française, mais aussi de la disco sénégalaise des années 80, des jeunes artistes modernes. Il évoque d’ailleurs une vague de jeunes chanteurs qui recommencent à utiliser en force le français : « c’est la langue de Molière qui revient. Ils n’ont pas peur de chanter, de jouer avec les mots, il y a une renaissance de la scène française en France mais aussi à l’étranger ! ». 

Pour le futur, Victor ne manque pas d’idées. Il prépare en tant que co-directeur, un festival de musique en Normandie appelé Pete The Monkey et prépare encore d’autres projets surprises…! 

 

Les endroits préférés de Victor pour écouter de la musique à Londres : 

  • Le Village Underground à Shoreditch 
  • La médiathèque de l’Institut Français à South Kensington 
  • Le Hackney art Centre à Dalston 
  • The round House à Camden 

 

Le compte instagram de Victor : @vicbhall

La page pour retrouver les émissions de Victor : Joie de Vic/ Soho Radio 

 

 

 

Partager

à voir également