Bisou les madeleines inonde Londres de petites douceurs artisanales
EXPAT LIFE

Bisou les madeleines inonde Londres de petites douceurs artisanales

Clémence Calderon le 13.02.19

Hélène Bataille se confie sur son food business "Bisou les madeleines". L'histoire d'une française qui a conquis Londres avec ses madeleines artisanales aux mille et une saveurs. 

Vous souvenez vous de la première madeleine que vous avez goutée ?

C’était chez mes grands-parents, qui sont originaires de Lorraine, donc le berceau de la madeleine. J’ai vraiment baigné dedans depuis toute petite, maintenant la première madeleine je ne m’en souviens pas précisément, un peu comme Obélix qui est tombé dans la marmite étant petit (rire). Mais je me souviens que j’en pâtissais souvent petite avec mon grand-père.
En Lorraine chaque famille à sa recette de madeleines, comme en Bretagne chacune à sa recette de crêpes.  Mes grands-parents avaient des poules et on allait chercher les œufs au poulailler, pour ensuite les utiliser pour la pâtisserie, et principalement les madeleines.

Comment en êtes-vous arrivée à devenir pâtissière à Londres ?

Quand j’étais en France, j’ai été graphique designer pendant douze ans à mon compte et puis un jour, j’ai eu envie de changement et j’ai déménagé à Londres en novembre 2013. C’était un challenge personnel pour moi de venir à Londres parce que je voulais vraiment me remettre à l’anglais, qui était vraiment horrible au début. Donc j’ai travaillé quelques mois dans des restaurants, des cafés pour améliorer mon anglais. Puis j’ai finalement repris mon métier de base qui m’amenait souvent à travailler avec des clients issus de la restauration, de l’hôtellerie…

Et les madeleines dans tout ça ?

En déménageant à Londres, j’avais emmené mes moules à madeleine dans ma valise. Ça faisait partie du « kit de déménagement » et ainsi je continuais à en faire chez moi, pour mes amis ou même ma sœur qui habitait à Londres également et qui était ravie de pouvoir retrouver les madeleines de notre enfance.

Puis un projet est né…celui de Bisou les madeleines.

Petit à petit, j’avais vraiment de bons retours sur mes madeleines et on m'a suggéré de peut-être les vendre. De plus, on ne trouve pas de madeleines artisanales à Londres.

Ça m’a mis du temps pour débloquer ce projet, de me mettre dans un premier temps en confiance parce que je n’avais jamais développé de food business auparavant. 

Et puis il fallait aussi que je mette au point mes différentes recettes sachant que je voulais absolument travailler avec des ingrédients locaux. L’idée était de trouver des produits locaux, anglais pour avoir le même rendu qu’avec des produits français. Ça a été un vrai challenge parce que les produits anglais et français sont différents donc j’ai beaucoup travaillé et testé pour retrouver un peu la « recette ultime » de mon enfance.

Une fois la recette trouvée, j’ai fait goûter mes madeleines aux autres, j’ai tâté un peu le terrain avec la clientèle et j’ai fini par lancer le business fin 2016. Depuis, je me suis associée avec une « business partner », Caroline, que je ne connaissais pas du tout au début et avec qui j’ai eu un véritable coup de foudre professionnel. Elle avait déjà un Food business spécialisé dans les cannelés. Nous nous sommes concentrées sur les madeleines et nous avons officialisé notre partenariat professionnel en décembre dernier.

 

2019 : une cuisine professionnelle et des livraisons dans tout le UK

Et oui parce que le business s’agrandit ! Les commandes aussi sont de plus en plus importantes et c’est surtout la place qui commençait à manquer. Avant de s’installer dans cette nouvelle cuisine professionnelle, je cuisinais mes madeleines chez moi, dans ma cuisine. Depuis qu’on travaille à deux, c’est important qu’on puisse se retrouver dans un cadre de travail. Et puis on a maintenant deux fours, ce qui est très pratique car on produit mieux et plus.

Pour la livraison c’est aussi un gros changement, bien que ça n’a pas été facile à mettre en place. Les madeleines sont produites à la demande et sont donc des produits frais. Donc par rapport à la logistique, entre le passage de la commande, la fabrication et l’expédition, il fallait qu’on trouve un service qui soit rapide.

Des madeleines pour la Saint Valentin, la fête des mères…à chaque évènement ses madeleines.

On fait des éditions limitées qui durent environ un mois, en fonction de l’évènement. Pour ce mois de février forcément on a fait des madeleines spéciales Saint Valentin qui sont disponibles depuis le 1er février sur notre site, jusqu’à la fin du mois. Après il y aura la fête des mères puis Pâques, la fête des pères…et c’est chouette parce que c’est l’occasion de faire découvrir de nouveaux produits avec de nouvelles saveurs.  Et s’il n’y a pas d’évènement en particulier dans le mois, on a toujours une recette dans le tiroir avec des ingrédients saisonniers ou des nouvelles combinaisons de saveurs.  On a même des clients qui nous envoient des petits mots avec des suggestions de recettes donc c’est génial (rire).

Sucrées et pourquoi pas salées ?

On fait aussi des madeleines salées, elles ne sont pas encore sur le site car on doit encore développer ces madeleines salées. On a seulement quatre parfums pour le moment : Rocamadour (fromage de chèvre, zeste de citron, noix) Bastia (saumon estragon) Bayonne (jambon sec, tomate séchées et graine de pavot) et on a Cherbourg (carotte, coriandre et olive noire). Elles seront bientôt disponibles à la vente.

Quelles perspectives d’avenir ?
Agrandir petit à petit, après tout est une question d’opportunités. Pour l’instant on se fait de bonnes bases, on tente de fidéliser notre clientèle au mieux.  Les projets suivants se sont ces pop-ups dans plusieurs endroits de l'East London, notamment dans diverses réceptions de Broadgate (Liverpool Street). Le premier Pop-Up aura lieu le 20 février et nous reverserons 10% des ventes à la Charity LandAid.

Retrouvez toutes les madeleines de Caroline et Hélène sur le site Bisou les madeleines et sur leur page Instagram

 

Crédit photos : Joanna Burejza 

Partager

à voir également