Parole aux jeunes avec Toi d'Europe
BREXIT

Parole aux jeunes avec Toi d'Europe

Estelle Nilsson-Julien le 06.02.19

Mathilde et Sophie Hériaud, deux sœurs originaires de Bretagne ont monté ensemble leur projet Toi d’Europe. Un projet documentaire, recueillant les témoignages de jeunes Européens sur l’avenir de l’Union Européenne. C’est avec un sac à dos, une caméra et quelques questions, qu’elles ont passé 8 mois à naviguer le continent afin d’aller à la rencontre de tous types de jeunes. Des témoignages disponibles sur leur chaîne YouTube, leurs réseaux sociaux et dans leur documentaire qui sort prochainement. Rencontre avec Mathilde suite à son panel avec le réalisateur Cédric Klapisch et Alexander Vassilev (European Horizons) à la Nuit des Idées 2019 de l’Institut Français du Royaume-Uni.

D’où est partie votre envie de lancer Toi d’Europe?

J’ai monté Toi d’Europe avec ma soeur Sophie, qui est journaliste. Il y a deux ans, elle a gagné un prix décerné par Le Monde, pour un article qu’elle avait écrit au sujet des réfugiés. A ce moment-là, on a toutes deux commencé à observer l’actualité, le Brexit, Trump, les élections présidentielles en France. On a réalisé qu’il y avait un fossé générationnel qui se creusait, qu’on peut voir avec le Brexit, entre les jeunes qui ont voté Remain et la population plus âgée qui a voté Leave. On a donc décidé de prendre notre caméra et de partir en road trip afin de rencontrer le maximum de jeunes pour les questionner sur leur vision de l’Union Européenne.

Quelle était votre vision de l’Europe avant de vous lancer dans cette aventure?

On avait une vision positive de l’Europe, mais c’est aussi parce qu’on a eu la chance de participer à de nombreux programmes, comme Brigitte Sauzay, Comenius ou Erasmus. On voulait vraiment interroger des personnes aux profils différents, en se focalisant plus particulièrement sur les jeunes âgés de 18 à 35 ans. On n’a pas simplement interrogé des gens qui adorent l’Union Européenne, le but n’était pas de faire une publicité pour l’Europe, sinon on aurait demandé les fonds Européens (rire)!

Dans combien de pays êtes vous allés jusqu’à présent? Quel est le format de vos interviews?

A la base on comptait aller dans 10 pays pour récolter nos témoignages puis au final on en a fait beaucoup plus! Là on a fait 23 pays avec plus de 300 interviews et témoignages. Il y a 4 questions qui reviennent à chaque interview, mais on essaye aussi de s’assurer que chaque vidéo ait un thème et sujet précis. Pour l’Angleterre c'était le Brexit, pour l’Italie, les élections présidentielles, pour l’Espagne, la crise de la Catalogne. Le dernier endroit où on est allés est Zagreb, où on a interrogé des jeunes à propos du fait qu’ils soient les derniers à être entrés dans l’UE et de leur avis sur l’intégration des Balkans dans l’Union.

Globalement, pensez-vous que les jeunes ont une vision plutôt optimiste ou pessimiste de l’avenir de l’Europe?

Les jeunes ont une vision beaucoup plus positive que ce qu’on pensait! Même dans les partis extrêmes, comme Jobbik, le parti Hongrois nationaliste ils disaient simplement vouloir une Europe plus sociale. On voit qu’en fait les jeunes veulent du changement, ils sont prêts à critiquer mais pas forcément à tout abandonner!

 

Site.

Instagram.

Partager

à voir également