Roman Lewis, nouvelle face de la pop
EXPAT LIFE

Roman Lewis, nouvelle face de la pop

Estelle Nilsson-Julien le 21.01.19

A seulement 17 ans (bientôt 18), Roman Lewis est déjà un musicien accompli. Aux allures de star avec ses boucles dorées, il est actuellement en Terminale au Lycée Français Charles de Gaulle. Mais Roman mène une double vie, entre son quotidien de lycéen et sa vie de musicien en tournée.

Danseur, chanteur, mais aussi guitariste

Roman était très jeune la toute première fois qu’il est monté sur scène: “j’ai débuté avec de la danse contemporaine, je jouais dans des comédies musicales. Puis, un jour, je me suis blessé au genou, j’ai commencé à m’ennuyer. C’est là que je me suis vraiment mis à la musique!” raconte-t-il.

Il est danseur, chanteur, mais aussi guitariste : “j’avais un nanny quand j'étais petit qui m’a appris la guitare, puis j’ai commencé à prendre des cours de temps en temps”. Il a grandi dans une famille passionnée par la musique: sa grand-mère étant une collectionneuse de vieux vinyles, et ses oncles des pianistes et guitaristes accomplis.

Succès par Soundcloud

Il a un manager, et fait également partie d’un label britannique, ainsi qu’un label indie-américain. Ce sont des opportunités qui se sont manifestées par chance, ce qu’il tient à accentuer: “quand j’avais 14 ans j’ai enregistré mes chansons avec un ami musicien. On a passé plusieurs week-ends enfermés à perfectionner notre musique”.

Une fois les enregistrements terminés, il les a postés sur Soundcloud. Mais il ne s’attendait pas du tout à la suite : “j’étais en pleine période d’examens quand plein de labels et de managers ont commencé à s’intéresser à ma musique. Je pense qu’il y avait un peu de “hype”, et je me demandais s’ils étaient vraiment intéressés ou si c’était seulement pour le buzz. C’était impressionnant pour un gars de 14 ans!”.

Double vie

Quand on multiplie les allers-retours entre tournées et lycée, on finit par mener une double vie en quelques sortes : “c’est sûr qu’il y a des choses que je rate, je ne suis pas tout le temps en cours, et j’aimerai pouvoir passer plus de temps avec mes amis”. Mais ça ne l’embête pas plus que ça, confiant d’avancer sur la voie qui lui plait : “j’ai beaucoup de projets, donc je n’ai pas trop le temps de me poser pour penser à ça, et je n’ai surtout pas à me plaindre! Je suis heureux de voir que les choses avancent dans la bonne direction”.

Il a décidé de poursuivre sa scolarité au lycée, même si l’idée de tout laisser tomber pour la musique lui est passé par la tête. Il dit avoir de la chance car ses amis sont plutôt scolaires: “ils me filent leurs notes pour que je puisse rattraper les cours”. C’est tout de même un rythme difficile à maintenir: “au début de l’année j’étais parti jouer à Los Angeles pendant trois semaines. J’ai eu du mal à reprendre les cours, les sept contrôles qui m’attendaient ne se sont pas passés si bien que ça (rire!).” Sa passion au lycée c’est la physique, des études pour lesquelles il a d’ailleurs postulé à l’université, même s’il ne compte pas y aller: “ma famille me soutient énormément et me laisse faire mes choix librement”.

Jouer la première partie des Wombats

Mais est-ce qu’on ne se sent pas un peu déçu et déstabilisé, quand on retourne en cours après avoir joué des concerts devant des centaines de personnes? “Quand j’ai joué la première partie des Wombats à New York, c’est la première fois que j’ai vraiment eu ce sentiment de ne pas vouloir retourner à Londres”.

Ce soir là, il a joué devant son plus grand public jusqu’à présent et a pu rencontrer ses fans. C’était à cette occasion qu’il a signé pour la toute première fois des autographes: “je n’en revenais pas, les gens ont commencé à former une queue pour venir me voir. Ma mère était-là à tout filmer, à prendre les gens en photo (rire), elle aussi était émerveillée! Après tu rentres à Londres, tes potes n’en ont rien à battre, et tes profs t’en veulent d’avoir rien révisé!”.

Histoire de famille

Avec sa mère, Lisa, et son frère ainé, Gabriel (qui est photographe de concerts), ils forment une belle équipe, effectuant tous leurs voyages ensemble : “c’est excitant quand t’es sur scène, mais le reste de l’aventure peut vite devenir ennuyante, tu passes beaucoup de temps à vadrouiller d’une ville à une autre. Donc c’est super de pouvoir être entouré par eux”. Sa petite soeur, qui a pour l’instant seulement 11 ans attends avec impatience le moment où elle aussi sera invitée à partager ces moments spéciaux.

 

Projets pour 2019

Il écrit toutes ses chansons lui-même : “c’est très thérapeutique, tu mets toutes tes émotions dans ton texte. C’est comme quand tu as une conversation avec quelqu’un et tout d’un coup tu te sens beaucoup mieux!”. En septembre 2018 est sorti son premier clip, Midnight in Paris. Un clip au style indie et vintage, qui voit un Roman rêveur se balader dans les rues de Paris. C’était sa première expérience de tournage et il a adoré : “je suis allé à Paris avec le caméraman et le producteur. Ils m’ont appris un tas de choses sur l'évolution de l’industrie de la musique, comme l’importance de MTV pour leur génération”.

Son dernier EP, composé de 7 chansons nommé "Heartbreak" sort sur Spotify ce vendredi 25 janvier. Au programme pour 2019 il prépare donc de nouvelles dates ainsi que de la nouvelle musique bien sûr!

 Spotify.

 

Partager

à voir également