Les films à voir du 10 au 14 octobre au BFI London Film festival 2018
LONDON LIFE

Les films à voir du 10 au 14 octobre au BFI London Film festival 2018

Nadège Alezine le 10.10.18

Le 62e BFI London Film Festival est l’occasion de voir les films dont tout le monde va parler en 2019. Voici notre sélection pour cette première semaine passée dans les salles obscures. 

Widows

C’est le dernier film de Steve McQueen qui ouvre le bal de ce 62e BFI London Film Festival, et il donne le ton d’un événement vitrine d’une industrie en plein questionnement depuis le scandale du #MeToo.

Widows est l’adaptation à l’écran de la série télé écrite de Lynda la Plante et diffusée dans les années 80. Mais cette fois, l’action se passe de nos jours à Chicago, dans une Amérique corrompue, obsédée par les billets verts, sous fond de tension raciale et de pauvreté.

Dans ce thriller, on retrouve les veuves (Viola Davis, Michelle Rodriguez, Élizabeth Debicki, Cynthia Erivo) de quatre gangsters qui se voient obligées d'organiser un casse pour racheter les erreurs de leurs maris défunts. Mais l’histoire que raconte Steve McQueen va bien au-delà du simple film de gangsters. Ici, ce sont les femmes qui changent la donne et passent de victimes, à maîtresses de leur destin. 

On a aimé : Viola Davis qui va probablement rempoter un Oscar de plus pour ce rôle de femme forte et la réalisation magistrale de Steve McQueen, qui ne fait que confirmer son immense talent.

À voir le 10, 11 et 12 octobre dans une des salles du BFI LFF.

The Bill Murray Stories : Life lessons from a mythical man

Il y a des légendes urbaines qui circulent sur le compte de Bill Murray depuis déjà quelques années. On l’aurait vu faire ses courses au Champion des Grands Hommes à Bordeaux, ou encore, s’incruster ans une soirée étudiante à Édimbourg ou sur une photo de mariage à Charleston. Mais qui dit vrai ? 

Ce sont ces histoires vécues par des fans et simples mortels, qui ont rencontré le comédien américain que Tommy Avalonne, le réalisateur a voulu mettre en avant. Lui-même grand fan de Bill Murray, il aimerait aussi avoir une anecdote sur sa rencontre avec l’acteur à raconter. Mais on ne peut pas presser le destin et Murray fait partie de ces célébrités qui n’ont ni agent, ni attaché de presse : pour le joindre, il faut appeler un numéro et laisser un message. Répondra-t-il ? 

L’acteur américain rendu célèbre par le Saturday Night Live, puis au cinéma par ses rôles dans Ghostbusters et Lost in Translation de Sophia Coppola, est un amateur d’improvisation. C’est de là qu’il tire son amour de l’irrévérence et de la farce. Quand il surprend un fan dans les toilettes pour homme et se poste à ses côtés, il dit : « personne ne vous croira jamais ! » Il entretient le mystère et choisit de se jouer de tout, surtout de ce lourd attribut, qui est sa célébrité. Mais alors que cherche-t-il dans ces farces jouées à ses fans ? 

On a aimé : The Bill Murray stories essaye d’expliquer sa philosophie de la vie, une façon de profiter de l’instant, un carpe diem dit selon l’Évangile de st Bill Murray. 

À voir le 10, 11 et 20 octobre au BFI LFF. 

Un couteau dans le cœur 

Le réalisateur français, Yann Gonzalez met en scène Vanessa Paradis dans ce film de genre, entre thriller et Giallo, où l’on découvre une nouvelle facette de l’actrice. Sélection officielle du festival de Cannes en 2018, ce film est présenté au BFI LFF dans la section Cult

Paris, 1979, Vanessa Paradis joue Anne, productrice de porno gay dont les acteurs se font sauvagement assassiner. Elle mène l’enquête dans le milieu interlope des nuits parisiennes et voit sa vie bouleversée.

On a aimé cette plongée dans les bas-fonds du monde gay et porno des 70’s avec une Vanessa Paradis bouleversante et charismatique, loin de ces rôles habituels. 

À voir le 12 et le 13 octobre au BFI LFF.

L’heure de la sortie 

Sébastien Marnier met en scène Laurent Lafitte dans ce film énigmatique et troublant. La France de nos jours, un professeur se suicide dans une école privée devant ses élèves d’une classe de 3e. Pierre Hoffman (Laurent Lafitte) vient alors remplacer ce professeur et se retrouve face à une classe d’adolescents surdoués et quelque peu étranges. Le professeur devient alors la cible d’événements hors du commun qui le poussent à s’intéresser de plus près à ce groupe d’ados, glaçants…

On a aimé : l’univers angoissant et trouble du film (non, on ne vous dira pas comment il finit…) et la musique hypnotique des Zombie Zombie.

À voir le 18 et 19 octobre au BFI LFF.

Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de notre sélection cinéma du 62e BFI LFF.

 

Partager

à voir également