Avoir 20 ans à Londres avec Enora
EXPAT LIFE

Avoir 20 ans à Londres avec Enora

Mathilde Riboulleau le 02.10.18

C’est non loin de Little Venice que nous avons rencontré Enora, dans un café où elle travaillait lorsqu’elle a posé ses valises à Londres. À 24 ans, la jeune femme a eu un coup de cœur pour Londres le premier jour où elle est sortie du train à King’s Cross. 

Au pair pour apprendre l’anglais 

Originaire de Rennes, après son bac littéraire, Enora ne sait absolument pas quoi faire de sa vie. Elle s’oriente alors vers un DUT information et communication durant deux ans. Mais elle se lasse vite : « j’en avais marre de tourner en rond, j’ai donc décidé de prendre une année sabbatique au milieu de mes études ». Elle se renseigne alors sur le voyage au pair. 

À l’origine, Enora veut partir en Afrique du Sud mais lorsqu’elle apprend qu’il faut un garde du corps avec soi, au quotidien pour y vivre, elle renonce et choisit Londres : « La raison officielle ? Apprendre l’anglais et gagner en indépendance. La raison officieuse : faire la fête (rire) ».  

Enora est arrivée dans une famille aisée à Fulham. Elle s’occupait de deux petites filles au quotidien : « je suis tombée dans une superbe famille, cela s’est très bien passé ». Enora a fait cela durant 9 mois, et a fait le choix de rester à Londres quelque temps. 

Une année sabbatique prolongée 

Après son expérience au pair, Enora a rencontré son copain actuel. Elle est ensuite rentrée en France car elle avait un travail saisonnier durant 3 mois. Cela était censé être juste une année sabbatique mais Enora a décidé de prolonger son expérience londonienne… 

Lorsqu’elle a fini sa licence en France, elle est alors revenue dans la capitale par amour mais aussi pour son projet professionnel. Elle enchaîne ensuite les petits boulots : « j’ai travaillé dans un café juste à côté de chez moi, ensuite j’ai travaillé dans un bar restaurant, j’avais aussi très envie d’être barman » dit-elle en souriant. Elle est restée presque une année et a mis de l’argent de côté car son rêve était de partir en Asie. 

Aussitôt dit, aussitôt fait, Enora est partie 4 mois, seule, traverser l’Asie. À son retour, Enora a travaillé dans un autre bar mais : « j’en ai eu marre de petits boulots, et je me suis dit à Londres : on te juge plus sur l’expérience que tu as que sur tes études, je peux trouver un travail ». Elle a donc postulé pour trouver un stage en entreprise. 

Consultante pour les salons de coiffure 

Enora a postulé à un stage en communication dans une boîte de Business Consulting pour les salons de coiffure. Elle a été acceptée en stage durant 3 mois et par la suite, embauchée. C’est l’entreprise où elle travaille encore aujourd’hui. Enora avait soif d’apprendre le monde de l’entreprise : « une des choses les plus importantes dans un travail pour moi ce sont des gens qui me poussent ».

Il s’agit donc d’une entreprise familiale, qui fait du conseil pour les salons de coiffures et les salons de beauté à Londres. De plus, l’entreprise vient de lancer sa marque de cheveux vegan et cruetly free, une marque haute gamme à prix raisonnable. Son job ? : « je gère les réseaux sociaux, le marketing, je fais un peu de graphisme: j’adore! Et je m’occupe aussi des relations publiques. ». 

Des passions et des rêves 

Outre son travail actuel, Enora est passionnée par différentes activités, notamment la musique électronique, le théâtre et la peinture. Durant sa première année à Londres, Enora a fait partie d’Art Fabric, une troupe de théâtre de français à Londres : « j’ai adoré, les personnes qui jouent et qui gèrent la troupe sont géniaux, cela m’a donné envie de devenir comédienne ». 

Ensuite, Enora s’est découvert une passion pour la peinture depuis qu’elle s’est installée à Londres : « c’est ce qui me détend dans ce monde un peu trop rapide, mais je ne ferai pas cela de ma vie ». 

À part cela, Enora ne cache pas son enthousiasme pour le nombre de soirées techno organisées partout dans la ville : «c’est fou, je me souviens du listing des soirées qu’il y a tous les soirs, il y en a tellement, j’ai halluciné quand je suis arrivée, c’est dingue ! ». Pour la suite, Enora va rentrer en France quelques mois, mais la jeune femme a déjà pensé à ses billets retour pour Londres…!

 

 

 

Partager

à voir également