Les cinéphiles font leur cinéma à Deptford
LONDON LIFE

Les cinéphiles font leur cinéma à Deptford

Mathilde Riboulleau le 15.08.18

C’est un mercredi matin qu’on a rencontré Sandra et Marion, bénévoles depuis un an au Deptford Cinéma. Autour d’un café au bar du cinéma, nous sommes entourées d’affiches de films aussi variées les unes que les autres collées au plafond et au mur. Après la visite de la salle de projection, Sandra et Marion nous racontent l’histoire de ce petit cinéma du sud de Londres…

Créé en 2014, par quatre amis cinéphiles, il est à l’origine un local abandonné. C’est Adriana, jeune femme slovaque à l’initiative du projet, habitant juste au dessus, qui imagine la transformation de ce lieu. Les travaux commencent, les idées fusent et le local se métamorphose.

Une communauté de bénévoles débrouillards, indépendants, différents 

Dès que les travaux débutent, la communauté s’étend via le bouche à oreilles. La première dizaine de bénévoles bricole et construit le cinéma : que ce soit l’électricité, le bar, la décoration, l’écran et tout le reste du cinéma. Aujourd’hui, il y a environ 100 bénévoles impliqués venant de tous les pays du monde.  

Marion, elle, est arrivée lorsque tout était déjà plus ou moins construit. Originaire de Versailles, elle a passé trois ans au Lycée Français Charles de Gaulle à Londres avant de revenir en France. Elle a ensuite retraversé la Manche pour ses études et elle vit ici depuis 7 ans.

Son intérêt pour le cinéma vient de sa famille « j’ai grandi dans une famille qui aimait beaucoup le cinéma. Notamment mon père qui m’avait montré tout un tas de films d’art ». Elle part ensuite étudier à Berlin pendant 1 an «  j’ai étudié le cinéma allemand et j’ai beaucoup aimé, des années 20 au cinéma contemporain. Ça a complément changé ma vision du cinéma ». Comme chaque bénévole, elle a soif de nouveaux films, de nouveaux réalisateurs, de nouveaux acteurs. 

Récemment, elle a pu découvrir le cinéma polonais grâce à Sandra, bénévole polonaise qui vit à Londres depuis cinq ans. Cette dernière à découvert Deptford grâce à une amie, qui allait au cinéma trois fois par semaine : « je n’avais pas le temps d’y aller au début et quand Jasmine m’en a parlé il y a un an, je suis venue et je suis clairement tombée amoureuse » dit-elle en souriant. Sandra est « filmmaker » et a étudié l’histoire du cinéma. Pour elle, Defpord est un endroit inspirant « Être ici m’aide à penser à mon prochain film, c’est un lieu génial car nous avons la liberté du programme ». Récemment, elle a réalisé une rétrospective sur son réalisateur polonais préféré Andrzej Zulawski. 

Une programmation hétéroclite, de A à Z 

Chacun des bénévoles apporte à Deptford Cinema sa propre culture, donc, son propre cinéma. De plus, le gros avantage à Deptford cinéma : les bénévoles créent eux-mêmes les évènements de A à Z. Comme l’explique Marion « ce qui m’a beaucoup plu c’est la possibilité de programmer soit-même, de choisir ses films, de tout organiser du début à la fin, avec cet aspect communautaire où chacun s’aide mais par plaisir, pas par obligation ». 

Depuis le début, Marion a montré principalement des films français car elle a établi un partenariat avec l’Institut Français qui lui permet d’avoir un accès à toute une liste de films gratuits dont il possède les droits au Royaume-Uni. Elle a montré par exemple L’enfance nue de Maurice Pialat, J’ai pas sommeil de Claire Denis, L’homme de Rio de Philippe de Broca avec Belmondo ou encore les films d’Agnès Varda.

En effet, lorsque l’on devient bénévole à Deptford Cinéma et que l’on souhaite réaliser une programmation, il faut tout organiser. Finalement, la diversité et la créativité des bénévoles rendent ce cinéma spécial... 

Pas seulement un cinéma

Le cinéma propose différentes activités autres que les films. Pour ce faire, tous les mercredis, il y a des sessions de Life drawings. Chacun est libre de s’inscrire sur le site pour venir dessiner sur un grand papier. De plus, le cinéma dispose d’un long couloir où il réalise des expositions souvent en accord avec les projections. Enfin, il est possible de louer le cinéma pour fêter des anniversaires ou organiser des sessions films entre amis. Deptford cinéma est également en partenariat avec l’Institut Japonais, l’Institut Français et d’autres. Et depuis plusieurs années il est en partenariat avec des festivals comme par exemple Immigration film festival, New cross + Deptford Free Film festival ou encore le Korean Film Nights. 

Faire perdurer le cinéma indépendant 

Une des raisons pour laquelle les bénévoles ont voulu créer Deptford Cinéma, c’est le manque de films indépendants à l’écran. Aujourd’hui, les places de cinéma coûtent très cher et notamment à Londres. Lorsqu'on lui pose la question, Marion voit seulement deux cinémas qui montrent des films indépendants à Londres à temps complet. A Deptford cinema la place est à £6 et £4.50 pour les réductions. Avec cela, il faut rajouter le coût du transport et le disent les volontaires : « À Londres le cinéma est très exclusif… ». 

 

Le plus dur est de rester indépendant « cela n’est pas facile car on n’a pas de funding régulier mais c’est important car à partir du moment où tu es sponsorisé par un groupe, par qui que ce soit, ils demandent à ce qu’il y ait une présence visuelle, du coup c’est là qu’il commence à y avoir une série de publicités avec chaque films et ça, on ne veut pas du tout ! ». La création du cinéma a été faite aussi pour cette raison : « la frustration de ne pas pouvoir voir les films que tu veux voir à l’écran, on voit tout le temps les mêmes têtes d’affiches, c’est très standardisé, aseptisé » explique Marion. 

Au niveau des projets, le Deptford cinéma ne manque pas d’idées. D’ailleurs, les bénévoles ont décidé de créer un « book club » à partir du mois d’octobre en lien avec les films projetés. Restez informés!

  • Le réalisateur préféré de Marion : Rainer Werner Fassbinder
  • Le réalisateur préféré de Sandra : Andrzej Zulawski 
  • Le petit plus : Si vous souhaitez devenir volontaire, il vous suffit de venir le dimanche à 11 heures au cinéma. Tous les bénévoles se réunissent chaque week-end pour faire un point et accueillir les nouveaux cinéphiles…

 

Partager

à voir également