Les arnaques au logement à Londres
LONDON LIFE

Les arnaques au logement à Londres

Charlotte Gaire le 02.07.18

Les arnaques au logement à Londres sont de plus en plus fréquentes et savoir les repérer est devenu primordial. Action Fraud recensait plus de 18600 fraudes au logement entre 2014 et 2018, ce qui correspond à une perte de £22 103 940 d’après l’autorité nationale de la fraude, au Royaume-Uni.

Les différents types d’arnaques

Les arnaques au logement peuvent prendre plusieurs formes. Les plus courantes restent la location de biens qui diffèrent de l’offre de départ - que ça soit sur le nombre de mètres carrés, la qualité des meubles mais aussi la présence de vices cachés (fuites récurrentes, pannes d’électricité, un propriétaire qui ne répond plus). Julie* est locataire depuis le mois d’avril d’une maison, qu’elle loue via une agence immobilière. Après s’être plainte à multiples reprises auprès de son propriétaire que l’alarme et la porte coulissante ne fonctionnaient plus, sa maison a été cambriolée. Pourtant dans le contrat qui les liait, tout était fonctionnel et sécurisé. Le propriétaire ne répond plus et l’agence a seulement conseillé de ne plus payer les loyers, avant de s’écarter du champ - alors que le déménagement ou le recours à la justice sont, eux, trop coûteux.

Parfois, certaines agences ou loueurs d’appartements publient des annonces qui, à prime abord, semblent être réelles (sur des groupes Facebook ou des sites Internet). De jolies photos, des informations a priori normales, un loyer plutôt alléchant, un deposit convenable. Comme on est souvent pressé, on fonce sans trop porter d’attention à l’annonce. Puis on se rend compte rapidement qu’on est pris au piège : la caution est prélevée – et avec un peu de chance le premier mois de loyer aussi. Puis plus de nouvelles de l’agence ou du loueur et l’appartement n’existe plus, voire n’existe pas.

Ce qui est arrivé à Margaux* est aussi très original. A l’époque, elle venait s’installer seule à Londres. Fragilisée par la barrière de la langue et par le peu de connaissances qu’elle avait de la ville, elle décide de louer un appartement par le biais d’une agence qui proposait un contrat « normal » d’un an avec break clause. Margaux était plutôt contente de son appartement jusqu’à ce que, quelques mois plus tard, un homme toque à sa porte lui disant être le propriétaire de l’appartement. Pourtant, l’agence mentionnait sur le contrat que le propriétaire était une femme. L’agence, via des personnes en civil, se chargeait de contacter des propriétaires d’appartements en se faisant passer pour des familles intéressées par la location des biens. Puis elle relouait ces appartements sans que les propriétaires ne soient au courant, à des prix plus élevés que les prix normaux. Personne ne savait ce qui se passait réellement, pendant que l’agence semblait gagner beaucoup d’argent en parallèle.

Comment lutter contre ces arnaques

Tout d’abord, pour £3 vous pouvez voir sur le site du gouvernement les informations concernant le logement que vous souhaitez. Vous pouvez donc vérifier que les informations données par l’agence ou le propriétaire soient vraies ou non.

Ensuite, il faudrait toujours visiter l’appartement. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez essayer de faire faire la visite par une personne de confiance. Vous pourrez déjà vérifier que le bien corresponde à l’annonce et éviter les vices cachés. Surtout, il faut vraiment éviter de payer avant la visite et la signature du contrat.

Retenez bien aussi que certaines colocations peuvent être de vrais nids à arnaques. C’est pour cela qu’il vaut mieux trouver un appartement vide avec des colocataires que vous connaissez déjà ou bien directement d’être en contact avec un personne qui recherche un colocataire.

Aussi, la recherche de logement relève du bon sens : si vous voyez des photos d’excellente qualité qui semblent être celles de palaces cinq étoiles et que les prix sont plus qu’alléchants, cela devrait plutôt vous inquiéter.

Enfin, si une agence a l’air de vous presser, voire de vous harceler en vous disant que l’appartement est sur le point d’être loué et qu’ils veulent votre déposit dans la journée, retenez-bien le conseil de Margaux « So what ? Ne vous laissez pas intimider. J’ai vu beaucoup de gens se faire avoir comme ça » et essayez plutôt de continuer vos recherches.

Existe-t-il des recours ?

Les recours sont malheureusement très faibles. C’est pourquoi il vaut mieux éviter les arnaques en les repérant au plus tôt. Les recours à la justice sont bien évidemment possibles mais parfois très chers et peu pris au sérieux car très nombreux.

Certains propriétaires aussi peuvent être très à l’écoute quant aux arnaques des agences et vous pourrez de temps à autre trouver de l’aide auprès d’eux.

Si vous le pouvez, essayez de payer par carte bancaire votre deposit pour que la banque puisse avoir des traces de la transaction.

Vous pouvez, aussi, vous tourner vers le Citizens Advice bureau qui saura vous donner des conseils et sur lequel vous pouvez reporter l’arnaque que vous avez subie. Vous pouvez aussi reporter cette arnaque sur Action Fraud afin de permettre à de futurs locataires d’être à leur tour, aussi, arnaqués.

*Les noms des personnes ont été changés pour respecter leur anonymat.

 

Partager

à voir également