Avoir 20 ans à Londres avec Romana
EXPAT LIFE

Avoir 20 ans à Londres avec Romana

Marie Gaudard le 24.05.18

Cette jeune fille de 23 ans a grandi en région parisienne, où elle a aussi effectué la majorité de ses études. Après l’obtention d’un baccalauréat scientifique option science de l’ingénieur, Romana quitte le lycée pour entamer les études supérieures par une licence à la Sorbonne. Dans un coin de sa tête, Romana sait qu’elle deviendra journaliste.

Après plusieurs candidatures pour entrer dans des écoles de journalisme en France, Romana tente, en parallèle, sa chance à l’université de Westminster, même si elle n’y croit pas vraiment. La surprise est de taille lorsqu’elle apprend l’acceptation de sa candidature dans la prestigieuse université londonienne, mais elle a malheureusement échoué les quatre concours tentés en France.

Become a journalist

C’est en 2015 que Romana pose ses valises ici et fait sa première rentrée universitaire londonienne. Ayant une période de stage de six mois en 2016, elle revient en France pour travailler chez Pausecafein, où elle fait principalement de la traduction et de la rédaction d’articles. Romana aime la diversité du métier de journaliste car elle peut « toucher à tout ».

En parallèle de ses études supérieures, la jeune femme a toujours travaillé. C’est donc tout naturellement qu’elle trouve un emploi dans une librairie pendant presque six mois. N’étant jamais à cours d’expériences professionnelles, elle effectue en ce moment un second stage. Cette fois, elle est chargée de communication au sein de Findoc, où elle écrit des articles sur le blog, met à jour les bases de données, travaille en relation avec des agences de relations presse, gère et anime les réseaux sociaux.

Romana travaille aussi sur le rendu d’un documentaire, qui en France est considéré comme l’équivalent d’un mémoire de fin d’études. Elle a choisi de traiter le sujet suivant : Les domestiques philippins victimes d’esclavage moderne à Londres, car c’est un sujet qu’elle affectionne particulièrement, notamment depuis ses deux voyages aux Philippines. Prochainement elle doit le transmettre à son école, et saura en octobre si elle est diplômée pour devenir journaliste.

 

« Être bénévole est quelque chose de naturel pour moi »

 

Pendant ses vacances scolaires, Romana effectuait déjà du bénévolat à l’étranger, notamment en Afrique du Sud où son voyage dure un mois et aux Philippines où ses voyages durent deux mois.

Ici, elle a organisé avec un groupe d’ami de son école, une exposition immersive sur la crise des réfugiés appelée “Human Refugees”. L’exposition montrait principalement des pièces artistiques, journalistiques et linguistiques. Pour comprendre au mieux la situation des réfugiés et des demandeurs d’asiles, ce sont eux qui guidaient les visiteurs, pour répondre à leurs questions. L’exposition a été un véritable succès avec la venue d’environ 200 personnes. Le groupe organisateur n’avait pas de budget et a travaillé d’arrachepied pendant six mois pour organiser cette exposition.

Romana ne souhaite pas faire sa vie à Londres même si elle y a trouvé l’amour. Partir vivre un ou deux ans dans un autre pays ne la dérange pas mais elle aimerait rentrer en France par la suite. C’est le cœur sur la main et la plume au bout des doigts que Romana prépare le rendu de son mémoire, qui déterminera si oui ou non elle deviendra journaliste…

Partager

à voir également