L’odyssée culinaire de Jean Christophe Slowik se termine à L'Absinthe
EXPAT LIFE

L’odyssée culinaire de Jean Christophe Slowik se termine à L'Absinthe

Marie Gaudard le 17.05.18

À presque 18 ans, Jean-Christophe Slowik quitte le cocon familial pour vivre à Vienne, à côté de Lyon, où il effectue son service militaire. Lorsqu’il est en permission, il travaille dans un hôtel-restaurant en Bourgogne, pas très loin de chez ses parents.  

À 20 ans, il comprend que l’on avance moins vite dans la restauration lorsque l’on ne parle pas anglais. Jean-Christophe décide alors de rejoindre le territoire britannique pour y apprendre l’anglais. Il trouve un travail grâce au magazine L’Hôtellerie, alors qu’il est encore en France. C’est donc en 1987 qu’il pose pour la première fois ses valises en Angleterre, le choc culturel et l’aventure commencent, surtout quand on ne parle pas un mot d’anglais. Il travaille six mois à Oxford pour Raymond Blanc, un chef français originaire de Besançon, personnalité très connue ici.

En Angleterre, Jean-Christophe rencontre l’amour, une personne qui deviendra sa femme et la mère de ses enfants. Ils construisent le début de leur vie en Angleterre, mais ont envie d’autre chose. C’est en 1991, qu’ils quittent le pays et viennent vivre en France. Ils achètent un hôtel à Blanot, en Saône-et-Loire. De leur mariage naissent deux enfants : Lucas et Augustin. Comme leur père, ils aiment les voyages et l’aventure. Lucas a maintenant 22 ans, il est revenu d’Australie il y a peu. Il a vécu un an là-bas et aimerait y retourner pour y faire sa vie. Augustin, le grand frère de 24 ans, est un rugbyman professionnel qui vit sur l’île de Jersey.

Le come-back définitif en Angleterre

Le mal du pays fait surface, ils vendent leur bien français et sept ans après, en 1998, le couple revient en Angleterre. Ils se séparent, sa femme vit à la campagne et lui vit à Londres. Jean-Christophe travaille en tant que directeur de salle pour le chef Marco Pierre White, jusqu’en 2007.

Le restaurant

Il décide de démissionner et d’ouvrir son propre restaurant, L’Absinthe. Le nom n’est pas dû au hasard, il a été choisi par Jean-Christophe avec l’aide de ses amis parce que c’est un nom évocateur, il a une histoire. Pour les Doubistes, l’absinthe est une boisson mythique. Jean-Christophe s’est remarié et sa belle-fille travaille avec lui provisoirement au restaurant, en parallèle de ses études.

L’équipe de L’Absinthe est composée d’une dizaine de personnes, et accueille les clients pour le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. La cuisine est traditionnelle et française, les plats et saveurs sont authentiques et la passion de ce Bourguignon pour la restauration se fait sentir jusque dans l’assiette. 

Partager

à voir également