LV Custom, un savoir-faire français de customisation de motos à Worcester Park
EXPAT LIFE

LV Custom, un savoir-faire français de customisation de motos à Worcester Park

Marie Gaudard le 03.05.18

Lui, s’est qualifié dans la mécanique après avoir passé le baccalauréat. Ensuite, il travaille chez Peugeot pendant quelques années. Passionné de motos, il les bricole depuis qu’il est très jeune et se lance en freelance dans la customisation de celles-ci.

 

Elle, est coiffeuse et manage une dizaine de salons de coiffure dans le Sud de la France, jusqu’à ce qu’elle reçoive une offre d’embauche dans un salon de coiffure londonien. Ce fut alors le déclic.

À 25 ans, Clarisse prend conscience qu’elle a fait le tour de sa carrière en France. Elle décide alors d’envoyer des CV à Londres pour travailler en tant que coiffeuse. 

« 24 heures après l’envoi de mes candidatures, j’ai reçu des réponses positives pour des entretiens, alors que j’avais écrit sur mon CV que je ne parlais pas anglais » déclare Clarisse 

En 3 mois, ils vendent tout et viennent vivre ici. Le jeune couple passe alors d’une maison en bord de mer à une chambre en colocation.

Clarisse est coiffeuse, mais Ludo n’est pas très à l’aise dans son nouveau travail. Il observe comment se passe la vie londonienne et remarque rapidement qu’il y a une place pour lui dans le secteur des motos. Pourquoi ne pas reconstruire la même entreprise de customisation de motos qu’en France mais en Angleterre ?

Tout s’organise très vite : business plan, contacts avec un comptable français, renseignements sur les lois. Bilan 3 mois après le démarrage de leur nouvelle vie : ils trouvent un local. Le hic c’est qu’une autre personne les a précédés et l’a réservé. Ne baissant pas les bras, ils décident tout de même de le visiter et ont un véritable coup de cœur. Par chance, la personne se désiste, le local est donc à eux. Voici d'ailleurs la première moto que Ludo a customisé dans son local.

 

Quelques embuches

Cependant, le parcours ne reste pas simple pour autant. Entre l’attente des clefs et l’annonce de la décision du Brexit, il faut patienter et prendre des précautions.

Deux jours avant de signer les papiers pour le local et la création de l’entreprise, le vote du Brexit a lieu. Ne s’attendant pas à cette réponse de la part des Britanniques, ils réfléchissent encore et prennent d’autres mesures pour protéger leur entreprise. C’est en octobre 2016, 1 an après leur arrivée à Londres que leur nouvelle vie démarre officiellement.  

L’entreprise créée, Ludo voudrait que sa compagne travaille avec lui et que cela devienne leur projet. Clarisse s’occupe des événements, de la communication, de la relation client, des papiers, quant à Ludo, il gère le workshop, réalise les commandes des clients et leur donne des idées de customisation. Il ne touche jamais l’intérieur de celles-ci, mais se consacre uniquement à l’extérieur.

Ludovic fait le plus gros du travail et Clarisse est son bras droit. 

Plusieurs casquettes

Clarisse ne s’occupe pas uniquement de la partie commerciale de l’entreprise, elle travaille toujours dans le premier salon de coiffure où elle a commencé en arrivant à Londres. En parallèle, elle s’est aussi lancée en freelance en tant qu’éducatrice privée en coiffure, où elle donne des cours de technique et de connaissances. D’ailleurs, Clarisse vient de créer un nouveau cours qu’elle va présenter au Brésil et à Paris.

C’est bille en tête que ce jeune couple s’est lancé dans l’aventure londonienne et il est fort à parier que leur réussite se trouve au bout du chemin.

Retrouver Clarisse et Ludo ici

Partager

à voir également