Rencontre avec Jean-Daniel Broussé, acrobate français FR
SPECTACLE

Rencontre avec Jean-Daniel Broussé, acrobate français

Camille Letourneur le 13.03.18

Quand et comment avez-vous commencé à faire du cirque ?

J’ai commencé assez tard en fait, j’avais 21-22 ans. Je faisais une fac de lettres à Londres dans le cadre d’un échange Erasmus, et j’ai commencé des cours d’acrobatie à la Roundhouse pendant 2 ans. C’était un programme pour les jeunes, qui coûtait seulement 2 pounds, et comme je n’avais pas trop de sous, c’était parfait ! Puis je suis rentrée dans l’école de Cirque à Londres.

Et avant Londres ?

Non, j’avais vu quelques spectacles de cirque contemporain mais sans plus. Du coup oui, c’est à Londres que j’ai appris à connaître le cirque. Ce qui est bizarre venant de France, mais c’est ainsi !

Parlez-nous un peu de votre spectacle “Knot”.

Knot, c’est un spectacle basé sur notre relation avec Nikki, et on voulait jouer sur les attentes du public. Au début, on raconte comment on s’est rencontrés en omettant certaines choses qui font que les spectateurs pensent que nous avons une relation amoureuse. Mais à un moment je fais mon coming out, puis on parle de notre relation particulière, qui ressemblerait de l’extérieur à un mariage, mais qui n’en est pas un. Le spectacle est un mélange de théâtre, de cirque et de danse.

Pourquoi ce titre ?

Au départ, le spectacle était en français et s’appelait “le lien ne fait pas le fagot” qui signifie “il ne faut pas juger par la couverture”. Puis ça a été “le lien”, puis “knot” en anglais.

Comment est né ce spectacle ?

Ces spectacles avec une fille et un garçon, cette idée de couple que le public attend, ça m’a toujours un peu énervé. Mais quand on bosse dans les cabarets, c’est ça qu'ils veulent. Un soir, on faisait un spectacle dans un cabaret, et le compère nous a dit “Ok, vous faites votre numéro, et à la fin, j’arriverai sur scène, vous vous embrasserez, je vous marierai, et le cabaret finira comme ça.” On a accepté. Mais au moment de s’embrasser, Nikki s’est approchée de moi et moi j’ai tourné la tête. C’était assez embarrassant. Mais du coup, de ça est né l’idée de “Knot”.

“Knot” aborde donc l’homosexualité. Est-ce selon vous un spectacle engagé ?

Je ne sais pas si c’est engagé. Ce que j’aime est que je n’essaie pas de dire quelque chose en particulier, je raconte juste mon vécu. On a un public qui ne serait peut-être pas venu si le show était labellisé LGBT, du coup c’est sympa de les voir réagir une fois que je fais mon coming out. Comme on parle beaucoup de notre histoire, ils arrivent à rentrer avec nous dans le spectacle, on les embarque. On les touche d’une manière différente que si on avait voulu faire quelque chose de trop engagé. C’est à eux de choisir.

Cette année, le cirque fête ses 250 ans. Alors que la plupart des arts se réinventent et modernisent, le cirque reste très traditionnel. Comment expliquez-vous cela ?

Le cirque, c’est faire des choses un peu surhumaines, le but est d’être impressionnant. Tu ne peux pas le justifier s’il n’y a pas un public. Il y a donc toujours une idée de se montrer. Les figures qu’on apprend sont assez figées, et ça peut aussi fermer un peu des portes. Alors que dans le théâtre ou la danse, on peut plus expérimenter. C’est pour ça que dans Knot, on a essayé de mélanger les différents genres.

Est-ce facile aujourd’hui de vivre en tant qu’artiste du cirque ?

Non. Et particulièrement en Angleterre où il n’y a pas de statut d’intermittent du spectacle. Du coup, quand on est en tournée, ça va, mais sinon, je travaille dans un resto. Londres est chère ! (rires)

Vous pensez retourner en France ?

Au début, quand je suis arrivée à Londres, je me disais “Je ne retournerai jamais en France”. Puis, en septembre, on était partis à Toulouse bosser sur la traduction du spectacle en français, et je me suis dit que c’était pas si mal et qu'il y avait peut-être plus d’opportunités.

 

Réservez vos places ici

Partager
Infos Pratiques
Date : du 17 avril 2018 au 18 avril 2018
Lieu
The Place, 17 Duke’s Road, WC1H 9PY
Infos
Prix : £13.50. Métro : Euston & King’s Cross St. Pancras

à voir également