Véronic DiCaire donne de la Voices à Londres FR
SPECTACLE

Véronic DiCaire donne de la Voices à Londres

Magali Butault le 02.03.18

Après une tournée en France et aux États-Unis, Véronic DiCaire s’apprête à faire découvrir aux Anglais ses fabuleux talents d’imitatrice. Pour la toute première fois à Londres, elle y jouera son spectacle « Voices » les 12 et 13 mars à l’Hippodrome Casino. Rencontre avec une artiste passionnée par la voix.

 

À peine arrivée à Londres, vous êtes déjà passée dans l’émission « This morning » sur ITV et au "London Theatre Café"… Comment vous sentez l’accueil des Londoniens ?

« So far so good » ! Je trouve qu’ils accueillent bien et sont réceptifs. Ça commence bien pour une première en Angleterre ! Eux aussi ont des imitateurs, mais ça fait longtemps qu’il n’y en a pas eu de nouveaux… Ils sont donc assez curieux.

 

L’année dernière vous aviez fait la première partie de Céline Dion à l’O2 Arena de Londres, aujourd’hui vous allez performer toute seule à l’Hippodrome Casino pour votre spectacle « Voices » Vous le voyez comme un nouveau challenge ?

C’est comme revenir à la case départ. J’apprends à connaître un nouveau marché, les goûts des spectateurs, donc les nouveaux artistes à imiter… Je vais présenter un spectacle que j’avais présenté à Las Vegas en espérant cerner ce qu’ils aiment entendre ou pas… C’est comme un « cast run » ! C’est bien de se mettre en danger…

De plus, le show va être intime dans la salle de l’Hippodrome Casino au vu de la capacité. Je vais donc pouvoir sentir leurs émotions en direct.

Le spectacle Voices c’est plus de 50 voix… C’est à ce moment-là qu’on peut se demander : à force d’enchaîner, est-ce qu’il arrive de s’emmêler les pinceaux pendant une performance ? Par exemple, chanter à la façon de Shakira au lieu d’Edith Piaf ?

Non, heureusement ! (rires)

Il faut tout de même retravailler certaines voix… Car c’est comme le bon vin, ça s’améliore avec le temps. Cela dépend aussi des conditions dans lesquelles on est, mais je suis en pleine forme donc tout va bien !

 

Est-ce que les artistes d’aujourd’hui sont plus difficiles à travailler, faute de réelle identité vocale ?

Tout à fait ! Quand j’ai commencé à travailler Britney Spears pour le spectacle de Las Vegas, j’étais confuse… Je me disais « mais elle est où la voix à travailler ? ». Avec mon coach c’était aussi très particulier, car elle me disait « il faut passer au travers des machines pour capter la vraie voix » C’était compliqué !

Aujourd’hui les artistes utilisent beaucoup de logiciels et de différents processus pour aller chercher un son vocal. C’est donc un défi de travailler de nouvelles voix.

 

Vous avez de nouvelles chanteuses que vous travaillez en ce moment ?

Je vais surtout analyser ce qu’aime le public… Apprendre des chanteuses jeunes, âgées ? C’est à partir de ce spectacle que je vais capter les envies. C’est bien de s’adapter à nos spectateurs !



Au fil des années, est-ce qu’il vous est arrivé d’enlever des voix à votre répertoire ? À cause de l’usage de vos propres cordes vocales ?

Si j’enlève une voix ou une imitation c’est plutôt car elle est moins connue du grand public. C’est là où le travail d’observation prend place. Il faut faire attention : à Paris, j’avais imité Arielle Dombasle avec Philippe Katerine qui chantait « Extraterrestre » et je voyais que les gens se disaient "Mais qui c’est ? " (rires).

Il faut analyser… Je l’ai donc malheureusement sortie de mon répertoire.

 

Les 12 et 13 mars prochains vous serez seule sur scène ou vous serez entourée ?

Je vais être entourée de mes quatre musiciens car c’est ce qui fait la culture de la musique live. J’aurais bien aimé quelques danseuses, mais malheureusement la capacité de la salle ne le permet pas.

 

Lors des performances, est-ce qu’il vous arrive de vous sentir comme "habitée" par l’artiste ?

Il y a des moments où quand j’imite certaines chanteuses je vois la physionomie. Par exemple, quand je fais la voix de Karen Carpenter, il y a une fragilité qui m’accompagne, que je ressens lors de la performance… Effectivement, il y a ce « petit quelque chose » que je ressens parfois.

 

Pour enchaîner deux soirs de shows, vous avez une routine pour entretenir votre voix ?

Vu qu’il fait très froid à Londres en ce moment, j’ai mis mon écharpe pour éviter de prendre froid. Il fait même plus froid qu’au Québec ! Sinon, avant mon spectacle, je m’échauffe 45 minutes et je prends aussi quelques thés.

 

Réservations ici.

Partager
Infos Pratiques
Date : du 12 mars 2018 au 13 mars 2018
Lieu
The Hippodrome Casino, Cranbourn Street, Leicester Square, London, WC2H 7JH
Infos
Tickets à partir de £35. Métro: Leicester Square.

à voir également