Romain Duris expose ses dessins à Londres FR
EXPOSITION

Romain Duris expose ses dessins à Londres

Clémence Calderon le 09.02.18

Il aura gardé le secret pendant plus de vingt ans. Romain Duris, connu jusqu’à maintenant pour ses performances dans le cinéma français, se dévoile au grand public à travers une toute autre passion, le dessin. « Après le bac j’ai fait des écoles d’art, et je pensais pour gagner ma vie, faire des livres pour enfants, parce que je dessinais toujours comme ça un peu librement, chez moi, et je me demandais quel métier me permettrai d’avoir cette liberté.  Je trouve que dans les livres pour enfants, il y a toutes formes d’expression, et toutes formes de façon de s’exprimer et d’outils différents. Ça me plaisait beaucoup. C’est après que le cinéma est venu intercepter ça. » Grâce au dessin, Romain Duris s'est construit son propre univers. « Le dessin m’apportait quand j’étais jeune une façon de m’exprimer, une façon de me révéler à moi. Une façon de s’émanciper. Très tôt, dans ma chambre d’ado j’avais besoin de remplir les murs blancs de dessins, comme pour me créer un monde ou peut-être pour montrer à mes parents qui j’étais. C’était de la discussion, de la communication pour moi le dessin. »

C’est finalement par pur hasard que l’acteur est repéré dans la rue, lors d’un casting sauvage pour le film Le Péril jeune, dans lequel il décroche le rôle principal. Sa carrière en temps qu’acteur débute, délaissant sa carrière de dessinateur pour le cinéma.

« C’est mon premier film, c’était bizarre ce moment. J’ai vraiment fait ça comme ça. Ce n’est pas que j’étais pas investi dans ce que je faisais, j’adorais jouer, mais je me disais pas que j’allais faire d’autres films, c’était très naturel. J’ai toujours aimé faire le con à l’école, au lycée, donc il y a toujours une position un peu d’être acteur, même si j’ai découvert avec les années que c’est plus riche que ça, j’ai toujours une position de faire un peu le spectacle dans le fond de la classe. Il y a toujours une nature propice à ce qui peut faire démarrer une vie, une histoire d’acteur. »

« Pulp »     

Publié aux éditions Textuel, « Pulp » constitue une véritable rétrospective des dessins de Romain Duris. De l’âge de ses quinze ans jusqu’à aujourd’hui, « Pulp » nous dévoile un aspect intime de la vie de l’artiste. Romain Duris saute (enfin) le pas et s’assume en tant que dessinateur.  « Le culot de me dire « je vais faire une exposition » ça m’impressionnait trop. Comme beaucoup de mes dessins viennent de carnets de croquis, je ne voyais pas comment c’était exposable. Par contre le livre, je voyais un moyen de rassembler toutes ces œuvres que j’ai depuis 20 ans. »

Gardés secrets, les dessins de l’acteur nous emmènent dans un tout autre univers, le sien. Teintés d’humour noir et d’érotisme, les dessins de Romain Duris sont à la fois drôles et coquins. « On retrouve souvent le désir de l’homme qui est un peu décalé, qui est un peu ridiculisé et un peu soumis à ce pouvoir féminin...il y a pas mal d’humour. »

Corps nus, langues entremêlées, seins pointus et fesses apparentes laissent libre cours à l’imagination sensuelle et érotique de l’artiste. « Pour me remettre dans le dessin, je passe souvent par le corps, j’aime jouer avec les échelles. Il y a une forme d’exigence dans le fait de dessiner un corps ».

Dessinés au crayon ou peints, en noir et blanc ou colorés, sur des cahiers ou des feuilles volantes, Romain Duris utilise différents outils et supports pour s’exprimer. Inspiré par des dessinateurs tels que Robert Crumb ou encore Alain Le Saux, Romain Duris a su trouver son propre style. « Ce que j’aime bien avec Crumb c’est son rapport aux femmes, au sexe opposé. Il est très drôle et m’a toujours fait rire. Après j’adore ses traits, c’est très moderne, ça m’a toujours parlé. Quant aux dessins de Le Saux, c’est très drôle aussi. »

Les dessins de Romain Duris sont actuellement exposés à la librairie Caravansérail à Londres. Il s’agit de la première exposition outre-manche depuis que l’exposition existe. « A chaque fois que je suis venu à Londres pour le cinéma ou dans ma vie, j’ai toujours été intrigué et attiré par le graphisme. J’ai toujours voulu des plaquettes ou des flyers quand j’étais plus jeune, toujours avec des lettrages, je trouve que c’est très graphique et je suis très honoré d’être ici pour cette raison. »

Partager
Infos Pratiques
Date : du 02 février 2018 au 27 février 2018
Lieu
Librairie Caravansérail ,5 Cheshire Street, East London
Infos
Entrée gratuite Métro : Shorditch High Street

à voir également