Où manger le meilleur éclair de Londres ? Coup de coeur
BAR / RESTAURANT

Où manger le meilleur éclair de Londres ?

le 03.05.16

Le nouveau macaron

À quoi reconnaît-on un bon éclair ? “ nous dit Mario, le propriétaire de la Pâtisserie le Petit Nicola à Battersea, elle met le maquillage qu’elle veut.” De fait, deux chemins partent de cette métaphore : l’éclair au naturel, traditionnel et l’éclair “haute-couture”, revisité et habillé. C’est bien à cette dissidence que l’on fait face lorsque l’on pose la brûlante question : “où manger le meilleur éclair de Londres ?” Il y a deux camps, et c’est très important : les nostalgiques traditionnels et les gourmets créatifs. Voyons comment satisfaire les deux et où aller pour trouver son bonheur.

En France, on consomme 200 millions d’éclairs par an. On ne risque rien à avancer que c’est une des pâtisseries préférées des Français. Mais au-delà de sa popularité, il est nappé d’un je-ne-sais-quoi sentimental : est-ce l’effet “madeleine de Proust” ? Nous renvoie-t-il à la pâtisserie de l’enfance, mangée à même le papier fin en sortant de la boulangerie ? Est-ce son irrésistible potentiel créatif en passe de détrôner le macaron, futur ex-roi de l’indulgence raffinée ?

 

 

Méfiez-vous des imitations

Ah ! Des vrais !” C’est ce que Mario entend lorsque des clients poussent la porte de son établissement. De fait, ses éclairs cochent toutes les cases de la petite douceur vite dévorée : c’est d’ailleurs de là que vient son nom car mangée “en un éclair”. Chez Mario, la spécialité, c’est la tradition. Et l’amour du travail bien fait, ou plus précisément du travail fait avec amour. Pas question de remplacer le crème pâtissière par de la crème fouettée même si, pour alléger le tout, il arrive que l’on y mélange une mousse. Après, c’est une affaire de goût : chez Maison Bertaux ou chez Pâtisserie Valérie, que l’on trouve à 80 coins de rue à Londres, les éclairs sont fourrés à la chantilly. Et chez Paul, ils sont traditionnels -sauf à choisir le très discutable cassis.

Mais chez Paul… C’est surgelé ?! (La question est légitime.) Non, c’est frais. D’ailleurs, à en croire toutes les enseignes visitées, les éclairs sont fabriqués dans la nuit. Et souvent sur place, comme c’est le cas chez Melba at The Savoy dont les éclairs ont leur meilleur rapport visuel / prix. Pour être tout à fait clair : ils sont au prix de chez Paul et ont l’air de sortir de chez Maître Choux. Le goût est-il en conséquence ? C’est à vous de le découvrir, à votre guise à partir de 6h30 du matin, avec un café à emporter (car il n’y a pas encore de service sur place). On appréciera la présentation des éclairs de chez Aubaine, dans leur écrin de boulangerie française (qui ne l’est pas du tout d’ailleurs). Et question saveurs en extérieur, “le Comptoir Gourmand” est présent sur une dizaine de marchés, ils font des éclairs mais leurs autres pâtisseries donnent l’eau à la bouche.

 

 

L’éclair haute couture

Dans la lignée des créateurs, il faut nommer Pierre Marcolini, le célèbre chocolatier belge qui a récemment ouvert ses portes à Marylebone.

Et tout en haut de la pièce montée, Maître Choux, ne dérobe pas sa réputation aussi affriolante que sa vitrine. Dans sa petite boutique de South Kensington, des choux, seulement des choux mais quels choux ! Le talent de Joakim Prat est de savoir réconcilier les deux clans de la tradition et de l’invention.

Il faut donc savoir où aller et parfois mettre le prix pour retrouver la qualité et le goût d’antan. Pour les religieuses, on a demandé mais il paraît qu’ici, on leur coupe la tête… 

 

Sidonie Gaucher

 

Melba at the Savoy : £2.95

Maître Choux : £5

Le Petit Nicola : £3.80

Pierre Marcolini : £4

Aubaine : £3

Paul : £2.85

Le Comptoir Gourmand : £3

Pâtisserie Valérie : £2.75

Maison Bertaux : £3.80

Les prix sont “à emporter”

Partager
Infos Pratiques
Date : le 03 mai 2016

à voir également