Street fans au Fan Museum de Londres
 FR EXPOSITION

Street fans au Fan Museum de Londres

Du 19/09 au 31/12 au Fan Museum de Greenwich. Metro : Cutty Sark

Quand un des meilleurs éventaillistes de France, Sylvain Le Guen rencontre des artistes de street art pour une exposition au Fan Museum, c’est à Londres que cela se passe, dans les salons cossus de son musée de l’éventail à Greenwich.

C’est sous l’impulsion de Codex Urbanus, un artiste de street art parisien et du musée de l’éventail londonien que le projet de Steet Fan a été conçu et imaginé. Le concept est simple : faire rencontrer des artistes urbains et un éventailliste pour créer une cinquantaine d’éventails uniques illustrées par ces mêmes artistes. Le résultat est bluffant, à la fois anachronique et ultra-moderne, c’est une véritable cure de jouvence que prend le monde de l’éventail, qui souffre d’une image un peu démodée.

Autrefois attribut de la haute société et accessoire de mode très prisé jusqu’au début du XXème siècle, l’éventail ne fait plus parti accessoires indispensables, même Karl Lagerfeld qui ne se montrait jamais sans son éventail, l’a désormais un peu mis de côté. Et bien c’est sa compter sur le dévouement sans faille d’un passionné et d’un des derniers maitres d’art en éventaillerie : Sylvain Le Guen.

« Le monde de l’éventail reprend des couleurs avec cette collaboration unique. C’est Codex Urbanus qui a eu cette idée de me faire travailler avec des artistes de street art, comme lui. L’échange a été très enrichissant pour moi, j’ai dû m’adapter à chaque style, chaque artistes… » explique Sylvain Le Guen, présent lors du vernissage de l’exposition au Fan Museum.

Féru d’éventail depuis son plus âge, le maître d’art parisien en a fait son métier en 2001 pour ensuite créer sa maison qui conçoit et aussi restaure des éventails anciens. En 2005, une de ses créations devient la star du film de Sofia Coppola sur Marie Antoinette et en 2011, le Fan Museum de Londres lui organise sa première rétrospective.

Dans les vitrines du Fan Museum, qui datent de l’ère victorienne, les 50 pièces d’éventails rivalisent de couleurs, tags et dessins que l’on a plus l’habitude de voir sur les murs de Shoreditch que sur le papier délicat d’un éventail.

Cédric Zocatos, un autre street artiste français installé à Londres depuis 3 ans, découvre à l’occasion ses deux éventails exposés dans les vitrines du Fan Museum :

« C’est fou ! On a beaucoup échangé avec Sylvain sur l’aspect technique des choses mais je ne m’attendais pas à ce rendu. Pour moi, c’est Sylvain le véritable artiste ! »

Parmi les autres street artistes Français qui ont collaboré à cette exposition atypique, on retrouve le travail basé sur l’anatomie des animaux de Lily Mixe, les graffitis abstraits de Zocatos mais aussi Jean Faucheur, Codex Urbanus et quelques artistes londoniens de renom comme Pure Evil, RUN, Otto Schade, Masai, Guy Denning, Butch Attai, Levalet, Ender.

 

Street Fans : a unique liaison between street art and fan making. Du 19/09 au 31/12 au Fan Museum de Greenwich. Metro : Cutty Sark 

Partager Retour

à voir également