THE VULGAR : FASHION REDEFINED
 EXPOSITION

THE VULGAR : FASHION REDEFINED

Une jupe trop courte, un décolleté trop plongeant... voilà les stéréotypes qu’on associe la plupart du temps à la vulgarité aujourd’hui. Elle est révélateur des normes culturelles et des codes vestimentaires de notre société. Et si on redéfinissait le vulgaire ?

Tout d’abord le vulgaire, qu’est-ce que c’est ? Son sens est multiple : en société le vulgaire est ce qui renvoie à la foule, au commun des hommes. Il est représentatif de l’uniformisation et s’inscrit dans la pop-culture. Il est aussi synonyme d’un manque de distinction ou de grossièreté. C’est pourquoi aujourd’hui nombreux sont ceux qui associent cette idée à un vêtement provocant. En somme, cette notion est subjective à chacun puisqu’elle évolue avec son temps et surtout elle diffère selon les pays et les cultures.

Ostentatoire ou tapageur, la vulgarité provoque et fait réagir.

Du corset ultra serré aux robes démesurées, la commissaire d’exposition Judith Clark et le psychanalyste Adam Phillips redéfinissent les valeurs esthétiques et la notion du vulgaire : « La vulgarité permet de révéler le scandale qu’est l’idée du bon goût » affirme Adam Phillips (barbican.org). À travers les scandales qui ont marqué l’histoire de la mode, Judith Clark met en scène les pièces les plus excessives et brise les stéréotypes qu’on se fait de la vulgarité.

L’exposition The Vulgar : Fashion Redefined, nous invite à réfléchir sur l’image qu’on se fait du bon goût et l’idée qu’on associe à la vulgarité. On y rencontre les pièces mythiques signées des plus grands, tel que Christian Lacroix, Vivienne Westwood, Moschino ou encore Louis Vuitton.

Lou Casenaz

 

 

Retrouvez du 13 octobre 2016 au 5 février 2017, ceux qui ont marqué les tendances et l’histoire de la mode au Barbican Center, Silk St, London EC2Y 8DS.

 

Partager Retour

à voir également